Ducati : Les moments difficiles avec Dovizioso "ont été dépassés"

Le directeur sportif du constructeur italien exhorte Andrea Dovizioso a faire le choix de la raison en restant deux ans de plus chez Ducati, mais les désaccords de la saison passée ont laissé des séquelles qui pèsent dans la réflexion du pilote.

Ducati : Les moments difficiles avec Dovizioso "ont été dépassés"

Trois fois vice-Champion du monde, Andrea Dovizioso a maintes fois prouvé qu'il était ces dernières années le plus solide adversaire d'un Marc Márquez au sommet de son art, une réussite rendue possible notamment par l'union qu'il forme avec une Ducati en net progrès. Ce binôme qui s'est affûté au fil des années restera-t-il intact pour les deux prochaines années ? C'est toute la question qui se pose à Borgo Panigale, où les négociations se poursuivent sans qu'aucun accord n'ait pour le moment été trouvé.

Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, estime que la période très particulière que nous traversons a changé la donne et poussé le pilote italien à une remise en question qui, aujourd'hui, pèse sur son choix. "Je crois qu'une période aussi longue sans Grands Prix, avec l'obligation pour tous, y compris pour Dovi, de rester à la maison, peut mener à une série de réflexions sur de nombreux aspects, comme nous l'avons tous fait, et y compris sur l'avenir. Si la saison avait commencé normalement et que nous avions obtenu les résultats auxquels je pense, la situation serait plus simple en ce moment. Mais, là, le pilote a fait toute une série de réflexions qu'il n'aurait probablement pas faites dans une période normale", souligne-t-il dans une interview pour Moto.it.

La crainte de Ducati à présent est que les désaccords qui ont secoué l'équipe en interne l'année dernière puissent peser dans la réflexion du pilote et le mener à changer de cap s'il ne parvient pas à oublier les tensions. "Les moments difficiles de l'année dernière ont laissé des scories, qui ont été éliminées et qui doivent encore être métabolisées", décrit Paolo Ciabatti. "Il existe une série de raisons liées à notre histoire avec Andrea qui me font penser que nous pouvons continuer. Je sais très bien qu'en 2019 il y a eu des moments difficiles entre nous, mais ils ont été dépassés et nous avons obtenu de très bons résultats précisément pendant ce moment critique."

Lire aussi :

"Dans la vie, il y a des incompréhensions et des confrontations : la seule façon d'avancer, une fois passée l'émotion du moment qui vous fait dire des choses que vous n'auriez pas voulu dire, c'est de s'asseoir à une table et d'éclaircir les points de vue, d'affronter les situations pour lesquelles on est entré en conflit afin de débarrasser les doutes ou éventuellement de confirmer que les conditions ne sont pas réunies pour continuer. Il faut évaluer la situation en général, comprendre aussi que dans un mariage qui dure depuis huit ans, il peut y avoir des moments de tension, qui naissent de la même volonté : gagner, obtenir certains résultats. La frustration naît du même objectif, celui de vouloir faire mieux et encore plus. L'esprit qui anime Ducati et Andrea est le même."

Problème réglé pour 2020

Une phase déterminante a été dépassée, selon le directeur sportif du constructeur : celle de clarifier la situation économique d'une saison 2020 si perturbée qu'elle se devait d'avoir un impact sur le salaire du pilote. "Nous avons en quelque sorte réglé le problème lié à 2020 et nous faisons à présent une série de considérations sur les deux prochaines années", indique-t-il. La question financière reste toutefois un élément majeur dans la négociation pour l'après 2020, pour un pilote qui a déjà déploré par le passé le manque de reconnaissance représenté par son salaire. Pour Paolo Ciabatti, la qualité du programme Ducati prévaut cependant, dans une période où la réalité économique a de toute façon été chamboulée.

"Nous sommes le meilleur choix pour Andrea en termes de compétitivité et il l'est pour Ducati pour la même raison, indépendamment de son âge qui augmente : je sais qu'il est très préparé et il continue à s'entraîner avec la plus grande implication. Tout ceci me fait penser qu'il n'y a pas de raison particulière pour ne pas trouver d'accord raisonnable qui tienne compte d'une part des exigences du pilote et de l'autre de celles de l'entreprise dans une période économique plutôt critique", souligne-t-il. "Nous parlons de la plus grave crise de l'après-guerre : il est normal qu'il faille trouver un accord viable du point de vue économique. Ce n'est pas le seul problème à affronter, mais c'est un élément très important : il est vrai que les pilotes se sentent valorisés par une entreprise sur la base aussi de la reconnaissance qui leur est apportée, mais nous nous trouvons malheureusement dans une situation qui laisse présager un cadre économique très compliqué pour tous les pays et pour l'Italie en particulier."

Paolo Ciabatti, Ducati Corse Sporting Director

Alors qu'Andrea Dovizioso dispose notoirement de la possibilité de prendre une autre direction en rejoignant KTM, le constructeur autrichien ne constitue pas, aux yeux de Paolo Ciabatti, une option suffisamment concurrentielle pour séduire le vice-Champion du monde. "J'ai le plus grand respect pour l'entreprise KTM, mais je ne crois pas qu'ils aient pour le moment une moto qui puisse permettre à un pilote comme Andrea de gagner des Grands Prix et de se battre pour le titre. C'est un fait. Je crois que Dovi pourrait être très utile à un projet de ce genre afin de développer la moto et de la rendre compétitive, mais je ne pense pas que le résultat pourrait être obtenu dans des délais relativement courts."

Lire aussi :

"Je ne crois pas qu'un pilote qui a obtenu les résultats qu'a obtenus Andrea et qui a son âge − il n'est pas vieux, mais ce n'est pas non plus un gamin − ait la motivation pour faire un choix différent : cela voudrait dire renoncer à l'objectif de se battre pour le titre et pour la victoire en course. Si l'objectif du pilote est celui que nous avons nous aussi, à savoir être compétitifs sur toutes les courses pour donner du fil à retordre à Márquez et aux pilotes Yamaha et Suzuki, la seule marque qui peut offrir un package général pour y arriver, c'est Ducati."

La porte reste ouverte pour Petrucci

À un mois du début du championnat, le temps presse. Si les négociations suivent la tournure qu'il espère, Paolo Ciabatti estime qu'un accord pourra être trouvé de façon imminente. Dans le cas contraire, il faudra probablement changer d'objectif.

"Il n'y a pas de date limite précise pour décider : je suis confiant quant au fait qu'il y aura la volonté de la part des deux parties d'arrondir les angles et de trouver une solution afin de prolonger ce rapport, qui a apporté des résultats très positifs à la fois à Ducati et à Andrea. J'espère que dans les prochains jours, disons une semaine ou dix jours, les conditions seront réunies pour trouver un accord. Si cela n'était pas le cas, il nous faudrait attendre le début du championnat."

En ce sens, et en dépit de ce qu'avait dévoilé le pilote lui-même, le rapport avec Danilo Petrucci n'est pas terminé de manière irrémédiable selon Paolo Ciabatti, preuve sans doute que Ducati garde une option de secours au cas où les négociations avec Andrea Dovizioso n'aboutissent pas. "Ce n'est pas un chapitre fermé, même si entre-temps Danilo aura peut-être trouvé un accord avec Aprilia ou KTM. Si nous ne trouvions pas d'accord avec Andrea, notre décision sera d'attendre le début du championnat et d'évaluer des pilotes encore libres après un certain nombre de courses. Nous pensons que la seule moto disponible pour viser le podium ou la victoire, c'est la Ducati, en tout cas à ce jour. Nous pouvons attendre les résultats des premiers Grands Prix."

partages
commentaires
Ducati ne ferme pas la porte de Pramac à Zarco
Article précédent

Ducati ne ferme pas la porte de Pramac à Zarco

Article suivant

Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France

Quartararo ne s'attendait pas au maintien du GP de France
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021