Aleix Espargaró prêt à évaluer une prolongation d'un ou deux ans

Aleix Espargaró se sent encore motivé et affûté physiquement pour continuer à courir au-delà de son contrat actuel. Il indique qu'il prendra le temps de la réflexion pendant l'hiver et entamera des discussions avec Aprilia.

Aleix Espargaró prêt à évaluer une prolongation d'un ou deux ans

Comme un grand nombre de pilotes du plateau MotoGP, Aleix Espargaró est actuellement sous contrat jusqu'en 2022 inclus. La dynamique prise par le marché des transferts signifie qu'il va lui falloir réfléchir à son avenir dès cet hiver. S'il a déjà évoqué l'idée de la retraite lorsque le programme Aprilia connaissait sa phase la plus frustrante, l'arrivée de bons résultats depuis l'an dernier semble avoir reboosté le pilote espagnol et, aujourd'hui, il se dit prêt à prolonger son contrat pour une ou deux saisons de plus.

"Je sens que je suis motivé, et je sens que physiquement et mentalement je suis assez fort pour courir encore au moins un ou deux ans de plus. Je dois encore décider si je veux signer une année de plus, pour 2023, ou bien pour 2023 et 2024", indique Aleix Espargaró, aujourd'hui âgé de 32 ans.

"Mais il est aussi très important de voir quelles sont les idées d'Aprilia. Je n'ai pas vraiment parlé de l'avenir avec eux parce que je sais qu'ils ont été très, très occupés avec la nouvelle équipe, sachant que l'année prochaine on ne courra plus avec Gresini. Ils sont très occupés, le travail qu'ils ont à faire est très intense, mais on aura le temps d'en discuter pendant l'hiver, pour voir quelles sont leurs idées, quel est leur désir, s'ils veulent un pilote plus jeune."

Lire aussi :

Espargaró ne cache pas son attrait pour une autre discipline qu'il pratique assidument à l'entraînement et qu'il pourrait être tenté de vivre à un niveau professionnel : le cyclisme. À l'heure d'envisager une fin à sa carrière en MotoGP, c'est clairement en pensant au vélo que le pilote mènera sa réflexion.

"Je vieillis, mais pour un sport comme le cyclisme, je pense que j'ai encore du temps. L'année prochaine sera la dernière de mon contrat avec Aprilia, alors on va voir comment se passent les négociations avec eux cet hiver, comment se passent les premières courses de la saison 2022, et ensuite je déciderai si je continue à courir ou bien si je prends un autre rôle ou si j'accepte quelque chose dans le milieu du cyclisme. Je n'ai rien décidé cette année car je crois que j'étais encore très rapide et compétitif, j'étais très concentré sur le MotoGP, mais je vais avoir beaucoup de temps pendant l'hiver pour y penser et analyser mon avenir."

Un challenge attendu face à Viñales

Actuellement dans sa cinquième année avec Aprilia, Espargaró s'est rapidement imposé comme le leader du programme, voyant défiler à ses côtés des coéquipiers qui se sont bien souvent cassé les dents sur la RS-GP. La tendance avait commencé à changer avec l'entrée en scène d'Andrea Iannone, jusqu'à la suspension de l'Italien et une période de transition qui prend tout juste fin depuis le recrutement de Maverick Viñales il y a deux mois.

C'est encore Espargaró qui affiche les meilleurs résultats avec la machine de Noale, avec notamment un podium à Silverstone suivi par une quatrième place en Aragón. Bien que quelque peu frustré par ses performances plus récentes, l'Espagnol reste convaincu du potentiel de sa machine, mais aussi de l'importance de mener désormais son développement avec l'aide précieuse de son nouveau coéquipier.

"C'est bien d'avoir Maverick à mes côtés, car c'est un top pilote. Il n'y a pas besoin de regarder trop loin en arrière pour trouver la trace de sa dernière victoire, il a gagné cette année à la première course, au Qatar. C'est donc un pilote très talentueux et rapide", salue-t-il. "Dès qu'il est arrivé chez Aprilia, dès le premier test, il a eu exactement les mêmes problèmes que moi et ses requêtes pour la moto de 2022 sont exactement les mêmes que moi. Hier, on a passé huit heures en soufflerie, et la position sur la nouvelle moto et l'aéro semblent assez similaires pour nous deux, alors je pense qu'on fera du bon boulot ensemble."

"Dès le début, quand j'ai su qu'il arrivait, j'ai dit que mon objectif serait de le battre à chaque séance et à chaque course jusqu'à ce que j'arrête ! Je sais que c'est un très, très gros boulot, mais je vais essayer, ça fait partie du jeu. Mais dans le même temps, on va travailler ensemble pour développer la nouvelle Aprilia. La moto n'est pas très loin des meilleures, il faut juste qu'on progresse dans deux ou trois domaines pour avoir vraiment une moto de pointe. C'est ce qu'on va essayer de faire cet hiver."

partages
commentaires

Voir aussi :

Valentino Rossi dispute son dernier Grand Prix : "Une grosse émotion"
Article précédent

Valentino Rossi dispute son dernier Grand Prix : "Une grosse émotion"

Article suivant

Valentino Rossi retrouve les motos de ses 9 titres

Valentino Rossi retrouve les motos de ses 9 titres
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021