Après leur contact à plus de 300 km/h, Márquez n'incrimine pas Zarco

partages
commentaires
Après leur contact à plus de 300 km/h, Márquez n'incrimine pas Zarco
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
28 oct. 2018 à 07:45

La spectaculaire action du Grand Prix d'Australie entre Johann Zarco et Marc Márquez s'est fort heureusement terminée sans blessure pour les deux protagonistes.

Le Grand Prix de Marc Márquez avait débuté avec un départ moyen mais l'agitation des deux premiers virages avait néanmoins permis au pilote Repsol Honda de rester dans le bon groupe de tête, alors que les deux pilotes Pramac venaient apporter leur grain de sel dans les premiers mètres de course.

C'est alors que le rythme de course était intense mais néanmoins contrôlé afin de ménager les montures pneumatiques que l'Espagnol s'est retrouvé impliqué dans ce qui fut sans aucun doute l'action la plus spectaculaire de la course. Dans le sillage de Jack Miller, Márquez avait juste derrière lui un Johann Zarco globalement agressif depuis quelques boucles avec les composés pneumatiques tendre-tendre, et désireux de se porter vers l'avant de la course. Mais ce n'est pas sur une manœuvre particulièrement chaude du Français que le contact entre les deux hommes s'est fait, la malheureuse issue étant plus du fait de l'important phénomène d'aspiration.

 

"Sur la moto, je n'ai tout d'abord rien compris ! J'étais en colère, car j'ai senti un contact de l'arrière", révèle Márquez. "Puis je suis arrivé au box et n'ai pas été en mesure de continuer car mon siège était totalement détruit et ne pouvait être réparé. Il bougeait beaucoup et il était impossible de piloter convenablement. C'était aussi dangereux en raison du mouvement, il pouvait se casser totalement et cela devient très dangereux."

Une fois dans le garage Honda, Márquez a pu observer les images et tirer des premières conclusions de l'incident, qui a propulsé Zarco sur l'herbe à très haute vitesse, fort heureusement sur le dos, alors que le peloton passait à quelques mètres.

"Arrivé dans le box, j'ai un peu vu la situation avec la vidéo et ai compris. C'était totalement un incident de course car l'on arrive très vite à cet endroit du circuit", estime le Champion du monde. "Miller était devant ; j'étais derrière lui dans l'aspiration et ai même freiné un peu tard car l'on arrivait à plus de 300 km/h. J'ai juste essayé de plus freiner mais j'ai ensuite senti le contact car Zarco avait l'aspi des deux motos. Bien entendu, on pourrait dire qu'il peut prendre ça en considération, mais pour moi, c'est un incident de course. J'ai déjà parlé avec lui et je me sens vraiment chanceux aujourd'hui car lui et moi sommes OK et c'est la chose la plus importante."

Lire aussi:

 

Un circuit qui fait peur

Les conséquences sont finalement légères pour celui qui revient avec un résultat vierge de sa course consécutive au couronnement. De même, il semble que le tracé de Phillip Island ne réserve d'issue heureuse au #93 qu'une fois sur deux !

"Heureusement que j'avais déjà bouclé le championnat la semaine dernière", fait-il remarquer. "Une nouvelle fois aucun point à Phillip Island, mais cette fois ce n'est pas de ma faute. Mais je suis heureux que nous soyons tous les deux OK."

Globalement, Phillip Island est un tracé dont les pilotes se méfient, même s'ils le trouvent fortement enthousiasmant. Rossi et Miller ont été prompts à rappeler après les qualifications qu'il fallait être bien équipé entre les jambes pour affronter le challenge qu'offre cette piste. Alors, effrayant, ce circuit ?

"Oui !" admet Márquez sans détour. "Si vous leur demandez quel est leur circuit favori, la plupart des pilotes diront un circuit rapide car ça nous plait plus. Mais cela devient plus dangereux. Pourquoi ? Car la vitesse est si élevée qu'une petite erreur comme par exemple celle de Johann aujourd'hui devient une très grosse faute. C'est un circuit très chouette, l'un de mes favoris, mais il est vrai que lorsque l'on chute, on peut se blesser."

Un peu plus de travail sur la sécurité serait donc apprécié par le quintuple Champion du monde dans la catégorie reine.

"La seule chose serait de retirer l'herbe naturelle. Ce n'est pas nécessairement [à faire] sur tous les circuits, mais au minimum par exemple dans le second virage – le premier est OK – et les deux derniers. Car en cas de petite erreur, vous avez plus de zone de dégagement en asphalte et vous pouvez voir que l'herbe naturelle est juste en cas de chute ou pour rattraper les motos, car si celle-ci part sur l'herbe naturelle, quelle qu'en soit la raison, elle commence juste à s'envoler. C'est quelque chose que l'on retire déjà d'autres circuits."

 

Article suivant
Championnat - Gros coup pour Yamaha ; Crutchlow toujours meilleur indépendant

Article précédent

Championnat - Gros coup pour Yamaha ; Crutchlow toujours meilleur indépendant

Article suivant

Viñales a mis fin à une traversée du désert de 17 mois

Viñales a mis fin à une traversée du désert de 17 mois
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Catégorie Course
Pilotes Marc Márquez Boutique , Johann Zarco
Équipes Repsol Honda Team , Tech 3
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Réactions