Pour Aleix Espargaró, la maigreur est une nécessité en MotoGP

Figurant parmi les pilotes les plus grands en MotoGP, Aleix Espargaró est aussi parmi les plus maigres, surveillant énormément son poids pour éviter de gagner en masse musculaire.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team

Le poids est toujours vu comme un ennemi de la performance dans les sports mécaniques. Les ingénieurs sont dans une quête perpétuelle d'allégement des pièces car même quand un poids minimum est imposé, il est intéressant de placer des lests pour jouer sur la répartition des masses. Les pilotes du MotoGP ne sont pas épargnés par cette chasse aux grammes superflus. Situés au sommet de leur machine, ils doivent être aussi légers que possibles pour ne pas trop perturber le centre de gravité de l'ensemble.

La question du poids est "très importante" pour Aleix Espargaró, qui estime que "pratiquement tous les pilotes" sont contraints d'être très minces voire maigres actuellement, comme il l'est devenu lui-même ces dernières années, aidé par beaucoup de cyclisme et un régime alimentaire draconien. "Par le passé, avec mes coéquipiers, j'ai pu voir que même si on a 300cv ou presque, au final c'est une machine et il faut qu'elle avance, donc moins il y a de poids, plus forte est l'accélération", constate le pilote Aprilia. "C'est aussi clair que ça. Si on a assez de forces pour maîtriser la moto en faisant 60 kg, pourquoi en peser 70 ?"

En Formule 1, le problème a partiellement été réglé en imposant un poids minimum de 80 kg pour un ensemble comprenant le baquet le pilote. Les pilotes plus légers sont ainsi moins avantagés tandis que les plus grands, naturellement plus lourds, n'ont plus à viser un poids potentiellement trop faible pour leur santé. La situation est plus complexe sur deux roues puisque le pilote est en mouvement sur sa moto et l'idée de lests pour offrir une meilleure équité a vite été balayée en 2019.

L'évolution des motos et la compétitivité du plateau semblent néanmoins désavantager de plus en plus les grands gabarits. Au cours de ses deux dernières saisons en MotoGP, Danilo Petrucci a régulièrement mis en avant ses 80 kg, une trentaine de plus que Dani Pedrosa, pour expliquer ses difficultés, et cet obstacle infranchissable a contribué à son départ dans d'autres catégories.

Danilo Petrucci a été ralenti par son poids en 2021

Danilo Petrucci a été ralenti par son poids en 2021

Aleix Espargaró ne rend qu'un centimètre à l'Italien mais parvient à rester à un poids plus faible. Le Catalan est pour cela contraint de surveiller constamment son régime alimentaire, mais également de trouver un équilibre dans sa préparation physique afin d'avoir suffisamment de force sans trop de masse musculaire.

"Ça n'est pas facile de trouver ce compromis", explique Espargaró. "Pour les pilotes qui font moins de 1,74 ou 1,75m, c'est très facile. Ils peuvent aller à la salle et gagner en force, surtout dans la partie haute du corps. Mais pour les pilotes qui font 1,80m, comme moi, ou plus, c'est très difficile de trouver cet équilibre. Je fais actuellement 65 kg, mais je ne porte même pas une bouteille d'eau ! Je ne peux faire aucun exercice de poids à la salle, parce que sinon je peux très facilement monter à 68 ou 69 kg, et alors on commence à perdre en accélération et en performance."

L'aîné des frères Espargaró semble s'accommoder de la situation : "Ça n'est pas facile d'avoir des forces tout en étant à cette limite, mais c'est notre job. Quand je pousse les ingénieurs à nous donner plus de chevaux, je sais que ça n'est pas facile pour eux non plus, alors je fais de mon mieux et eux aussi."

Lire aussi :

Avec Léna Buffa

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Márquez : "Pas besoin d'être à 100% pour se battre pour le titre"
Article suivant Darryn Binder, le rookie sous-estimé ?

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France