24 Heures du Mans Journée Test 24H du Mans

Le souvenir de Bianchi accompagne Marciello jusqu'au Mans

Raffaele Marciello arbore pour ses premières 24 Heures du Mans les couleurs de Jules Bianchi. Une habitude devenue précieuse pour le nouveau pilote BMW.

Raffaele Marciello avec son casque hommage à Jules Bianchi

À 29 ans, Raffaele Marciello découvre les 24 Heures du Mans. Passé par un cursus monoplace, sacré Champion d'Europe de F3 en 2013, le Suisse s'est reconverti depuis six ans en GT. Devenu une référence dans la discipline, où il a longtemps défendu les couleurs de Mercedes, il a quitté la firme à l'étoile l'hiver dernier pour relever un nouveau défi : direction une autre crèmerie allemande en intégrant BMW, avec à la clé un programme Hypercar, entre autres.

Voici le natif de Zurich qui fait ses gammes dans une nouvelle catégorie, au volant d'un prototype LMDh qui demande encore à progresser pour se rapprocher des meilleurs. Nul doute que Raffaele Marciello sera un atout important pour apporter sa pointe de vitesse. Et pour ceux qui ne le connaissent pas, on vous déconseille de vous fier à son apparence faussement débonnaire !

"C'est sympa ! C'est grand par rapport aux autres 24H que j'ai faites comme Daytona, Spa ou le Nürburgring", a-t-il confié à Motorsport.com lorsqu'il est arrivé en Sarthe. "Le paddock est impressionnant."

La Journée Test étant ce qu'elle est, on ne s'aventurera pas à placer BMW et ses deux M Hybrid V8 dans la hiérarchie, il est encore trop tôt. D'ailleurs, le constructeur allemand qui fait son retour sur l'épreuve en catégorie reine pour la première fois depuis 1999 ne s'y trompe pas, il faut d'abord bien faire les choses. 

"Avant toute chose, il faut que l'on termine la course", appuie Raffaele Marciello. "Ça n'est jamais facile avec les courses de 24 heures. Sur des 24 heures, chaque fois qu'on fait une course propre, on obtient un bon résultat, alors il faut que l'on fasse de notre mieux."

Raffaele Marciello a fait ses débuts en piste lors de la Journée Test.

Raffaele Marciello a fait ses débuts en piste lors de la Journée Test.

Photo de: Nikolaz Godet

Surtout, les plus observateurs auront remarqué que le casque porté par Raffaele Marciello n'a rien d'anodin. Cette année, il portera fièrement des couleurs identiques à celles du regretté Jules Bianchi. Un leitmotiv chez lui, qui a passé cinq années au sein de la Ferrari Driver Academy, de 2010 à 2015, et a entretenu des relations proches et privilégiées avec le Français jusqu'à son tragique accident de Suzuka.

"Je le fais depuis plusieurs années", nous explique-t-il, fier aussi de nous montrer le numéro 17 tatoué sur son avant-bras gauche. "Ce casque était aussi prévu au Nürburgring, il sera à Spa, et mon second casque est aussi aux couleurs de Jules, donc ça n'est pas parce que c'est Le Mans. Je garderai toujours les couleurs de Jules. C'est toujours bien de se souvenir de lui."

"Ça fait longtemps que j'ai les couleurs de Jules sur le casque. En 2021, j'avais la moitié du design de Jules et ses couleurs sur le mien. J'ai aussi un tatouage pour lui. On vivait ensemble à l'époque Ferrari alors c'est sympa de ramener ses couleurs en piste. J'ai vu son dernier casque, celui qu'il avait à Suzuka, alors j'ai fait le même dessin."

 
Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le défi du LMDh qui rend Bourdais "très inquiet" aux 24H du Mans
Article suivant Le rendez-vous manqué de Carlos Sainz au Mans

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France