Crutchlow dément avoir été approché pour remplacer Viñales

Même si des rumeurs l'annoncent déjà comme remplaçant de Maverick Viñales jusqu'à la fin de l'année, Cal Crutchlow assure ne pas avoir évoqué la situation avec Yamaha, mais il étudiera l'option si elle lui est présentée.

Crutchlow dément avoir été approché pour remplacer Viñales

Les tensions entre Maverick Viñales et Yamaha sont si fortes que l'on imagine difficilement revoir sur une M1 le pilote espagnol, suspendu par l'équipe ce week-end pour des surrégimes durant le GP de Styrie. Même si Yamaha a annoncé qu'une décision sur sa présence au GP de Grande-Bretagne, dans deux semaines, sera prise après une nouvelle analyse, c'est moins la possibilité de sa présence à Silverstone que le nom de son potentiel successeur qui anime le paddock.

Yamaha est confronté à une certaine pénurie de pilotes puisque Franco Morbidelli, le très probable successeur de Viñales chez Yamaha, est encore convalescent après son opération du genou au début de l'été. Un comeback de Valentino Rossi n'est pas à exclure mais les rumeurs ont surtout évoqué le nom de Cal Crutchlow, pilote d'essais de la marque et de retour à la compétition depuis une semaine dans le team Petronas, pour remplacer Morbidelli.

Crutchlow a assuré que les rumeurs évoquant un contact déjà établi pour piloter la machine officielle n'étaient "pas vraies" ce vendredi, tout en se montrant ouvert à la discussion : "Vous lisez trop la presse et je n'ai pas du tout discuté avec Lin [Jarvis, directeur de Yamaha Motor Racing] ou Maio [Meregalli, team manager de l'équipe Yamaha]", a précisé l'Anglais. "C'est ma réponse et c'est la vérité. Ne croyez pas ce que vous lisez dans les infos, ce n'est pas toujours vrai. Mais oui, évidemment, je suis un pilote sous contrat avec Yamaha, je suis certain qu'on discutera de la situation en temps voulu avec Lin et Maio."

Lire aussi :

C'est presque à contrecœur que Crutchlow a dû faire son retour sur la scène des Grands Prix. Déjà approché par Yamaha et le team Petronas pour suppléer Morbidelli à Assen, le triple vainqueur en Grand Prix avait refusé l'offre pour se concentrer sur des essais prévus à Motegi les jours suivants, mais finalement annulés en raison de la pandémie de COVID-19. Il a donc accepté de prendre le guidon de la Yamaha pour trois courses afin de ne pas perdre la main.

Sans véritable envie d'être à nouveau pilote de Grand Prix à plein temps, Crutchlow discutera donc de la situation avec sa famille avant de décider si jamais Yamaha l'appelait à la rescousse : "Je n'ai pas signé un contrat pour faire des courses jusqu'à la fin de l'année. Comme on le sait, il y a quelque chose sur le remplacement des pilotes Yamaha, mais remplacer pour le reste de l'année, c'est une autre histoire".

Le #35 assure qu'un double programme associant tests et courses serait intenable : "Mon programme pour la fin de l'année n'est pas très chargé, mais on ne peut pas faire les courses et les tests selon moi. Mais comme je l'ai dit, je ne leur ai pas parlé. J'étais censé tester la moto 2022, toutes ces choses. [...] Je voulais être pilote d'essais, si j'avais voulu continuer la compétition, je l'aurais fait. Mais je ne connais pas toutes les options".

La question des performances pourrait aussi entrer dans le débat, Crutchlow ayant été en retrait depuis son arrivée au Red Bull Ring, mais cet aspect de l'inquiète pas vraiment : "Ces deux week-ends ont été difficiles mais j'ai plutôt confiance dans mon pilotage et si j'en fais plus, j'aurai plus de rythme, surtout après ce qu'on a trouvé aujourd'hui".

Lire aussi :

Avec Angus Martin

partages
commentaires

Voir aussi :

Zarco en confiance et inspiré par l'approche décomplexée de Martín
Article précédent

Zarco en confiance et inspiré par l'approche décomplexée de Martín

Article suivant

GP d'Autriche MotoGP - Programme et guide d'avant-course

GP d'Autriche MotoGP - Programme et guide d'avant-course
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021