Schumacher, Ilott et Shwartzman vont faire des EL1

Ferrari va permettre à ses protégés de rouler en essais libres afin de les évaluer en vue d'une arrivée en Formule 1 en 2021.

Schumacher, Ilott et Shwartzman vont faire des EL1

Candidats au titre de Formule 2, Mick Schumacher (1er, 191 points), Callum Ilott (2e, 169 pts) et Robert Shwartzman (5e, 140 pts) nourrissent de légitimes ambitions de Formule 1 pour 2021. Tous sont membres de la Ferrari Driver Academy et pourraient bénéficier des baquets libres (mais très convoités) chez Alfa Romeo et Haas, deux écuries motorisées par la marque au cheval cabré.

Lire aussi :

Les fans de Michael Schumacher seront ravis de savoir que son fils Mick sera au volant de l'Alfa Romeo d'Antonio Giovinazzi pour la première séance d'essais libres du Grand Prix de l'Eifel, au Nürburgring, théâtre de quatre victoires du Baron Rouge de 2000 à 2006. Callum Ilott pilotera la Haas de Romain Grosjean, également sur ce circuit où la Formule 2 ne sera pas présente. Enfin, Robert Shwartzman aura sa chance en EL1 au Grand Prix d'Abu Dhabi, mais on ne sait pas encore avec quelle écurie.

Tous trois vont se préparer en pilotant une Ferrari SF71H de la saison 2018 à Fiorano à partir de demain, pour ce qui sera les premiers tours de roue de Shwartzman au volant d'une F1.

"Nous voulions organiser cette séance d'essais afin que nos trois meilleurs jeunes pilotes soient aussi bien préparés que possible pour aborder un événement qui sera toujours un moment particulier pour eux", déclare Laurent Mekies, directeur sportif Ferrari et directeur de la Ferrari Driver Academy. "Ce sera l'opportunité de prendre ses marques avec une Formule 1, qui est bien plus compliquée que la voiture dont ils ont actuellement l'habitude."

"Nous croyons beaucoup en notre académie, qui a déjà prouvé sa valeur avec Charles Leclerc, un pilote sur qui la Scuderia peut bâtir son avenir à long terme. Callum, Mick et Robert ont déjà prouvé leur valeur lors de la saison actuelle de Formule 2, et ces essais sont une nouvelle étape dans leur formation."

Mick Schumacher, pour sa part, se déclare "ravi" d'avoir cette opportunité "d'autant plus spéciale" qu'il évoluera à domicile au Nürburgring. "Je vais passer les dix prochains jours à bien me préparer afin de faire le meilleur travail possible pour l'équipe et d'engranger des données importantes pour le week-end", ajoute l'Allemand.

Frédéric Vasseur, directeur d'Alfa Romeo Racing, chante quant à lui les louanges de Schumacher : "Il n'y a pas de doute sur le fait que Mick est l'un des grands talents du moment en formules de promotion, et ses résultats récents le montrent. Il est manifestement rapide mais aussi constant et mûr au volant : c'est la marque de fabrique d'un champion en puissance. Il nous a impressionnés par son approche et son éthique de travail lorsqu'il nous a rejoints l'an dernier et nous sommes impatients de travailler avec lui à nouveau au Nürburgring."

partages
commentaires

Voir aussi :

Melbourne espère ouvrir en mars une saison 2021 à 22 Grands Prix
Article précédent

Melbourne espère ouvrir en mars une saison 2021 à 22 Grands Prix

Article suivant

Les secrets des évolutions Ferrari révélés par l'accident de Vettel

Les secrets des évolutions Ferrari révélés par l'accident de Vettel
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021