EL3 - Quartararo en tête d'une séance mouvementée

Fabio Quartararo a signé le meilleur temps des Essais Libres 3 du Grand Prix d'Allemagne, une séance mouvementée durant laquelle les chutes se sont multipliées.

Dans la chaleur étouffante du Sachsenring, où l'on craint l'arrivée prochaine d'orages, Fabio Quartararo a signé le meilleur temps des Essais Libres 3, dernière séance comptant pour l'accession directe à la phase finale des qualifications, qui auront lieu cet après-midi.

Lire aussi :

L'enjeu, bien entendu, était de se placer dans le top 10 du classement combiné avec les séances d'hier. Marc Márquez n'y figurait pas hier soir mais, immédiatement, il a amélioré sa performance et s'est porté de la 12e à la cinquième position de ce classement, et à la place de leader de ces EL3 en 1'21"097. Lancé dans un solide run, le pilote espagnol a brillé par sa performance mais il s'est aussi fait une frayeur en sortant hors de piste dans le virage 10 alors qu'il était incliné et à fond de quatrième.

Durant cette première partie de séance, une autre amélioration était à noter, celle de Pecco Bagnaia, qui avait fini la journée de vendredi dernier sans avoir tenté de time attack (à l'instar de Márquez). Grâce à une bonne entame de séance, il s'est adjugé le cinquième temps de la séance à ce stade, mais une 19e place encore très modeste au classement combiné.

Longtemps, Márquez et Bagnaia auront été les seuls à se montrer plus rapides qu'hier, ce qui laissait Miguel Oliveira leader au général avec le chrono de 1'20"690 posté hier en EL2. Le pilote portugais était également dans le rythme de cette séance, deuxième après la première partie, à seulement cinq centièmes de Márquez. Au classement combiné, celui qui compte pour l'accession directe à la Q2, c'est Franco Morbidelli qui payait le prix du retour du #93, puisqu'il avait glissé à la 11e place.

Viñales et les Suzuki manquent le coche

À 20 minutes de la conclusion de la séance, Joan Mir a porté à son tour une attaque et ainsi fait son retour dans le top 10 alors qu'il n'était que 16e à la fin de la première journée. Malgré une erreur dans le tour suivant, le Champion du monde en titre a pu enchaîner avec une autre amélioration, mais il restait encore bien assez de temps à ses adversaires pour vite lui gâcher sa joie.

C'est à 14 minutes de la fin que le meilleur temps de ce week-end a fini par être battu une première fois, sous le coup de l'attaque de Jack Miller qui a posté une nouvelle référence en 1'20"526. Ce n'était toutefois que le début du time attack. L'amélioration suivante est venue de Fabio Quartararo, en 1'20"348 : ce chrono allait par la suite resté invaincu, faisant du Français le leader de ce début de week-end.

Les attaques n'ont toutefois pas manqué. Ainsi, on a vu Marc Márquez améliorer son chrono à son tour pour se porter au quatrième rang, derrière Takaaki Nakagami, lui-même bientôt devancé par Miguel Oliveira. Sorti du top 10, Johann Zarco s'est propulsé au deuxième rang en enchaînant deux tours rapides qui l'ont porté à 0"085 de la référence toujours détenue par Quartararo.

Descendu au quatrième rang derrière le trio Quartararo-Zarco-Oliveira, Miller a réussi à s'intercaler entre les deux Français dans un quarté de tête désormais contenu en un dixième seulement. Cela allait être le dernier changement dans ce premier groupe.

Pour d'autres, la fin de séance aura été un casse-tête insoluble. C'est le cas notamment de Mir. Seulement 19e à l'entrée dans les quatre dernières minutes, le pilote Suzuki a réussi à momentanément se hisser dans le top 10 une deuxième fois, mais les améliorations venues de toutes parts l'en ont à nouveau fait sortir par la suite pour finalement ne manquer la dixième place que pour 25 millièmes. Son coéquipier Álex Rins, qui revient de blessure, ou encore le vice-Champion du monde Franco Morbidelli n'ont pas non plus réussi à venir à bout de cette barrière.

Marc Márquez a quant à lui glissé à une neuvième position dangereuse. Reparti à l'attaque, le pilote Repsol Honda a obtenu une amélioration sitôt annulée pour dépassement des limites de la piste, cependant sa place a finalement été sauve. Il en est de même pour Pecco Bagnaia, qui s'est classé huitième. Il ira directement en Q2, au même titre qu'Aleix Espargaró, Takaaki Nakagami, Álex Márquez, mais aussi Jorge Martín, qui récupère toujours de sa lourde chute de Portimão.

Autre top pilote piégé par le time attack, Maverick Viñales. À sept minutes du drapeau à damier, l'Espagnol s'est fait piéger au freinage du virage 1, alors qu'il occupait une dixième place qui le mettait indéniablement en danger en vue des qualifications. Revenu au stand au pas de course, le pilote Yamaha n'a pas été en mesure de se rattraper et il a donc terminé la séance 13e.

Avant la chute de Viñales, le virage 1 avait fait deux autres victimes dès le début de la séance. Enea Bastianini a en effet dû lâcher sa Ducati à basse vitesse après avoir manqué son freinage, puis dix minutes plus tard, Iker Lecuona subissait le même sort après avoir été secoué par sa KTM sur la bosse précédant le freinage. En fin de séance, c'est dans le virage 8 que Pol Espargaró a pour sa part perdu le contrôle de sa Honda alors qu'il tentait de sortir de la deuxième moitié du classement.

 

Germany GP d'Allemagne – MotoGP - EL3

P. Pilote Moto Tours Temps Écart
1 France Fabio Quartararo Yamaha 24 1'20.348  
2 Australia Jack Miller Ducati 21 1'20.404 0.056
3 France Johann Zarco Ducati 22 1'20.433 0.085
4 Portugal Miguel Oliveira KTM 23 1'20.451 0.103
5 Spain Aleix Espargaró Aprilia 19 1'20.451 0.103
6 Spain Jorge Martín Ducati 21 1'20.501 0.153
7 Japan Takaaki Nakagami Honda 22 1'20.560 0.212
8 Italy Pecco Bagnaia Ducati 24 1'20.564 0.216
9 Spain Marc Márquez Honda 24 1'20.662 0.314
10 Spain Álex Márquez Honda 22 1'20.682 0.334
11 Spain Joan Mir Suzuki 20 1'20.707 0.359
12 Italy Franco Morbidelli Yamaha 23 1'20.749 0.401
13 Spain Maverick Viñales Yamaha 24 1'20.887 0.539
14 Spain Álex Rins Suzuki 22 1'20.889 0.541
15 Italy Danilo Petrucci KTM 23 1'20.903 0.555
16 Italy Valentino Rossi Yamaha 23 1'20.961 0.613
17 Italy Luca Marini Ducati 20 1'20.978 0.630
18 South Africa Brad Binder KTM 22 1'20.988 0.640
19 Spain Pol Espargaró Honda 19 1'21.270 0.922
20 Italy Lorenzo Savadori Aprilia 19 1'21.415 1.067
21 Italy Enea Bastianini Ducati 17 1'21.447 1.099
22 Spain Iker Lecuona KTM 20 1'21.669 1.321

partages
commentaires
Álex Rins agréablement surpris par son retour de blessure
Article précédent

Álex Rins agréablement surpris par son retour de blessure

Article suivant

Selon KTM, Raúl Fernández veut rester une année de plus en Moto2

Selon KTM, Raúl Fernández veut rester une année de plus en Moto2
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021