Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"

Jean-Éric Vergne salue le pari fait par Lewis Hamilton de rejoindre Mercedes fin 2012.

Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"

Lorsque Lewis Hamilton a signé chez Mercedes en septembre 2012, un certain scepticisme régnait quant à cette décision. Après tout, le Britannique évoluait aux avant-postes avec McLaren, déjà auteur de trois succès cette saison-là quand les Flèches d'Argent n'en comptaient qu'un sur les trois dernières campagnes en date.

Bien entendu, la suite des événements a donné raison à Hamilton, qui a remporté six titres mondiaux avec la marque à l'étoile après celui de 2008 obtenu chez McLaren et pourrait en ajouter un autre à sa collection cette saison. Jean-Éric Vergne, qui a côtoyé l'Anglais en Formule 1 de 2012 à 2014, reconnaît avoir été bluffé par le flair et par la réussite de celui-ci.

Interrogé au sujet du timing des choix de carrière dans le podcast Beyond The Grid, Vergne indique : "C'est quelque chose de très important. Certains appellent ça la chance, et avec le temps, je me suis rendu compte que ce n'était pas complètement vrai. Le meilleur exemple, pour moi, est Lewis. Je me rappelle, c'était en Inde en 2012, il était encore chez McLaren et il partait chez Mercedes. Mercedes était une nouvelle écurie qui ne gagnait pas de courses et en était loin."

"Je lui ai dit : 'Tu es fou, pourquoi est-ce que tu vas là-bas ? Tu es dans la meilleure équipe avec McLaren'. Il m'a répondu : 'Parce qu'il faut que je construise cette écurie autour de moi. J'en ai besoin si je veux battre Sebastian [Vettel]'. Évidemment, Sebastian gagnait tout à l'époque, et quand je regarde la carrière de Lewis chez Mercedes, ce qu'il a fait, c'est tout sauf de la chance. Le gars faisait confiance aux gens qui étaient dans l'équipe au début, il lisait en eux. Avec Toto Wolff et tous les techniciens derrière, ainsi que l'argent qui allait être injecté dans cette écurie, il savait qu'il avait toutes les chances, s'il travaillait bien avec l'équipe, d'en faire la plus victorieuse de la décennie, et aussi de devenir le pilote le plus victorieux de tous les temps. Et c'est ce qu'il a fait."

Lire aussi :

"Beaucoup de gens peuvent dire qu'il a la voiture la plus rapide, que c'est facile pour lui, mais il a construit cette chance, il a bâti cette équipe avec Toto Wolff et tous les gens chez Mercedes. Ce n'est pas de la chance, c'est beaucoup de travail, c'est avoir une vision sur le long terme : il l'avait, contrairement à beaucoup d'autres pilotes."

Après les quatre titres de Sebastian Vettel avec Red Bull, Mercedes reste invaincu depuis le début de l'ère turbo hybride, avec déjà six couronnes pour Lewis Hamilton et celle de Nico Rosberg en 2016, même si la domination de la marque à l'étoile est mise à mal par Max Verstappen cette saison.

partages
commentaires

Voir aussi :

Deuxième à Austin, Mercedes voit le verre à moitié plein
Article précédent

Deuxième à Austin, Mercedes voit le verre à moitié plein

Article suivant

Verstappen "n'était pas en pleine forme" à Austin

Verstappen "n'était pas en pleine forme" à Austin
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021