Course - Miller tient sa victoire, Bagnaia perd gros

Jack Miller a assommé la course de Motegi, raflant sa première victoire de la saison. Son coéquipier Pecco Bagnaia mais aussi Aleix Espargaró ont perdu gros dans l'optique du championnat.

Charger le lecteur audio

Pour la première fois en trois ans, Marc Márquez partait de la pole position pour ce Grand Prix du Japon, une place acquise au terme de qualifications disputées sous la pluie. Dimanche, le soleil était revenu sur le Twin Ring Motegi et l'Espagnol avait prévenu : il ne se sentait pas encore prêt à produire une performance solide durant 24 tours de course, bien que ses adversaires l'aient désigné comme l'un des candidats à la victoire.

Derrière le #93, c'est plus discrètement mais non sans ambitions que Johann Zarco et Brad Binder ont pris place sur la première ligne de la grille de départ, une première d'ailleurs pour le pilote sud-africain. Les candidats au titre, eux, étaient moins bien lotis puisque Pecco Bagnaia, très en difficulté samedi sous la pluie, n'était qualifié que 12e, Enea Bastianini était 15e après avoir manqué la Q2, Fabio Quartararo neuvième et Aleix Espargaró sixième.

Et le pilote Aprilia a d'emblée perdu gros. Visiblement en proie à un souci de nature électronique sur sa RS-GP pendant son tour de chauffe, Espargaró est rentré au stand au lieu de prendre place sur la grille, il a changé de moto dans la précipitation et s'est élancé de la pitlane. Reparti avec une machine équipée d'un pneu arrière tendre et non medium comme sur sa première moto, il s'est lancé à la poursuite des 24 pilotes le devançant, certes incisif mais avec un désavantage énorme.

Bien resté sur la grille pour sa part, Márquez s'est fait griller la politesse par Binder à l'extinction des feux, mais c'est juste derrière eux que se jouait le plus important. Jorge Martín a bondi de la deuxième ligne pour se porter à la troisième place, avant d'attaquer d'emblée le #93 et enfin de fondre sur Binder : avant la fin du premier tour, le pilote Pramac avait pris la tête. Son coéquipier Johann Zarco avait quant à lui glissé à la septième place, tandis que Quartararo s'était maintenu au neuvième rang et que Bagnaia et Bastianini se suivaient en 12e et 13e position.

 

Jack Miller, lui, est parti sur un gros rythme pour rapidement remonter vers l'avant, avec au passage un petit contact avec Maverick Viñales dans le premier tour. Dès cette première boucle, l'Australien a également pu passer Miguel Oliveira et Marc Márquez, avant de chiper la deuxième place à Brad Binder. Dans le troisième tour, il a bondi sur Jorge Martín pour prendre les commandes de la course. On n'allait plus le revoir !

Sur un rythme très supérieur, Miller s'est échappé, laissant Martín se débrouiller comme il le pouvait pour ne pas le perdre de vue. À la mi-course, l'avance du pilote officiel Ducati avait atteint trois secondes et demie, dans le 14e tour elle dépassait les quatre secondes et elle serait de cinq secondes et demie à l'entrée dans le dernier tour avant qu'il relâche enfin quelque peu son attaque.

Binder arrache la deuxième place

Longtemps isolé à la deuxième place, Martín n'a pas eu la vie facile, menacé par Binder dans la dernière partie de la course. Le Sud-Africain n'avait cédé sa troisième position que brièvement à Miguel Oliveira dans le cinquième tour avant de se maintenir au troisième rang, puis de peu à peu se rapprocher de la Ducati. Il a finalement dépassé Martín dans le dernier tour pour fêter ce qui est son premier podium depuis le Grand Prix du Qatar, manche d'ouverture du championnat.

Miguel Oliveira, quatrième quasiment de bout en bout de la course, a pour sa part subi le retour de Marc Márquez, devenu de plus en plus menaçant dans le dernier tiers de la course. Le pilote Honda a réussi à dépasser son adversaire à trois tours de l'arrivée pour égaler son meilleur résultat de la saison.

Luca Marini a quant à lui décroché la sixième place. Auteur d'un gros début de course, le pilote VR46 a joué des coudes dans le peloton pour gagner quelques places et on l'a notamment vu se battre avec Fabio Quartararo, sur qui il a eu l'avantage. Marini était suivi par Maverick Viñales à l'arrivée, le pilote Aprilia menacé dans le final par Quartararo, sans toutefois que le Français parvienne à trouver l'ouverture.

Final amer pour Bagnaia

Si les deux dernières courses nous avaient offert de superbes duels entre Pecco Bagnaia et Enea Bastianini pour la victoire, cette fois les deux hommes ont à nouveau croisé le fer mais dans le cœur du peloton. Et le pilote Gresini a encore fait trembler le stand de l'équipe officielle dans la longue passe d'armes menée face à son futur coéquipier, car s'il était accepté que quiconque puisse saisir une chance de victoire, priver Bagnaia d'un point semblait plus difficile à justifier.

Bagnaia a repris l'avantage sur Bastianini à quatre tours de l'arrivée, ce qui lui a permis de fondre sur Quartararo pour chercher à lui reprendre un point au championnat. Mais le pilote Ducati a finalement tout perdu... À l'attaque dans le dernier tour, il est parti à la faute dans la roue du pilote Yamaha et ce sont donc de gros points qui se sont envolés.

Lire aussi :

D'abord septième, Johann Zarco a rencontré un gros problème après les quelques premiers tours, qui l'a fait plonger dans le peloton. Il s'est ensuite stabilisé à la 13e place avant de dépasser Pol Espargaró en fin de course, puis de remonter encore d'un cran avec la chute de Bagnaia. Le Français en termine donc avec cinq points.

Aleix Espargaró, lui, a manqué de temps puisqu'il n'a pu atteindre que la 16e position sous le drapeau à damier. Pour la première fois de la saison, il ne marque pas de points, et voit donc son retard au championnat augmenter.

Le dernier Grand Prix à domicile de Suzuki s'est terminé dans la douleur avec le double abandon d'Álex Rins (qui se trouvait dans le ventre mou du peloton) et de Takuya Tsuda (remplaçant de Joan Mir) à la mi-course. La moto du pilote japonais a même pris feu !

On notera encore la chute de Tetsuta Nagashima, qui disputait ce premier Grand Prix MotoGP avec une wild-card pour Honda. Takaaki Nakagami, en revanche, a bel et bien réussi l'exploit d'aller au bout de la course, malgré une blessure très douloureuse à la main droite.

Japan GP du Japon - MotoGP - Course

P. # Pilote Moto Temps Écart
1 43 Australia Jack Miller Ducati 42'29.174  
2 33 South Africa Brad Binder KTM 42'32.583 3.409
3 89 Spain Jorge Martín Ducati 42'33.310 4.136
4 93 Spain Marc Márquez Honda 42'36.958 7.784
5 88 Portugal Miguel Oliveira KTM 42'37.359 8.185
6 10 Italy Luca Marini Ducati 42'37.522 8.348
7 12 Spain Maverick Viñales Aprilia 42'39.053 9.879
8 20 France Fabio Quartararo Yamaha 42'39.367 10.193
9 23 Italy Enea Bastianini Ducati 42'39.492 10.318
10 72 Italy Marco Bezzecchi Ducati 42'45.593 16.419
11 5 France Johann Zarco Ducati 42'45.760 16.586
12 44 Spain Pol Espargaró Honda 42'46.630 17.456
13 73 Spain Álex Márquez Honda 42'47.393 18.219
14 21 Italy Franco Morbidelli Yamaha 42'48.186 19.012
15 35 United Kingdom Cal Crutchlow Yamaha 42'48.375 19.201
16 41 Spain Aleix Espargaró Aprilia 42'54.647 25.473
17 49 Italy Fabio Di Giannantonio Ducati 42'56.180 27.006
18 25 Spain Raúl Fernández KTM 42'58.548 29.374
19 87 Australia Remy Gardner KTM 42'58.643 29.469
20 30 Japan Takaaki Nakagami Honda 43'12.468 43.294
  63 Italy Pecco Bagnaia Ducati 40'52.986 1 Lap
  42 Spain Álex Rins Suzuki 25'09.144 10 Laps
  40 South Africa Darryn Binder Yamaha 25'54.596 10 Laps
  85 Japan Takuya Tsuda Suzuki 20'03.446 13 Laps
  45 Japan Tetsuta Nagashima Honda 16'14.469 15 Laps

partages
commentaires

Warm-up - Martín et Quartararo dominent sur le sec, Márquez à la faute

Championnat - Quartararo se redonne enfin un peu d'air