Montoya croit encore à la Triple Couronne

Juan Pablo Montoya aimerait avoir la possibilité de disputer les 24 Heures du Mans au volant d'une voiture capable de gagner dans les années à venir.

Montoya croit encore à la Triple Couronne

À 44 ans, Juan Pablo Montoya a encore certaines ambitions. Vainqueur du Grand Prix de Monaco en 2003 lors de sa carrière en Formule 1, double vainqueur des 500 Miles d'Indiapolis (2000 et 2015), il est de ceux qui pourraient décrocher la fameuse Triple Couronne s'il venait à remporter un jour les 24 Heures du Mans. Le Colombien y pense, aimerait en avoir l'opportunité, mais n'en fait pas une idée fixe.

Montoya sera le week-end prochain au départ de l'épreuve virtuelle organisée par l'ACO, le FIA WEC et Motorsport Games. Une occasion de renouer avec la classique mancelle, à laquelle il a participé pour la première fois en 2018 sous les couleurs de l'équipe United Autosports. C'était dans la catégorie LMP2 et sans possibilité de lutter pour le classement général. Cette perspective pourrait toutefois se présenter dans les années à venir grâce à la future réglementation LMDh, d'autant que le Team Penske observe la situation de près.

Lire aussi :

À ce jour, seul Graham Hill a réussi l'exploit de décrocher cette Triple Couronne. Fernando Alonso, vainqueur à Monaco et au Mans, cherche quant à lui à triompher à Indianapolis pour devenir le second dans l'Histoire. Montoya assure qu'il n'y a pas de concours entre les deux hommes, mais l'idée le titille forcément un peu…

"Je pense que maintenant avec l'hybride [le LMDh], tout le nouveau package, si nous avons une bonne opportunité de rouler là-bas ce sera très plaisant", admet-il auprès de Motorsport.com. "Ce serait excitant d'aller aux 24 Heures du Mans et de viser la victoire au classement général. Et croyez-moi, si c'était le cas la préparation serait différente [de celle des 24 Heures virtuelles]. Est-ce que j'aimerais la gagner [la Triple Couronne] ? Oui, mais je ne vois pas ça en me disant : 'Oh, je veux vraiment la gagner parce que Fernando le veut aussi'. Je pense que ce serait chouette d'essayer car Le Mans est une superbe épreuve et ça fait partie de ces grandes courses auxquelles on participe."

Juan Pablo Montoya participera aux 24 Heures du Mans virtuelles ce week-end pour le Team Penske dans la catégorie LMP2, aux côtés de Simon Pagenaud. Il relativise toutefois la valeur de cette compétition créée en raison de la crise du coronavirus par rapport à la réalité : "On ne peut pas comparer. C'est bien qu'ils aient pu organiser un événement aussi incroyable pour une course de 24 heures, mais je ne vois pas ça comme une occasion de remporter la Triple Couronne."

Propos recueillis par Stefan Mackley  

partages
commentaires
Le Mans 1999 : Mercedes voulait "des voitures invincibles"

Article précédent

Le Mans 1999 : Mercedes voulait "des voitures invincibles"

Article suivant

Le Mans 1999 : "Le ciel, le sol, le ciel... encore plus haut"

Le Mans 1999 : "Le ciel, le sol, le ciel... encore plus haut"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , IndyCar , 24 Heures du Mans
Pilotes Juan Pablo Montoya
Auteur Basile Davoine
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020