Bagnaia fier d'une remontée qui le place à 1 point de Quartararo

Malgré un départ lointain et une double pénalité en course, Pecco Bagnaia a réussi à se classer quatrième du Grand Prix de France et apparaît à un point seulement de Fabio Quartararo au championnat.

Bagnaia fier d'une remontée qui le place à 1 point de Quartararo

Arrivé au Mans en leader du championnat, Pecco Bagnaia a semblé subir son week-end en Sarthe. Passé à côté du top 10 des essais libres quand la piste était encore sèche, il a ensuite manqué ses qualifications au point d'hériter seulement de la 16e place sur la grille de départ. En course, il a écopé d'une double pénalité long lap pour avoir été flashé… 3 km/h au-dessus de la limite dans la pitlane au moment du changement de moto. Et pourtant, le pilote italien a quitté les lieux avec une quatrième place synonyme de solides points pour le championnat.

Posé, Bagnaia accueillait dimanche avec satisfaction ce résultat, fier de la remontée qu'il a pu réaliser en course et conscient que, malgré une victoire qui continue à lui échapper, il démontre, même dans l'adversité, qu'il a les épaules solides. Il s'estime même chanceux que l'arrivée de la pluie ait sauvé une course mal embarquée, lui qui continue à engranger de gros points et ne se trouve qu'à une unité de Fabio Quartararo, nouveau leader.

"J'ai eu la chance de changer de moto, car la première ne fonctionnait pas très bien. Un peu de chance dans cette course folle !" considère-t-il. "Je suis content parce que j’ai terminé quatrième et avec deux pénalités long lap, dues au fait que je suis entré [dans la pitlane] avec 3 km/h de plus que la normale − et c’est correct qu'on m'ait donné cette pénalité."

"Il faut être rapide pour changer de moto. Je n’ai pas tellement senti que j’étais plus rapide", explique-t-il au sujet de son infraction. "J’ai juste perdu sept secondes dans ces deux long laps. Sans cela, j'aurais été plus proche des deux premiers. On peut tout simplement s'estimer heureux de la course. Les règles sont là pour être respectées, donc c'est correct comme ça. Mais dans tous les cas, j'y apporterai plus d’attention la prochaine fois."

Lire aussi :

"Mon rythme était très bon à la fin, j’ai récupéré beaucoup de secondes sur les leaders, donc je suis content. J'ai réussi à faire une bonne course. L’année dernière, j’avais plus de mal sur le mouillé. Il faut juste qu'on vérifie sur les données ce qu’il s'est passé au début la course, sur le sec, avec la moto que j'ai utilisée tout le week-end, car j'ai eu beaucoup de mal. Il faut que l'on vérifie les données pour la prochaine course, mais on peut tout simplement être heureux. Je suis deuxième du championnat, à seulement un point de Fabio."

Il y a un mois, au Portugal, Pecco Bagnaia avait déjà réussi à transformer sa 11e place sur la grille en deuxième position à l'arrivée. Deviendrait-il le nouvel as des remontées ? "À Portimão et ici on a fait de très belles remontées. C'est bien, je suis content d'avoir progressé sur ce point, parce que c'est très important", estime-t-il. "Je suis plus content de ma remontée de Portimão parce que c'était plus difficile en conditions normales, mais [dimanche] j'étais 18e quand il s'est mis à pleuvoir et je me suis retrouvé quatrième. J'ai passé tout le monde dans le tour."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Si Pecco Bagnaia a bel et bien fait ses preuves en ce début de championnat, la victoire continue malgré tout à lui échapper, alors même que son coéquipier vient d'enchaîner deux succès. Il n'est toutefois pas question pour lui de voir dans ses solides retours en course une raison de se sentir frustré par rapport au résultat qui lui aurait échappé.

"On travaille pour que ça ne se présente pas", garantit-il. "Ces courses m'ont clairement servi d'exemple pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Ici, ça a aussi été une question de malchance, malheureusement, parce qu'en EL2 j'ai pris la piste avec le pneu soft neuf vers la fin et il n'était pas bien. Puis, quand il a plu, je me suis retrouvé en dehors de la Q2. Et puis les qualifs n'ont pas été faciles avec les conditions mixtes, donc je me suis retrouvé derrière."

Je n'arrive pas encore à penser au titre, d'autant qu'on n'a fait que cinq courses. Le titre commence à se dessiner après Misano.

Pecco Bagnaia

"L'important c'est de réussir à réagir dans ces cas-là et de réussir malgré tout à finir dans le top 5, comme ça a été le cas. Ça s'est super bien passé, car quand on pense que j'ai fait deux long laps ça n'était pas acquis de finir quatrième... Certes, il y en a un qui a fait deux long laps et qui a gagné, mais on ne peut malgré tout qu'être content !"

Bien qu'il se soit affirmé comme l'un des principaux protagonistes de ce championnat, le pilote Ducati aborde la suite avec flegme, estimant qu'il est encore trop tôt pour penser au titre. "Être devant après un week-end comme celui-ci, ça veut dire que les choses se passent bien, simplement. Je me sens bien avec la moto, je suis super bien dans l'équipe, donc on travaille bien. Je n'arrive pas encore à penser au titre, clairement, d'autant qu'on n'a fait que cinq courses. À mon avis, le titre commence à se dessiner après Misano. On verra comment on est placés quand on arrivera à Misano, mais pour le moment je suis satisfait de ce qu'on fait, même s'il y a du travail car ici il y a malheureusement eu un souci avec la moto pour le sec, qu'on doit analyser."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Les pilotes favorables à un changement de date pour Le Mans
Article précédent

Les pilotes favorables à un changement de date pour Le Mans

Article suivant

Stats - Miller et les Français ont remis ça !

Stats - Miller et les Français ont remis ça !
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021