Wolff s'amuse des rumeurs de relation tendue avec Källenius

Le directeur exécutif de Mercedes en F1, Toto Wolff, s'est amusé des rumeurs faisant état d'une rupture avec le patron de Daimler, Ola Källenius, tout en répétant son intention de rester au sein de l'écurie Championne du monde.

Wolff s'amuse des rumeurs de relation tendue avec Källenius

S'exprimant ce mercredi devant une sélection de médias, dont Motorsport.com, en visioconférence, Toto Wolff a été amené à évoquer son avenir, qui est au centre de rumeurs depuis désormais plusieurs mois et dont d'aucuns disent qu'il ne passera bientôt plus par son rôle à la tête de l'équipe Mercedes, son contrat actuel s'achevant en fin de saison 2020. Si l'Autrichien reconnaît, comme nous vous le rapportions précédemment, qu'il n'a pas encore pris de décision concernant son futur poste, il affirme que les bruits faisant état d'une relation tendue avec le PDG de Daimler, Ola Källenius, sont loin du compte.

Quand il lui a été demandé de comparer sa relation avec Källenius et celle qu'il entretenait avec son prédécesseur, Dieter Zetsche, Wolff a répondu : "[Ce sont] deux personnalités très différentes, mais avec lesquelles j'ai une excellente relation de travail, et plus que cela, une amitié en fait. Avec Ola, j'ai bien ri lorsque ces rumeurs ont commencé à circuler à l'époque, selon lesquelles notre relation était dysfonctionnelle. Nous sommes au téléphone plusieurs fois par semaine, et il est très impliqué. C'est un très bon sparring partner pour moi, dont je ne voudrais pas me passer, tout comme Dieter l'était."

Lire aussi :

Pour l'Autrichien, les bruits sur un éventuel départ ont été avant tout alimentés par l'investissement personnel qu'il a pu réaliser chez Aston Martin en début d'année. "J'ai acheté quelques actions d'Aston Martin comme investissement financier. Je crois en la marque. Je pense que la stratégie qui est déployée a du sens. Tobias Moers, le nouveau directeur général, est un type que je connais depuis longtemps. Et je crois qu'il peut redresser cette entreprise."

"Il y a un groupe d'actionnaires très fort qui soutient Aston Martin aujourd'hui et qui ne le laissera pas tomber. C'est pourquoi j'ai décidé de faire partie de ce groupe. Mes fonctions exécutives sont inchangées. Je suis chez Mercedes, je suis le team principal et je suis un actionnaire. Et il est clair que, faute d'autres gros titres, cette histoire d'Aston Martin a fait des vagues. Mais je planifie avec Mercedes. J'ai bien l'intention de rester ici. Et ça ne change pas."

"J'ai besoin de me remettre en question"

Parmi les options potentielles pour la suite, Wolff pourrait conserver son rôle exécutif mais prendre du recul sur certaines responsabilités de directeur de l'équipe, ce qui lui permettrait de ne plus être présent à toutes les courses. James Allison, le directeur technique, pourrait par exemple le remplacer dans certaines situations, comme ce fut le cas lors de réunions de responsables d'écuries cette année. 

En tout cas, Wolff a déclaré n'avoir aucun scrupule à rassembler autour de lui des gens prêts à le remplacer au bon moment, alors qu'il doit évaluer exactement ce qu'il fera après cette année. "Une chose dont je suis vraiment fier dans notre équipe, c'est que nous avons toujours réussi à faire évoluer les responsables vers des rôles différents. Nous avons élevé des talents et c'est la même chose pour moi."

Lire aussi :

"J'ai la chance d'être à la tête de Mercedes depuis début 2014, et avec des années que je n'aurais pas voulu manquer. J'ai vraiment apprécié l'interaction et le travail avec tous mes amis au sein de l'équipe de F1 et chez Daimler, et c'est quelque chose que je ne veux pas oublier. Néanmoins, j'ai besoin de me remettre en question. Je ne veux pas être un directeur d'équipe qui passe de formidable à [simplement] bon sans se rendre compte qu'il n'apporte peut-être plus autant à l'équipe qu'au début."

"Je sens que je peux encore apporter beaucoup de choses, mais bien sûr, je réfléchis à mon avenir. Je suis en discussion avec Ola pour savoir comment cela va se passer. Ce n'est pas un simple contrat de travail, cela implique aussi une participation au capital. Mais nous sommes en plein processus de définition de notre avenir commun, et je ne veux donc pas m'en tenir à une formulation particulière, qu'il s'agisse de directeur d'équipe ou de directeur général. Et pour être honnête avec vous, je n'ai encore pris aucune décision, car nous n'avons même pas encore commencé à courir. Donc tous ces accords et discussions ont lieu en ce moment même."

Avec Adam Cooper  

partages
commentaires
Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP

Article précédent

Barcelone ne paiera pas pour accueillir la F1 et le MotoGP

Article suivant

Pérez et Gasly à l'affiche du GP d'Azerbaïdjan virtuel

Pérez et Gasly à l'affiche du GP d'Azerbaïdjan virtuel
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Auteur Fabien Gaillard
La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ? Prime

La force de Mercedes avec ses pneus est-elle sa plus grande faiblesse ?

Mercedes a quitté Imola en conservant la tête des deux classements généraux mais ne se fait aucune illusion sur la menace que représente Red Bull.

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021

Après le Grand Prix d'Émilie-Romagne, deuxième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
19 avr. 2021
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021