Bottas sur les rumeurs : C'est "juste pour les clics"

L'avenir de Valtteri Bottas chez Mercedes semble être menacé, mais le principal intéressé refuse de se laisser décontenancer par les rumeurs.

Bottas sur les rumeurs : C'est "juste pour les clics"

Après un début de saison difficile qui le voit occuper la sixième place du classement général avec 47 points seulement en six Grands Prix, Valtteri Bottas voit déjà son avenir remis en question. Un bruit court sans fondement avéré, selon lequel Mercedes aurait déjà signifié au Finlandais qu'il allait quitter l'écurie à la fin de la saison, après notamment une performance catastrophique à Bakou. D'autant que le prometteur George Russell, protégé de la marque à l'étoile, est en fin de contrat chez Williams…

Lire aussi :

Cette décision de Mercedes, Bottas nie son existence, martelant par ailleurs vouloir se concentrer sur les trois courses à venir au Circuit Paul Ricard et au Red Bull Ring. "Vous savez, avec Toto nous discutons souvent, c'est normal pour nous", déclare-t-il. "Et nous avons aussi discuté récemment. Mais je ne peux pas confirmer ça – du moins personne ne m'a dit ça, bref : ce n'est pas vrai, ce sont des rumeurs, et je suis sûr qu'il y a toutes sortes de rumeurs qui ne sont basées sur aucun fait. Vous savez, les gens essaient d'inventer des histoires juste pour les clics, ça se passe ainsi."

Bottas insiste sur le fait qu'il prend toujours autant de plaisir à piloter une Formule 1. Par ailleurs, chercher un plan B ne fait pas partie de ses priorités actuelles. "Je n'y ai pas encore tant réfléchi que ça, à vrai dire", indique-t-il. "Bien sûr, on ne peut pas toujours s'isoler des rumeurs, et c'est pareil chaque saison : les mêmes questions, les mêmes spéculations, ça fait partie de la F1. Il est donc un peu trop tôt pour que je réponde à ça en détail. Nous n'avons pas vraiment discuté de quoi que ce soit avec Mercedes au sujet du contrat, et ça viendra."

Celui qui n'a eu que des contrats d'un an depuis son arrivée à Brackley en 2017 ajoute : "Je ne me suis pas vraiment laissé trop penser [à entamer les négociations avec Mercedes], car cela peut devenir une distraction, je l'ai appris [par le passé]. Cela viendra à un moment." Or, dans l'état actuel des choses, il serait très difficile pour Bottas de retrouver un baquet compétitif si la marque à l'étoile venait à se séparer de lui : les seules portes qui resteraient ouvertes seraient éventuellement Alfa Romeo et Williams…

Valtteri Bottas, Mercedes W12, Antonio Giovinazzi, Alfa Romeo Racing C41, et Nicholas Latifi, Williams FW43B

En attendant, Bottas va s'efforcer de rebondir après ce début de saison difficile, convaincu que le meilleur reste à venir. "Si je repense aux quatre dernières années avec l'équipe, bien sûr qu'il y an eu des hauts et des bas", commente le nordique. "Dans l'ensemble, je suis à l'aise. L'équipe est évidemment très exigeante avec ses pilotes, ce qui est attendu, et je suis très exigeant avec l'équipe. Tout ce que nous voulons faire, c'est gagner ; c'est notre objectif à chaque course. Et si nous ne gagnons pas, ce n'est confortable pour personne, cela nous donne envie de travailler encore plus dur."

"Si je repense désormais à ce début de saison, qui est loin d'être idéal pour de nombreuses raisons avec beaucoup de malchance, ce n'est jamais confortable quand on ne fait pas la saison que l'on aimerait faire. Mais vous savez, c'est comme ça. Dans la vie comme dans le sport, il y a toujours des hauts et des bas. Je sais que les hauts et les bons moments vont arriver, l'écurie le sait aussi, et je me sens bien soutenu par l'équipe, ce qui rend ça plus facile à gérer."

Bottas pilotera en tout cas ce week-end, au Circuit Paul Ricard, le châssis précédemment utilisé par Lewis Hamilton, son coéquipier héritant du sien en retour – une décision qui n'est manifestement pas prise pour trouver la clé de l'inexplicable manque de performance du Finlandais à Bakou. "Il a toujours été prévu que je change de châssis maintenant", affirme-t-il.

partages
commentaires
Verstappen : Pirelli ne peut pas "faire porter le chapeau" aux équipes

Article précédent

Verstappen : Pirelli ne peut pas "faire porter le chapeau" aux équipes

Article suivant

Mercedes a modifié le "bouton magique" de Hamilton après Bakou

Mercedes a modifié le "bouton magique" de Hamilton après Bakou
Charger les commentaires
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021