Vettel juge "embarrassante" la règle sur le tour de retard en F1

Sebastian Vettel n'est pas enthousiasmé par le fait que les pilotes reprennent leur tour de retard en piste sous Safety Car.

Vettel juge "embarrassante" la règle sur le tour de retard en F1

Voilà plusieurs années qu'en cas de neutralisation d'un Grand Prix de Formule 1 par la voiture de sécurité, les pilotes à un tour (ou plus) peuvent reprendre ce tour de retard dans les derniers instants de la neutralisation, afin de permettre aux leaders de se battre sans être séparés par des retardataires et de ne pas créer d'injustice entre des concurrents qui pourraient recoller au leader et d'autres qui seraient coincés à un tour.

Lire aussi :

La procédure fait toutefois l'objet de débats depuis le Grand Prix d'Émilie-Romagne à Imola, où Lance Stroll, quasiment à pleine vitesse, est passé très près de commissaires qui évacuaient la monoplace de George Russell, à l'entrée d'Acque Minerali. Le directeur de course Michael Masi confirme justement que la FIA s'est penchée sur le sujet.

"Nous avons effectué des changements de procédure qui ont fait l'objet de discussions avec les team managers et les pilotes lors des réunions respectives de jeudi et vendredi soir, changements auxquels les deux groupes ont apporté leur soutien total", indique Masi. "Il y a des éléments de procédure qui ont changé concernant les suggestions de ce qui pourra et ne pourra pas être fait à l'avenir, pour 2021 et au-delà."

"C'est un sujet qui est au programme du comité sportif, groupe qui représente la FIA, la F1 et tous les team managers. Nous en discuterons dans la globalité et verrons quels sont les points positifs et négatifs ainsi que les conséquences imprévues, car nous nous sommes rendu compte au fil des années que dès qu'il y a une réaction hâtive au niveau réglementaire, cela a généralement une conséquence inattendue. Ce groupe va collectivement en discuter et étudier toutes les permutations."

The Safety Car leads Valtteri Bottas, Mercedes F1 W11 EQ Performance

Directeur de l'Association des Pilotes de Grand Prix (GPDA), Sebastian Vettel a pour sa part un avis bien tranché sur la question. Selon lui, la solution est simple : "Je pense que la raison pour laquelle nous reprenons notre tour de retard sur la piste est parce que nous ne parvenons pas à concevoir un logiciel qui nous 'réinitialise'. Nous devons donc faire ce tour supplémentaire, ce qui paraît assez embarrassant, mais j'estime que c'est la vérité. J'imagine qu'à l'avenir, nous devrions probablement consacrer des efforts au logiciel pour que les voitures à un tour ne soient pas obligées de reprendre leur tour de retard sur la piste mais qu'on leur ajoute un tour à l'écran et qu'on les remette dans leur position réelle. Je pense que ce serait la solution."

"Bien sûr, une conséquence qu'il y a eu par le passé, c'étaient des pilotes qui tentaient de rattraper le peloton, et dans d'autres catégories, qui avaient des accidents. Cela ne peut être sécuritaire d'avoir un accident pendant une neutralisation. De plus, comme on l'a vu à Imola, il y avait des commissaires qui nous rendaient service, qui évacuaient la voiture échouée à cet endroit, qui nettoyaient la piste. Je pense que ces deux facteurs ne sont pas compatibles, et que nous devrions juste nous concentrer sur la solution, que j'estime être purement liée au logiciel. Et vu que nous sommes en 2020, je pense que ce devrait être faisable."

Un porte-parole de la FIA a confirmé à Motorsport.com que le système de chronométrage n'avait pas la capacité de donner à un pilote un tour qu'il n'a pas parcouru mais a souligné que cette fonctionnalité n'avait jamais été demandée. Michael Masi, quant à lui, tient à évaluer tous les tenants et aboutissants d'une telle décision avant de trancher.

"Je crois savoir que cela a été envisagé il y a de nombreuses années quand la règle a été ajoutée", indique l'Australien. "On m'a dit qu'à l'époque, les équipes n'y étaient en réalité pas favorable. On parle d'une dégradation de pneus différente, d'une charge en carburant différente, d'autres conséquences du fait de le faire simplement via un changement sur le logiciel : il faut voir quel serait le désavantage global, côté sportif."

Propos recueillis par Luke Smith et Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

L'Arabie saoudite veut une course de W Series

Article précédent

L'Arabie saoudite veut une course de W Series

Article suivant

Red Bull peut réussir en reprenant le projet Honda, selon Wolff

Red Bull peut réussir en reprenant le projet Honda, selon Wolff
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021