Wolff s'amuse des rumeurs de relation tendue avec Källenius

Le directeur exécutif de Mercedes en F1, Toto Wolff, s'est amusé des rumeurs faisant état d'une rupture avec le patron de Daimler, Ola Källenius, tout en répétant son intention de rester au sein de l'écurie Championne du monde.

Wolff s'amuse des rumeurs de relation tendue avec Källenius
Charger le lecteur audio

S'exprimant ce mercredi devant une sélection de médias, dont Motorsport.com, en visioconférence, Toto Wolff a été amené à évoquer son avenir, qui est au centre de rumeurs depuis désormais plusieurs mois et dont d'aucuns disent qu'il ne passera bientôt plus par son rôle à la tête de l'équipe Mercedes, son contrat actuel s'achevant en fin de saison 2020. Si l'Autrichien reconnaît, comme nous vous le rapportions précédemment, qu'il n'a pas encore pris de décision concernant son futur poste, il affirme que les bruits faisant état d'une relation tendue avec le PDG de Daimler, Ola Källenius, sont loin du compte.

Quand il lui a été demandé de comparer sa relation avec Källenius et celle qu'il entretenait avec son prédécesseur, Dieter Zetsche, Wolff a répondu : "[Ce sont] deux personnalités très différentes, mais avec lesquelles j'ai une excellente relation de travail, et plus que cela, une amitié en fait. Avec Ola, j'ai bien ri lorsque ces rumeurs ont commencé à circuler à l'époque, selon lesquelles notre relation était dysfonctionnelle. Nous sommes au téléphone plusieurs fois par semaine, et il est très impliqué. C'est un très bon sparring partner pour moi, dont je ne voudrais pas me passer, tout comme Dieter l'était."

Lire aussi :

Pour l'Autrichien, les bruits sur un éventuel départ ont été avant tout alimentés par l'investissement personnel qu'il a pu réaliser chez Aston Martin en début d'année. "J'ai acheté quelques actions d'Aston Martin comme investissement financier. Je crois en la marque. Je pense que la stratégie qui est déployée a du sens. Tobias Moers, le nouveau directeur général, est un type que je connais depuis longtemps. Et je crois qu'il peut redresser cette entreprise."

"Il y a un groupe d'actionnaires très fort qui soutient Aston Martin aujourd'hui et qui ne le laissera pas tomber. C'est pourquoi j'ai décidé de faire partie de ce groupe. Mes fonctions exécutives sont inchangées. Je suis chez Mercedes, je suis le team principal et je suis un actionnaire. Et il est clair que, faute d'autres gros titres, cette histoire d'Aston Martin a fait des vagues. Mais je planifie avec Mercedes. J'ai bien l'intention de rester ici. Et ça ne change pas."

"J'ai besoin de me remettre en question"

Parmi les options potentielles pour la suite, Wolff pourrait conserver son rôle exécutif mais prendre du recul sur certaines responsabilités de directeur de l'équipe, ce qui lui permettrait de ne plus être présent à toutes les courses. James Allison, le directeur technique, pourrait par exemple le remplacer dans certaines situations, comme ce fut le cas lors de réunions de responsables d'écuries cette année. 

En tout cas, Wolff a déclaré n'avoir aucun scrupule à rassembler autour de lui des gens prêts à le remplacer au bon moment, alors qu'il doit évaluer exactement ce qu'il fera après cette année. "Une chose dont je suis vraiment fier dans notre équipe, c'est que nous avons toujours réussi à faire évoluer les responsables vers des rôles différents. Nous avons élevé des talents et c'est la même chose pour moi."

Lire aussi :

"J'ai la chance d'être à la tête de Mercedes depuis début 2014, et avec des années que je n'aurais pas voulu manquer. J'ai vraiment apprécié l'interaction et le travail avec tous mes amis au sein de l'équipe de F1 et chez Daimler, et c'est quelque chose que je ne veux pas oublier. Néanmoins, j'ai besoin de me remettre en question. Je ne veux pas être un directeur d'équipe qui passe de formidable à [simplement] bon sans se rendre compte qu'il n'apporte peut-être plus autant à l'équipe qu'au début."

"Je sens que je peux encore apporter beaucoup de choses, mais bien sûr, je réfléchis à mon avenir. Je suis en discussion avec Ola pour savoir comment cela va se passer. Ce n'est pas un simple contrat de travail, cela implique aussi une participation au capital. Mais nous sommes en plein processus de définition de notre avenir commun, et je ne veux donc pas m'en tenir à une formulation particulière, qu'il s'agisse de directeur d'équipe ou de directeur général. Et pour être honnête avec vous, je n'ai encore pris aucune décision, car nous n'avons même pas encore commencé à courir. Donc tous ces accords et discussions ont lieu en ce moment même."

Avec Adam Cooper  

partages
commentaires
Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP
Article précédent

Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP

Article suivant

Pérez et Gasly à l'affiche du GP d'Azerbaïdjan virtuel

Pérez et Gasly à l'affiche du GP d'Azerbaïdjan virtuel
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021