MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Dernier sprint pour l'Aprilia 2020, "à la limite dans les temps"

partages
commentaires
Dernier sprint pour l'Aprilia 2020, "à la limite dans les temps"
Par :
28 nov. 2019 à 15:00

Le compte-à-rebours est lancé pour Aprilia, qui dans à peine plus de deux mois devra pouvoir confier un exemplaire de sa RS-GP 2020 à chacun de ses pilotes, pour entamer les essais de pré-saison.

Seul constructeur à ne pas avoir pu présenter de nouveautés à ses pilotes lors des premiers essais de l'intersaison, Aprilia peaufine en coulisses la version 2020 de sa RS-GP, une machine annoncée comme se distinguant très nettement de sa devancière. Celle-ci pourra prendre la piste pour la première fois dans un peu plus de deux mois et aura dès lors trois séances pour être préparée en vue de la première course.

Le constructeur de Noale disposant encore des concessions permettant notamment à ses titulaires de réaliser plus d'essais que ne le consent le règlement à la majeure partie des équipes, c'est lors du shakedown du test de Sepang qu'Aleix Espargaró et Andrea Iannone devraient piloter leur nouvelle machine pour la première fois. Organisée du 2 au 4 février, il s'agit d'une séance ouverte uniquement aux pilotes d'essais ainsi qu'aux pilotes de course d'Aprilia et de KTM, avant le test collectif officiel qui réunira tous les titulaires du 7 au 9 février sur le circuit malaisien. Une occasion parfaite pour tenter de combler le retard de temps de piste pris ce mois-ci.

"Nous prévoyons d'avoir la nouvelle moto lors du shakedown du premier test à Sepang. Le plan est d'avoir deux nouvelles motos, une pour Aleix et une pour Andrea, et d'avoir les quatre motos dans la spécification complète de 2020 pour le test de Doha", explique Paolo Bonora, leader du projet MotoGP d'Aprilia, au site officiel.

Lire aussi :

Compréhensif face à la charge de travail que représente cette nouvelle moto, Aleix Espargaró ne se montre pas déçu de ne pas pouvoir disposer d'emblée de deux motos de 2020. "Ils n'ont pas le temps. Si on a la chance d'avoir deux motos, ce sera bien. Mais quoi qu'il en soit, je pense qu'avoir une moto c'est déjà bien. Je n'ai pas besoin de deux motos pour le premier test", assure-t-il. "Je pense que c'est bien et intéressant de faire des comparaisons durant le premier test. Évidemment, le mieux serait d'avoir trois motos, parce qu'on peut alors tester l'ancienne moto le premier jour, puis le deuxième, le troisième jour et même le quatrième – car je vais faire le shakedown – on peut comparer les deux nouvelles motos avec différents réglages et on est beaucoup plus rapide pour essayer des choses, mais c'est comme ça alors essayons de rester positif."

Avant de pouvoir arpenter le bitume de Sepang avec leur nouvelle moto, les pilotes ont la ferme intention de garder le contact avec leur équipe pendant la trêve hivernale et de se rendre à Noale pour voir le travail avancer. Espargaró espère même pouvoir enfourcher la machine pour commencer à travailler sur sa position de pilotage. "On a un programme pour la moto", décrit-il. "On fera le maximum pour l'essayer partout où se sera possible, que ce soit dans un aéroport avant de partir d'Europe ou n'importe où ailleurs. Ce serait intéressant. Mais on est très serrés, on est à la limite dans les temps. Il faut qu'on attende, jusqu'au 15 décembre ce sera déterminant, et ensuite j'espère que les ingénieurs pourront faire de leur mieux et que la moto sera prête."

Une moto très différente à l'intérieur

Pendant que l'équipe de course et ses pilotes étaient à pied d'œuvre ce mois-ci pour des essais à la portée limitée, le mystère restait entier sur l'orientation prise à l'usine. Tout juste sait-on que l'angle du moteur devrait être modifié et qu'un gros travail est mené sur l'électronique, autant de points qui ne devraient pas se percevoir à l'œil nu lorsque la RS-GP 2020 prendra la piste. Mais d'après Paolo Bonora, bien que difficilement perceptibles les nouveautés seront nombreuses et importantes. "Je ne peux rien dire pour le moment, comme vous pouvez le comprendre. Vous verrez bien entendu une grosse évolution sur la moto. On ne peut rien voir de plus que le nouveau carénage parce que la nouvelle spécification est à l'intérieur de la moto, je ne peux donc rien dire de plus."

"De l'extérieur, je ne sais pas si elle semble très différente, mais à l'intérieur elle l'est", confirme Aleix Espargaró, qui dit en savoir déjà beaucoup sur la nouvelle moto. "Le moteur est différent. Je ne sais pas si on va recevoir en Malaisie une version complète du nouveau moteur, mais une partie en est déjà très différente. Le châssis aussi est différent, tout comme l'électronique, la position du pilote. Oui, la moto a de petites différences, mais elle en a partout." Désormais, le pilote espagnol ne cache pas son impatience de pouvoir commencer à la piloter : "J'ai parlé plusieurs fois avec Romano [Albesiano], j'ai vu des images de la moto et elle semble bien. Les idées sont bonnes, cela semble prometteur. Je pense qu'on ne peut pas plus progresser avec la moto que l'on a à l'heure actuelle, alors une révolution complète était nécessaire. J'ai hâte !"

Lire aussi :

"Nous espérons que ces évolutions apporteront les bonnes sensations aux pilotes parce que nous avons besoin de progresser, en particulier du côté du moteur et dans le fait de donner au pilote de l'agilité et beaucoup plus de sensations dans les gros freinages", souligne Paolo Bonora. "Avec la nouvelle moto, on sait bien évidemment où on veut aller, mais on verra à quel point les ingénieurs vont réussir à mettre cela sur la moto, parce que ça n'est pas si facile. C'est pour ça que les essais que l'on faits avec celle-ci n'ont aucun sens, parce que si la position du pilote change, tout va changer : la géométrie, les réglages", souligne Espargaró, qui comme son coéquipier a dédié les essais de novembre à des expérimentations électroniques. D'après Aprilia, ces essais ont tout de même apporté des retours utiles notamment en matière de traction control et de frein moteur.

Article suivant
Photos - Les prototypes des MotoGP 2020

Article précédent

Photos - Les prototypes des MotoGP 2020

Article suivant

Les pilotes ne regretteront pas le test de Valence en 2020

Les pilotes ne regretteront pas le test de Valence en 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Aleix Espargaró , Andrea Iannone Boutique
Équipes Aprilia Racing Team
Auteur Léna Buffa