Formule 1
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
1 jour
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
28 jours
WRC
03 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WSBK
11 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
26 oct.
Événement terminé
IndyCar
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
Formule E
C
E-Prix d'Ad Diriyah
22 nov.
-
23 nov.
Prochain événement dans
8 jours
C
E-Prix de Santiago
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
64 jours

Gelael était forfait pour protester contre les commissaires

partages
commentaires
Gelael était forfait pour protester contre les commissaires
Par :
15 juil. 2019 à 17:07

Sean Gelael a justifié son forfait pour les courses de Silverstone par une protestation contre les commissaires, qui l'avaient pénalisé de trois places sur la grille de la première manche du week-end.

Le week-end de Sean Gelael avait bien mal commencé à Silverstone, puisque dès son quatrième tour en essais libres, l'Indonésien dans une tentative lancée s'est accroché avec un Louis Delétraz au ralenti dans le virage de Brooklands. Le Suisse a pu poursuivre la séance tandis que Gelael a dû mettre pied à terre.

 

Les commissaires ont décidé de donner une réprimande à Gelael pour cette collision, avant de revenir sur leur décision pour lui infliger trois places de pénalité sur la grille de départ de la Course Principale. Une sanction que le pilote Prema n'a pas acceptée, allant jusqu'à déclarer forfait pour le reste du week-end ; il s'était qualifié 18e et aurait donc été dernier sur la grille.

Résumé des courses de Silverstone :

"Lors de ces quatre années en F2, surtout cette année, beaucoup de choses hors de mon contrôle se sont produites", déclare Gelael pour Motorsport.com. "Par exemple ce qui s'est passé à Monaco [où les commissaires ont commis une erreur sous drapeau rouge, ndlr]. Ce n'est pas cohérent."

"Je pense que c'est question de principe. Si [ce forfait] était considéré comme une protestation, je ne serais pas en désaccord. Mais pour moi, il s'agit de beaucoup de choses : on ne peut pas être incohérent à ce point dans la prise de décisions. Quand ils m'ont informé de la décision, j'étais sous le choc et je ne savais pas quoi dire."

Sean Gelael, PREMA RACING

"Ce n'était pas qu'une protestation, c'est vraiment la limite que je fixe quant à la manière dont le championnat et les commissaires gèrent les choses. Ils m'ont donné une réprimande et deux points de pénalité. Je me suis dit qu'ils ne pouvaient pas rejeter la faute sur quelqu'un qui n'avait pas tort. Nous avons tenté de faire appel et avons découvert dans la réglementation que si l'on donne une réprimande, on ne peut pas donner de points de pénalité. Le matin, le team manager Guillaume [Capietto] est allé parler aux commissaires. Nous avons dit : 'Nous ne sommes pas d'accord avec ça, mais si vous nous donnez la réprimande, enlevez-nous au moins les points de pénalité' car ce n'était pas nécessaire. Apparemment, ils sont juste revenus avec une pénalité de trois places sur la grille." La FIA n'a pas souhaité réagir à ces commentaires.

À la décharge de Gelael, Louis Delétraz lui-même a qualifié l'accrochage d'"incident de course, quelque chose que nous aurions pu éviter tous les deux". Bruno Michel, PDG du championnat, a quant à lui pris sa défense dans sa chronique habituelle d'après-meeting : "Je ne peux que regretter la manière dont la pénalité de Sean a été modifiée à la dernière minute juste avant la Course Principale. Je comprends tout à fait sa frustration et sa réaction."

Quel avenir en F2 ?

En attendant, l'avenir de Gelael dans l'antichambre de la Formule 1 est remis en question. Cela fait quatre ans que le protégé de KFC a rejoint le GP2, et il a depuis lors participé à 88 courses sans remporter une seule victoire. Cette saison au sein de l'écurie Prema, la même qui a mené Pierre Gasly et Charles Leclerc au titre, se passe particulièrement mal, puisque Gelael n'est que 16e du championnat avec 11 unités au compteur en 12 courses : bien loin de ce qui serait nécessaire pour marquer le moindre point de Super Licence.

"Nous allons prendre quelques jours pour nous calmer et nous ressaisir. Quant à savoir ce que l'avenir nous réserve, c'est une décision entre l'équipe, mes proches et moi. La course est influencée par beaucoup de choses qui se passent autour de moi. Cela enlève tout le plaisir, cela enlève le cœur à la course et si le cœur n'y est pas, à quoi bon ?" conclut-il.

Propos recueillis par Jack Benyon

Article suivant
Aitken arrache la victoire à Delétraz

Article précédent

Aitken arrache la victoire à Delétraz

Article suivant

Lando Norris se sent plus à l'aise en F1 qu'en F2

Lando Norris se sent plus à l'aise en F1 qu'en F2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Événement Silverstone
Pilotes Sean Gelael
Équipes Prema Powerteam
Auteur Benjamin Vinel