Pedrosa : KTM commence à cerner son souci en qualifications

KTM voit souvent ses résultats limités par des qualifications difficiles mais selon Dani Pedrosa, pilote d'essais de la marque, deux problèmes ont été identifiés et l'un d'entre eux devrait être corrigé pour la saison 2023.

Pedrosa : KTM commence à cerner son souci en qualifications
Charger le lecteur audio

KTM a rarement été à la fête cette année mais la RC16 a néanmoins permis à  Miguel Oliveira et Brad Binder de cumuler cinq podiums dont deux victoires, mais à chaque fois au prix de remontées dans le classement. Car en qualifications, les membres du groupe autrichien ont connu bien moins de réussite : à eux deux, les pilotes de l'équipe officielle n'ont décroché qu'une seule qualification en première ligne, celle de Binder à Motegi, sur un circuit humide ; pire, les quatre KTM ont été éliminées en Q1 dans huit des 20 épreuves au programme cette année.

Dani Pedrosa, pilote d'essais du constructeur autrichien, attribue cette faiblesse du samedi après-midi à des difficultés à exploiter les gommes les plus tendres, à l'inverse de ce qui se produit sur la Ducati. "Depuis deux ans, les qualifications ont souvent été notre point faible", a confirmé le pilote espagnol à Speedweek. "On voit que pour les pilotes Ducati, il est plus facile de gagner une seconde avec des pneus tendres neufs, donc les huit Ducati se placent devant sur la grille."

"Pour les autres équipes, c'est plus dur d'être à l'avant de la grille. La KTM est facile à contrôler et à gérer avec des pneus usés, mais en pneus neufs nous n'arrivons pas à faire mieux. Ce point faible nous empêche de nous battre pour les premières places sur la grille."

Après avoir multiplié les séances d'essais pour KTM cette année, Pedrosa a bon espoir qu'une solution partielle soit trouvée pour 2023  : "Je ne peux pas entrer dans les détails mais nous avons identifié deux zones problématiques liées à nos soucis en qualifications. Je pense que nous pouvons résoudre l'un de ces deux problèmes pour 2023, je l'espère. Nous avons encore des doutes concernant le deuxième problème. Nous cherchons encore une solution, nous continuons à travailler dessus."

"Il y a déjà des progrès", a souligné l'Espagnol. "Mais au mois de novembre, tous ces pronostics doivent être faits avec prudence parce que les autres constructeurs améliorent eux aussi leur moto pendant l'hiver. Ducati sera probablement encore fort en début de saison [et] il est difficile d'évaluer la hiérarchie pour les autres. Personne ne sait où seront les autres constructeurs après l'hiver."

Dani Pedrosa juge en tout cas ces progrès nécessaires pour que KTM soit constamment aux avant-postes. Les positions sur la grille ont pris une place essentielle dans le MotoGP contemporain, les dépassements étant parfois difficiles, et cet aspect risque d'être renforcé avec les courses sprint en 2023, qui offriront peu de tours pour remonter dans le classement et mettront néanmoins en jeu des points précieux pour le championnat.

Pour Pedrosa, KTM ne peut plus se permettre d'être piégé en milieu de classement, malgré la capacité de Binder à grappiller des positions : "Il y a des problèmes avec le pneu avant quand on est dans le sillage d'un rival. La pression du pneu atteint des sommets fous et on perd de l'adhérence, on ne peut plus doubler et on ne peut plus gagner de places."

"Brad Binder a été super fort toute la saison", a tenu à rappeler Pedrosa. "En course, il a toujours été exemplaire dans ses remontées, mais on sait qu'on doit rendre la moto plus performante en qualifications. C'est l'un des éléments clés."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Huit motos, un avantage déloyal ? "N'accusez pas Ducati !"

Crutchlow : Yamaha a "vraiment renforcé" son programme de tests