MotoGP GP d'Espagne

Quartararo : "Il va falloir répondre" à Bagnaia

Fabio Quartararo se méfie de la montée en puissance de Pecco Bagnaia après son succès au GP d'Espagne. Le Français n'a pas été en mesure de porter une attaque sur le pilote Ducati mais se réjouit de l'expérience acquise et de sa grosse moisson de points.

Francesco Bagnaia, Ducati Team, Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

La saison passée, c'est surtout dans la première partie de la saison que Fabio Quartararo a fait la différence, pendant que Pecco Bagnaia payait son manque de régularité. Lorsque l'Italien a décroché son premier succès à la fin de l'été, au GP d'Aragón, il est devenu presque inarrêtable et trois autres victoires se sont ajoutées à son palmarès.

Un duel entre les deux hommes était attendu pour la saison 2022 mais ils ont tous les deux éprouvé des difficultés dans les premières courses au programme. Quartararo a retrouvé la victoire à Portimão tandis qu'à Jerez, c'est Bagnaia qui a décroché son premier succès de la saison, ce qui ne surprend pas véritablement son rival.

"Je m'y attendais parce que je sais que quand il est dans un mood comme ça, on l'a vu à Misano, les deux [courses] même s'il est tombé [dans la deuxième], à Aragón, Valence, Portimão 2... Il est toujours aussi fort, donc maintenant il va falloir répondre et donner le maximum", a prévenu Quartararo, qui se méfie de voir Bagnaia dans le coup plus tôt que la saison dernière.

"Pecco était super rapide l'an dernier mais dans la dernière partie, il était imbattable", a précisé le Champion du monde en conférence de presse après le GP d'Espagne. "Pas seulement grâce à sa vitesse, mais dans son pilotage. Il était tout le temps super rapide. Cette année, il est super rapide plus tôt. Je ne dirais pas que je suis inquiet mais c'est sûr qu'il est l'un des plus rapides de la grille donc ça sera une belle bagarre."

Les premiers tours ont été décisifs

Cette bagarre a finalement tourné court à Jerez. Auteur d'un bon envol, Quartararo n'a pas pu prendre l'avantage au premier virage : "Pecco a freiné vraiment vraiment très, très tard", a-t-il expliqué, estimant que l'épreuve s'est jouée dans "les trois premiers tours" puisque dans le sillage de la Ducati, son pneu avant est devenu difficile à gérer : "Après, la température est montée d'un coup. Au bout du troisième tour, c'était mort. L'année dernier, au virage 12 j'arrivais un peu plus vite, mais là dès le début on a eu du mal."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

Pour contrer la surchauffe de son pneu, Quartararo a préféré ne pas rester blotti dans la roue de Bagnaia et il a laissé un écart supérieur à la demi-seconde, avant de tenter de se rapprocher dans les tout derniers tours, parce qu'il "fallait tenter quelque chose" même si porter une attaque était finalement impossible. Avec le recul, il estime qu'une seule stratégie était possible pour battre l'Italien : "S'échapper au premier tour. Franchement, tout seul j'aurais pu avoir un rythme un peu plus haut. Après je ne sais pas si Pecco aurait pu suivre."

"La seule chose qui me tracasse un peu, c'est que je n'ai pas réussi à le dépasser dans les trois premiers tours, parce qu'au début je savais que je pouvais faire un petit peu mieux. Dès que j'ai eu ce problème sur le pneu avant, ça m'a un petit peu stoppé mais sincèrement, je ne me plains pas de cette position."

Dès la journée de samedi, Pecco Bagnaia et Fabio Quartararo se sont détachés du reste du plateau pour la suite du week-end. En course, ils ont régulièrement collé plus d'une demi-seconde au tour au reste du plateau... mais ils ont aussi fait des erreurs similaires. "C'était amusant parce que parfois, Pecco manquait la corde, et je manquais la code", a précisé Quartararo. "Quand il faisait quelque chose, je faisais la même chose derrière. Notre rythme de course était vraiment similaire, tout était similaire mais je suis vraiment content parce que notre rythme était très, très rapide."

"L'an dernier, j'ai eu une course très dure physiquement [avec un arm-pump et de nombreuses positions perdues, NDLR] et je suis très heureux parce que je me sens beaucoup plus fort et que je n'ai pas eu de douleur [dimanche]. Je suis vraiment content et impatient de disputer la prochaine course."

Un expérience utile pour Quartararo

Fabio Quartararo n'a pas quitté Jerez totalement déçu, estimant avoir progressé en restant au contact de Pecco Bagnaia : "Je pense que même si j'ai fini deuxième, derrière Pecco j'apprend toujours. J'estime que j'apprends plus dans ce genre de courses que dans celle du Portugal. Il m'a poussé dans mes retranchements et je pense que c'est bien d'avoir quelqu'un comme ça parce qu'on améliore beaucoup son pilotage."

Francesco Bagnaia, Ducati Team

"J'ai attaqué à la limite, je ne pouvais rien faire [dimanche] mais comme je l'ai dit, je pense que j'ai beaucoup progressé [dans cette course], parce que dans ces conditions, j'ai pu penser à comment gérer la situation et je pense qu'on l'a bien fait", a-t-il ajouté. "Je pense que c'est une bonne expérience pour la suite."

Cette approche confirme la volonté affichée par Fabio Quartararo après son succès au Portugal. Quand la victoire est impossible, il fait son maximum pour sauver le plus gros total de points possible, avec le titre au coin de l'esprit. Il a atteint son objectif en Andalousie : "Tu te bats toute la course pour y arriver et à la fin tu n'y arrives pas. Tu sais très bien que ce sont de très bons points à prendre."

"Je sais que j'étais vraiment à la limite et que je ne pouvais pas faire mieux. Ce sont de très bons points de pris et c'est très important de prendre le maximum de points. C'est cinq points qui nous ont manqués, une victoire, mais franchement on peut être contents."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Bastianini a essayé le carénage 2022, une amélioration "méritée"
Article suivant Pol Espargaró espère voir le travail de Honda payer au Mans

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France