Verstappen serait "assez aisément" deuxième sans ses abandons

Max Verstappen se réjouit déjà de son bilan 2020 et retire une grande fierté du fait que la régularité de ses performances, lorsqu'il n'est pas contraint à l'abandon, lui permette de continuer à lutter contre un pilote Mercedes pour la deuxième place du championnat.

Verstappen serait "assez aisément" deuxième sans ses abandons

La F1 se présente une seconde fois en deux week-ends sur le Circuit International de Bahreïn, où se déroule cette fois le Grand Prix de Sakhir, sur une version "ovale" du tracé.

Cette avant-dernière manche de la saison 2020 voit Max Verstappen, deuxième le week-end dernier, se présenter en troisième position du Championnat du monde des pilotes, à 12 unités de Valtteri Bottas. Avec quatre résultats vierges de points au compteur, Verstappen peut regretter de n'avoir été en mesure de rallier l'arrivée qu'en onze occasions cette année. En effet, à l'exception du GP de Turquie, où il a bouclé la course en sixième position, le pilote Red Bull a systématiquement terminé sur le podium, et n'a que peu à se reprocher concernant les coups du sort subis cette saison.

Lire aussi :

Tandis que Lewis Hamilton demeure sur cinq succès consécutifs, le Britannique ne sera pas en mesure de tenter de réaliser la passe de six, dimanche, en raison de son forfait lié à un test COVID-19 positif. Une occasion rêvée pour Bottas de signer sa première victoire depuis le GP de Russie, l'un de ses deux uniques succès de la saison. Si Hamilton survole 2020, le second pilote Mercedes, lui, était atteignable aux yeux de Verstappen. Désormais, il ne reste que deux GP à celui-ci pour tenter d'y parvenir ; un défi dont il ne sait pas s'il est réellement atteignable.

"Peut-être, je ne sais pas. Je pense qu'il faudrait également pas mal de chance pour ça. C'est un peu dommage d'avoir abandonné quatre fois car sinon je pense que la P2 aurait été là assez aisément, oui. Mais c'est comme ça", soufflait-il dans le paddock ce jeudi.

Dans l'ensemble, Verstappen ne regarde pas trop en arrière et sait que sa saison, avec le matériel dont il dispose, présente un bilan très positif. Le Hollandais n'est-il pas justement en train de faire doute de l'issue de l'attribution de la seconde place au général face à un pilote Mercedes ? Au moment de choisir un mot pour décrire sa saison, Verstappen choisit un terme très positif.

"Globalement, simplement ravissante !", juge-t-il. "Mais ça peut toujours être mieux. Je pense que je suis en permanence le plus critique vis-à-vis de moi-même, mais qu'il ne faut pas regarder le nombre de victoires en Grand Prix ou le nombre de podiums car cela dépend vraiment de votre voiture. Je pense que comparativement à l'année dernière et celle d'avant, oui, j'ai un peu progressé en termes de régularité, ce qui est bien. J'en suis heureux. Bien entendu, nous souhaitons nous battre pour le titre en tant qu'équipe et il va nous falloir travailler là-dessus, y compris du côté châssis et moteur. Espérons que l'an prochain, il puisse y avoir un petit extra de compétitivité qui nous permette de rendre la vie plus difficile à Mercedes."

Pas forcément le meilleur tracé pour Red Bull

Le tracé "ovale" de Bahreïn présente une configuration différente de celle du circuit de Grand Prix habituel. Plus court, il est également plus fluide et rapide, et sollicitera l'unité de puissance d'une manière plus similaire à celle de Monza.

"J'espère réellement que ça ne sera pas comme à Monza", sourit Verstappen, lorsque lui est présenté le sujet. "Attendons de voir. La piste, bien entendu, est un peu différente de Monza. Je pense qu'il y a toujours quelques virages où l'on peut un peu faire la différence. À Monza, on roule vraiment avec un appui très faible ; tout le monde est avec très, très peu d'appui. On se repose vraiment sur les lignes droites. Je pense qu'ici, il y aura une petite différence en termes de niveaux d'appui. Mais oui, prions pour que ça soit mieux ! Il n'y a pas grand-chose que l'on puisse faire en termes de puissance moteur. Je pense qu'il faut plutôt trouver le bon compromis [entre appui et puissance]."

 

partages
commentaires
Grosjean a fait son retour dans le paddock F1 après son terrible crash
Article précédent

Grosjean a fait son retour dans le paddock F1 après son terrible crash

Article suivant

Leclerc "pourrait parier" sur une victoire de Russell

Leclerc "pourrait parier" sur une victoire de Russell
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021