Carlin ne fera rouler qu'une voiture au Texas

Conséquence de la crise actuelle, la Carlin Chevrolet attribuée à Felipe Nasr ne sera finalement pas de la partie cette semaine pour le Genesys 300.

Carlin ne fera rouler qu'une voiture au Texas

Il n'y aura finalement qu'une seule Carlin Chevrolet sur la grille de départ de la première manche de la saison IndyCar, programmée pour la fin de cette semaine. Reporté de plus de deux mois et demi par la situation sanitaire mondiale, le championnat va pouvoir s'élancer au Texas, avec une épreuve disputée à huis clos. Cependant l'équipe britannique a temporairement retiré sa voiture numéro 31, qui devait être pilotée par Felipe Nasr.

Dans une brève déclaration, Carlin a expliqué : "Compte tenu de l'impact économique dû à l'actuelle pandémie de COVID-19 en Europe, la Carlin n°31 ne sera pas inscrite ce week-end pour la première manche de la saison IndyCar, au Texas Motor Speedway. Nous allons continuer à travailler avec nos partenaires en Europe et tenterons d'avoir deux voitures pour le reste de la saison."

Lire aussi :

L'arrivée de Felipe Nasr avait été annoncée en mars, juste avant la date prévue de lancement du championnat, à St. Petersburg, mais sa présence dans la voiture n°31 avait ensuite été sujette au doute. Il devait faire équipe cette saison avec Max Chilton, mais aussi avec Conor Daly, appelé à remplacer le Britannique sur les ovales. C'est d'ailleurs bien l'Américain qui représentera Carlin pour le Genesys 300 cette semaine, au volant de la voiture n°59.

Par ailleurs, Alex Palou (Dale Coyne Racing) et Rinus VeeKay (Ed Carpenter Racing) semblent tous deux avoir observé 14 jours d'isolement après avoir séjourné en Europe, bien qu'ils aient espéré recevoir des dérogations compte tenu de leur statut d'athlètes professionnels.

partages
commentaires
Dixon est frustré par la limite de durée des relais au Texas

Article précédent

Dixon est frustré par la limite de durée des relais au Texas

Article suivant

Au Texas, prémices d'une saison qui s'annonce difficile

Au Texas, prémices d'une saison qui s'annonce difficile
Charger les commentaires