Pas de victoire pour Schumacher : regrets éternels chez Mercedes

Pour les membres de l'écurie Mercedes qui ont travaillé avec Michael Schumacher avant d'empiler les succès durant l'ère turbo hybride, l'absence de succès avec le champion allemand a laissé une plaie ouverte.

Pas de victoire pour Schumacher : regrets éternels chez Mercedes

Avant de devenir la machine à gagner que l'on connaît, Mercedes a dû bâtir son écurie, née du rachat de Brawn GP fin 2009. À l'époque, le constructeur allemand signait son grand retour officiel avec un team d'usine en catégorie reine. Un comeback associé à celui de Michael Schumacher, recruté pour porter ce projet d'envergure. Plus de dix ans après, certains membres éminents de l'écurie Mercedes sont encore là, et se souviennent précisément de cette période de construction traversée par la structure de Brackley.

Lire aussi :

Aux côtés de Nico Rosberg, Michael Schumacher a roulé sous les couleurs de Mercedes trois saisons durant, avant de prendre sa retraite définitive au terme de l'année 2012. Un passage au sein de la firme à l'étoile qui ne lui aura pas permis de décrocher sa 92e victoire en Grand Prix, et un regret toujours profond pour ceux qui l'ont côtoyé à l'époque. Car le septuple Champion du monde aurait pu y prétendre au Grand Prix de Monaco 2012, où il avait signé la pole position mais n'avait pu en tirer parti puisqu'il devait purger sur la grille une pénalité de cinq places, dont il avait écopé lors du Grand Prix précédent en Espagne.

"J'étais aux anges, et je crois que c'était l'un des meilleurs tours qu'il ait probablement fait dans sa vie", confie James Vowles, déjà responsable de la stratégie à l'époque, au micro du podcast Beyond the Grid. "Mais j'avais le cœur brisé, vraiment le cœur brisé pour lui, pour le gars que nous voulions tous voir gagner une course, car il le méritait franchement. Il a fait tellement d'efforts pour l'équipe, consacré tellement de sa vie à l'équipe, que c'était une récompense pour lui et c'était son opportunité dans l'année. J'avais le cœur brisé par le fait que c'était sur un Grand Prix où il était pénalisé. J'ai eu de la compassion pour lui, et j'en ai encore aujourd'hui. Il n'a pas obtenu tous les résultats qu'il méritait compte tenu de l'investissement qu'il fournissait pour l'équipe."

La raison pour laquelle nous gagnons aujourd'hui, c'est que beaucoup lui est dû, car il nous a rendus meilleurs.

Ron Meadows, directeur sportif de Mercedes

Avec Mercedes, Michael Schumacher n'aura connu qu'une seule fois les joies du podium, à Valence, toujours en 2012. Et James Vowles est loin d'être le seul à ruminer l'absence de victoire avec le pilote allemand à cette époque. "Vu comment il nous a aidés à progresser, c'est certainement l'un de mes plus gros regrets de ne pas avoir vu Michael gagner une course avec nous", confirme le directeur sportif Ron Meadows. "C'était un pilote d'un niveau avec lequel nous n'avions jamais travaillé à ce stade. Je crois vraiment que nous voulions tous qu'il gagne. Ça n'est pas arrivé. Deux ans plus tard, nous n'arrêtions plus de gagner, et le mérite lui en revient en partie puisque la raison pour laquelle nous gagnons aujourd'hui, c'est que beaucoup lui est dû, car il nous a rendus meilleurs."

James Vowles souligne également l'attitude adoptée par Michael Schumacher à l'époque, alors qu'il avait déjà derrière lui ses plus grands succès en Formule 1, décrochés avec Benetton puis Ferrari. "Il savait où il avait des faiblesses, et il l'acceptait et essayait de les améliorer en permanence", confie le Britannique. "Il avait des lacunes dans sa manière de piloter la voiture par rapport à Nico, il en était parfaitement conscient et il faisait tout ce qu'il pouvait pour y remédier. Mais les domaines qui, en vérité, étaient liés à son âge, où il ne pouvait pas être aidé en quoi que ce soit, étaient bien là. Je pense qu'il savait aussi que l'heure était venue [d'arrêter]."

partages
commentaires
Williams ne sacrifiera pas 2022 pour refaire son retard

Article précédent

Williams ne sacrifiera pas 2022 pour refaire son retard

Article suivant

Vettel a fait un stage dans une ferme pendant le confinement

Vettel a fait un stage dans une ferme pendant le confinement
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Formule 1
22 juin 2021
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021