Pour Ducati, "il est temps que l'équipe d'usine gagne"

Ducati est en tête du classement des constructeurs et mène aussi le championnat pilotes, mais pas forcément grâce aux succès attendus.

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Ducati est la seule marque à avoir gagné plus d'une fois en ce début de championnat, grâce aux deux victoires conquises par Enea Bastianini. De quoi se réjouir assurément dans l'optique du championnat des constructeurs, que la marque italienne mène ainsi avec une avance assez nette, mais ces succès signifient aussi que c'est une moto datant de l'an dernier qui se trouve sur le devant de la scène, occultant pour le moment la GP22.

Bastianini, repassé en tête du championnat pilotes à Austin, dispose d'une machine très affûtée, qu'il est le quatrième à faire gagner après Pecco BagnaiaJack Miller et Jorge Martín, sept succès à eux trois en 2021. Dans les bureaux de Borgo Panigale, on oscille donc entre satisfaction et inquiétude, car la GP22 n'affiche pas pour le moment le même potentiel que sa devancière.

Avant d'en arriver à sa mise en service, Gigi Dall'Igna et le département technique de Ducati ont travaillé pendant plus d'un an sur la conception de la moto 2022, en passant par plusieurs phases. Lors des premiers essais d'intersaison, à Jerez en novembre dernier, Bagnaia affirmait déjà que le nouveau prototype était prêt à courir. Seulement, trois mois plus tard, les problèmes ont commencé à se manifester lors du retour en piste, au point de pousser le pilote italien et son coéquipier à finalement opter pour une unité de puissance basée sur le moteur de 2021. Le binôme de l'équipe officielle a également écarté le variateur de hauteur avant, dernière invention de Dall'Igna, pour tenter de se concentrer sur la recherche d'un set-up de base qu'ils semblent encore chercher aujourd'hui.

Mais le temps passe, et le premier bilan qui s'impose alors que le championnat entre dans sa phase européenne après quatre premières manches commence à être inquiétant. Jack Miller se trouve actuellement à 30 points d'Enea Bastianini, à égalité avec Johann Zarco, lui aussi doté d'une GP22. Pecco Bagnaia, qui n'est pas encore monté sur le podium, n'occupe que la 12e position du classement général à 38 unités du leader. Jorge Martín est quant à lui intercalé entre ses collègues, à 33 points.

Afin de pouvoir se battre pour le titre avec un membre de l'équipe officielle, mais surtout à cause de la connotation négative que peut avoir le fait qu'une ancienne moto offre de meilleures performances qu'un modèle qui reçoit actuellement toute l'attention des ingénieurs, les responsables Ducati estiment qu'il est temps à présent d'inverser la tendance.

"Il est évident que, chez Ducati, nous sommes heureux parce que l'une de nos motos a remporté la moitié des courses ayant eu lieu. Mais il est temps que l'équipe d'usine gagne", a déclaré Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati Corse, à Motorsport.com.

À l'usine, le diagnostic que l'on fait de la situation ne correspond pas exactement ce qu'un génie comme Gigi Dall'Igna a envie d'entendre. "Il y a un décalage entre ce que les techniciens ont projeté à partir de leurs idées et des informations dont ils disposent, et les sensations que la moto transmet aux pilotes", nous explique ainsi une personne travaillant dans les ateliers de Borgo Panigale.

"L'ultime confirmation" et d'importants signaux

Publiquement, Gigi Dall'Igna considère cependant que le Grand Prix des Amériques a été un tournant. La marque a en effet dominé les qualifications avec cinq pilotes, les quatre premiers au guidon de la GP22 − et parmi eux Miller et Bagnaia, qui ont décroché leur premier départ de la première ligne cette saison. Puis, dimanche, l'Australien a réussi à se maintenir aux commandes durant 15 tours, avant de subir la fin de course irrésistible dont Bastianini a déjà maintes fois gratifié le paddock, y compris l'an dernier avec une GP19.

"Un week-end totalement sous le sceau de Ducati ! Un Grand Prix que je n'hésiterais pas à définir comme étant l'ultime confirmation", décrit le directeur général de Ducati Corse avec enthousiasme. "Après de fantastiques qualifications avec cinq de nos motos à l'avant de la grille, nous avons vécu une course disputée jusqu'à la toute fin, un Grand Prix qui nous a apporté beaucoup de joie et des signaux d'une importance vitale."

Enea Bastianini, Gresini Racing

Enea Bastianini

Le responsable italien salue l'intelligence d'Enea Bastianini et sa course gagnée "avec maturité et détermination", et adresse ses félicitations au team Gresini pour "les réglages parfaits" de la GP21. Mais c'est dans la performance de ses pilotes officiels qu'il tire les conclusions les plus encourageantes.

"Jack a été plutôt en difficulté vers la fin, après une première partie à un rythme très rapide et auquel personne ne pouvait rivaliser. Il a cependant décroché un podium très important. Une excellente course qui nous dit que le Lenovo Ducati Team est en train de trouver le bon feeling, bien que plus tard qu'attendu : il s'agit maintenant de rapidement rattraper le dernier retard", commente-t-il. "Bien qu'en apparence insatisfaisante, même la cinquième place de Pecco, vue dans ce contexte entre les qualifications et la course où, à plusieurs reprises, il a enregistré le meilleur temps provisoire, indique qu'il ne manque pas grand-chose pour atteindre l'harmonie stable dont il a besoin afin que ses performances gagnent en constance."

"Nous espérons avec confiance continuer cette importante progression au cours d'une saison qui sera longue et ouverte à tous les résultats, étant donné aussi les performances de nos adversaires", ajoute Gigi Dall'Igna, qui espèrera certainement retrouver Portimão la semaine prochaine avec le même résultat que celui obtenu lors de la dernière visite du MotoGP sur place : les deux pilotes de l'équipe officielle étaient montés sur le podium, et l'un d'eux sur la plus haute marche.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Pénalisé à Austin, Morbidelli aimerait un règlement "plus clair"
Article suivant Maverick Viñales lui-même "surpris" par son potentiel à Austin

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France