Rétro
Formule 1 Grand Prix d'Autriche

Quand Schumacher manqua l'occasion de faire douter Häkkinen

Il y a 25 ans, le 26 juillet 1998, Michael Schumacher allait se montrer trop impatient derrière Mika Häkkinen au GP d'Autriche et commettre une erreur coûteuse, rattrapée par une solide remontée malgré une Ferrari endommagée.

Michael Schumacher, Ferrari F300

Rétro : Dans l'Histoire des sports méca

Sur deux ou quatre roues, replongez-vous dans l'Histoire des sports mécaniques, celle qui a écrit la légende des hommes et des machines durant des décennies.

Alors que Mika Häkkinen n'a décroché qu'une seule victoire au cours de ses sept premières saisons en Formule 1, les six premiers Grands Prix de la campagne 1998 ont vu le Finlandais monter sur la plus haute marche du podium à quatre reprises. Pour la première fois de sa carrière, Häkkinen disposait d'une machine complimentant à la perfection son coup de volant.

Au soir du Grand Prix de Monaco 1998, deuxième Grand Chelem de la carrière de Häkkinen (pole position, meilleur tour en course et victoire en ayant mené tous les tours), le pilote McLaren siégeait confortablement au sommet du championnat en ayant accumulé près du double des points de son rival Michael Schumacher.

Les trois épreuves suivantes ont toutefois vu le Baron rouge inverser la tendance, avec trois succès de rang dont un très controversé à Silverstone, pour lui permettre de revenir à deux petites unités de Häkkinen au classement général.

Le pilote Ferrari avait ainsi la possibilité de frapper un grand coup à l'occasion du Grand Prix d'Autriche en dépossédant les Flèches d'Argent des commandes des deux championnats pour la première fois de l'année. Les conditions changeantes des qualifications ont cependant compliqué la tâche de Schumacher, puisque Giancarlo Fisichella, Jean Alesi et Mika Häkkinen ont tous profité de l'assèchement de la piste dans les derniers instants de la séance pour améliorer le chrono de l'Allemand et occuper, dans cet ordre, les trois premières places de la grille de départ.

Le départ de la course

Le départ de la course

Si Fisichella signait là sa première pole position en catégorie reine et que Alesi réalisait sa meilleure performance de la saison, ni l'un ni l'autre n'a pu profiter de son avantage sur la grille bien longtemps. Avant la fin du premier tour, au cours duquel le Safety Car a été envoyé en piste en raison de plusieurs incidents, c'est Häkkinen qui menait la danse devant Schumacher.

Moins chargé en essence que son adversaire car sur une stratégie à deux arrêts, l'Allemand a attaqué la McLaren dès la relance de la course, au troisième tour. Un freinage un peu trop optimiste au quatrième virage a empêché Schumacher de valider son dépassement, il est alors reparti le couteau entre les dents et a harcelé Häkkinen lors des boucles suivantes, ne lui laissant aucune marge d'erreur.

Une nouvelle tentative de dépassement au quatrième virage n'a pas abouti, Schumacher manquant même de briser son aileron sur le train arrière de Häkkinen en croisant sa trajectoire en sortie de courbe. Quelques instants plus tard, l'Allemand a payé au prix fort son attaque continue en quittant la piste au virage 9, fonçant dans un épais bac à gravier à la surface irrégulière.

En conséquence, sa Ferrari a décollé le temps d'un instant sur ces graviers avant de lourdement retomber au sol. Si par miracle le pilote allemand a pu poursuivre sa route, cela lui a coûté un aileron avant et un déflecteur latéral. Pour ne rien arranger, puisque l'incident s'est produit dans l'avant-dernier virage, Schumacher a dû effectuer un tour complet sans son aileron avant de pouvoir regagner les stands, à la fin du 18e tour.

Si la victoire venait de lui échapper à cet instant, Schumacher pouvait encore prétendre aux points. C'est ainsi qu'en l'espace de 17 tours, il est passé de la dernière à la cinquième place, derrière les McLaren de Häkkinen et David Coulthard, Eddie Irvine et Ralf Schumacher.

Ces deux derniers pilotes ont fini par être dépassés en fin de course, toutefois des problèmes de frein ont mis un terme à la remontée de l'Allemand, qui a franchi la ligne d'arrivée à la troisième place, à 39 secondes du vainqueur Häkkinen. Une performance impressionnante lorsque l'on sait que sa Ferrari était endommagée pendant plus de la moitié de l'épreuve.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Les 10 écuries de Formule 1 représentées en F1 Academy en 2024
Article suivant Williams prêt à se concentrer sur sa F1 2024

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France