Dovizioso voit Yamaha prendre le chemin de Honda

Andrea Dovizioso trouve Yamaha dépendant de Fabio Quartararo, le seul selon lui à réussir à exploiter le potentiel de la M1. En ce sens, il voit la situation comparable à celle de Honda avec Marc Márquez.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

C'est un Andrea Dovizioso visiblement résigné qui livre son analyse à chaque jour de Grand Prix face à un parterre de journalistes désormais réduit, débriefant des essais et des courses qui ne cessent de lui apporter la déception de résultats très éloignés de ses ambitions. Son espoir de revenir à la compétition en se battant aux avant-postes comme il l'a fait avec Ducati semble s'être envolé, lui-même reconnaissant que ne pas avoir pu résoudre ses difficultés en l'espace de 12 courses signifie qu'elles sont probablement sans issue.

Il n'en demeure pas moins que, du haut de ses 36 ans, Dovizioso parvient à maintenir des garde-fous empêchant sa déception d'empiéter la confiance en lui que sa carrière lui a apportée. Celle-ci reste intacte et l'analyse qu'il peut porter toujours juste, aussi livre-t-il une parole très attendue lorsqu'il se lance dans le décryptage de la compétition qui se joue en MotoGP.

Son expérience actuelle de la Yamaha le porte à faire un parallèle entre la tendance prise par le constructeur d'Iwata et celle qui concernait Honda jusqu'à la blessure de Marc Márquez. On a en effet perçu avec l'absence du champion espagnol à quel point le HRC avait été dépendant de lui, au point de voir ses performances plonger vers un niveau record lorsque les autres pilotes du groupe ont été privés de leur leader. Or, aujourd'hui, Andrea Dovizioso voit en Fabio Quartararo un style de pilotage unique, le seul à pouvoir extraire le potentiel de la M1, ce qui le porte à penser que Yamaha s'est engagé sur la même voie que celle qui a fait briller, puis s'effondrer Honda.

"Avec la même vitesse que les autres motos, la moto n'accélère pas, ce qui à mon avis vient du grip. Donc si on n'emmène pas plus de vitesse en milieu de virage, on ne peut pas être rapide", décrit Dovizioso, qui juge la fenêtre "très étroite" pour répondre aux caractéristiques de la moto dans le pilotage. "Or, Fabio a ce feeling et il est capable de véritablement danser sur chaque piste et d'emmener beaucoup de vitesse en milieu de virage. C'est la seule façon d'être rapide avec cette moto, et encore plus que par le passé."

Jugeant le châssis "très bon entrée et en milieu de virage", le pilote italien s'estime, non sans auto-dérision, privé du bon logiciel interne pour en tirer le maximum. "Si on n'a pas la puce dans le cerveau pour piloter la moto de cette façon, alors on ne peut pas être rapide", tranche-t-il. Certes, Dovizioso avait déjà expérimenté la Yamaha lors d'une saison chez Tech3 il y a dix ans, mais cela ne l'aide pas véritablement. "Je crois que la situation actuelle chez Yamaha est un petit peu différente de celle de 2012, au sens où la manière dont il faut piloter pour être compétitif est encore plus extrême, vu la manière dont pilote Fabio", observe-t-il, se disant proche des conclusions que tirait Valentino Rossi il y a encore quelques mois.

Maintenant la situation est similaire à celle de Honda : il n'y a qu'un pilote qui soit capable d'exploiter tout le potentiel.

Andrea Dovizioso

"Là où il a du mal, nous on perd beaucoup, et là où il arrive à être particulièrement fort, nous on n'arrive pas à faire ce qu'il fait ; si on fait les comptes, ça donne le gap qu'il y a à chaque tour. On part derrière sur la grille, et quand on est derrière tout est plus compliqué. Au final, il n'y a jamais un avantage qui fasse qu'avec une bonne gestion on puisse obtenir un bon résultat. On peut perdre beaucoup ou peu, mais à chaque chose qu'on fait on perd quelque chose. On termine donc en étant fini physiquement parce qu'on essaye de faire quelque chose qui ne fonctionne pas, donc on pilote aussi de façon plus rigide. Ça ne fonctionne pas alors à chaque tour il y a un écart, et il est assez grand."

"Je pense que Yamaha est dans une très bonne situation, car ils ont gagné l'année dernière, ils sont premiers au championnat cette année, mais de mon point de vue ils sont dans une situation très similaire à celle [qu'ont connue] Marc et Honda ces six dernières années à peu près, [même si] c'est le cas d'une manière différente, car la moto est complètement différente", juge Andrea Dovizioso.

"Je ne sais pas si Yamaha a décidé d'arriver à cette situation, ou s'ils y sont arrivés [sans le vouloir]", ajoute le pilote italien. "Mais maintenant la situation est similaire à celle de Honda : il n'y a qu'un pilote qui soit capable d'exploiter tout le potentiel et qui fasse une énorme différence par rapport aux autres pilotes."

À ce stade du championnat, Fabio Quartararo, leader, a marqué 102 points, contre 33 pour ses trois collègues du groupe d'Iwata réunis. Il est le seul à avoir pu gagner avec Yamaha depuis plus d'un an, ayant cumulé à lui seul six des sept succès de la marque depuis le début de la saison 2021 et 13 des 15 podiums obtenus.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Fabio Quartararo : "Je ne suis pas le favori, de loin !"
Article suivant Aleix Espargaró affiche son ambition : "J'y croirai jusqu'au bout"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France