MotoGP
28 mars
Événement terminé
04 avr.
Événement terminé
C
GP d'Espagne
02 mai
Course dans
17 jours
C
GP d'Italie
30 mai
Course dans
45 jours
06 juin
Course dans
52 jours
C
GP d'Allemagne
20 juin
Course dans
66 jours
C
GP des Pays-Bas
27 juin
Course dans
73 jours
C
GP de Finlande
11 juil.
Course dans
87 jours
C
GP d'Autriche
15 août
Course dans
122 jours
C
GP de Grande-Bretagne
29 août
Course dans
136 jours
C
GP d'Aragon
12 sept.
Course dans
150 jours
C
GP de Saint-Marin
19 sept.
Course dans
157 jours
C
GP du Japon
03 oct.
Course dans
171 jours
C
GP de Thaïlande
10 oct.
Course dans
178 jours
C
GP d'Australie
24 oct.
Course dans
192 jours
31 oct.
Course dans
199 jours
C
GP de Valence
14 nov.
Course dans
213 jours

Mauvaises sensations et grande confusion pour Franco Morbidelli

En grande difficulté à Losail, Franco Morbidelli se sent contraint d'improviser en course, une semaine après un premier Grand Prix gâché par un problème technique.

Mauvaises sensations et grande confusion pour Franco Morbidelli

S'il assurait ne pas être inquiet vendredi après deux dégagements de fumée pour le moins surprenants en EL1, mais surtout rassuré par des sensations un peu plus stables qu'elles ne l'avaient été le week-end dernier, Franco Morbidelli a plongé samedi dans un mauvais feeling au guidon de sa Yamaha et multiplié les mots forts pour décrire une journée épique dont il a hérité la dixième place sur la grille de départ du Grand Prix de Doha.

"La journée et le week-end ont été vraiment difficiles jusqu'à présent. Mais je ne dirais pas difficile, je dirais vraiment difficile à comprendre", a-t-il tenté d'expliquer. "Mes sensations sont mauvaises et le restent quoi que nous fassions. Ce qui change, c'est la vitesse. Parfois, je me sens un peu mieux, parfois un peu plus rapide, mais ensuite cette sensation peut partir d'un run à l'autre. Donc rien n'est certain et rien n'est clair."

Indéniablement perdu, le pilote Petronas a promis qu'il ne baissera pas les bras et tentera de nouvelles expérimentations pendant le warm-up, ce dimanche. Il n'en reste pas moins qu'il est peu à peu revenu à une configuration de moto identique à celle de la saison dernière, en se débarrassant des évolutions apportées par Yamaha. Un comble pour celui qui dispose déjà de la machine la plus ancienne du groupe et qui assure maintenir sa confiance à la marque.

C'est en toute franchise qu'il s'est exprimé samedi soir auprès des journalistes, pour décrire ce début de saison si complexe.

Lire aussi :

Vous avez tous passé tellement de temps au Qatar... Beaucoup de pilotes semblent confus : est-ce à cause du vent ?

Beaucoup de pilotes sont confus ? Eh bien, je suis très heureux de l’entendre, parce que je le suis aussi. Je le suis vraiment ! Je ne sais pas ce qu’il se passe. Il se passe quelque chose et j'espère que, quoi que ce soit, cela disparaîtra le plus tôt possible car il est difficile de travailler comme ça. C’est toujours OK, toujours sympa. Les pires jours ici à moto sont de toute façon meilleurs qu'une journée normale dans la vie. J’aime toujours travailler avec mon équipe, essayer de comprendre ce qu’il se passe et je n'aime pas me faire botter les fesses lors des essais et des courses. Et je n’aime pas avoir des sensations horribles quand je roule, mais c'est toujours bien. Nous devons essayer de travailler, ne jamais baisser les bras et nous devons au moins essayer de comprendre.

Tu as dit que quoi que tu fasses, tu n'arrives pas à te sentir mieux mais la vitesse est là. Dois-tu aborder cette course en tentant le tout pour le tout, en risquant de tomber ?

Eh bien, je vais devoir improviser. Je vais devoir voir quelle est la vitesse en course. Si nous ne trouvons pas de solution magique [au warm-up], nous allons vraiment devoir improviser et voir quelles seront mes sensations et ma vitesse, et ensuite je réagirai en fonction de ce que je ressens. C’est la seule chose que je puisse faire. Je ne suis pas un pilote fou, je ne suis pas un mec fou donc j'essaierai au moins de ne pas faire de choses folles.

Avec le vent et le sable, certains pilotes ont déclaré que c'étaient les pires conditions qu'ils ont rencontrées dans un Grand Prix en conditions sèches. Comment était-ce pour toi ?

Vraiment mauvais. Vraiment mauvais, mais j'ai cette sensation depuis pas mal de temps maintenant donc je ne peux pas vraiment commenter les conditions. Les conditions étaient dures et les sensations était mauvaises. C'était un peu pire à cause des conditions mais… mauvaises !

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Il semble que tout le monde utilisera plus ou moins les mêmes pneus que la semaine dernière, mais que les sensations sont différentes. Est-ce la même chose pour toi ? Est-ce quelque chose qui te dérange également ?

Je ne sais pas. Je ne veux pas oser pointer les pneus, l'amortisseur, le châssis, le bras oscillant ou autre. Je ne veux rien oser point pour le moment car je ne suis sûr de rien. Cela peut donc être n'importe laquelle de ces choses. Je n’ai pas de bons retours de la part de l’arrière de la moto. Ainsi, ce pourrait être n'importe laquelle de ces choses : peut-être les pneus, peut-être le bras oscillant, peut-être l'amortisseur, quelque chose lié à l’arrière de la moto. Nous sommes allés en arrière, donc nous avons changé beaucoup de choses sur la moto et nous retournons à peu près aux pièces de l'année dernière, et rien ne semble aider. La situation est vraiment difficile et c’est compliqué de pointer ce que c'est.

Tu es revenu à la moto 2020 ?

Ma moto est celle de 2020. Nous sommes revenus en arrière avec les éléments de telle façon que nous avons essayé de mettre de nouvelles pièces − pas nouvelles [au sens d'inédites] mais les mêmes pièces [que nous avions déjà] en remplaçant celles que nous avons utilisées lors des tests. Nous avons essayé de changer les choses sur lesquelles nous avions un doute. [...] Mes résultats sont vraiment déséquilibrés : dans certains essais je suis bon, dans d’autres je suis vraiment mauvais. Mais ce qui est constant, c’est que les sensations ne sont jamais bonnes.

La moto est la même que celle avec laquelle tu roulais en Aragón ?

Oui.

Lire aussi :

Entre tes résultats et ceux de Fabio Quartararo, Petronas a fait figure de référence ces deux dernières années. Que se passe-t-il ? Yamaha a arrêté de vous aider ? T'es-tu posé la question ?

Je me suis posé la question de comment ça se fait qu'on ait autant de mal, comment ça se fait que mes sensations soient aussi faibles et mauvaises, comment ça se fait que mes sensations au guidon soient aussi mauvaises et aussi similaires malgré tout ce que l'on change. Je me suis posé ces questions-là, jamais celle du soutien de Yamaha parce que je vois toujours des membres de Yamaha autour de moi. Je vois aussi des personnes importantes de Yamaha, comme Sumi-san. Je les vois assez au taquet, même avec moi.

Que disent-ils ?

On est vraiment en train de tâtonner. On ne sait pas ce qui se passe.

Quel est l'objectif réaliste pour la course ?

Il faut viser le top 10. En EL4, malgré le fait que mes sensations sont restées les mêmes, ma vitesse n'était malgré tout pas mauvaise. Le feeling reste le même, ce qui change c'est la vitesse. Sur certaines séances je semble compétitif, et sur d'autres je suis hors-jeu. J'espère avant toute chose que le warm-up nous apportera une réponse supplémentaire. Si ça n'est pas le cas, je n'ai plus qu'à espérer que la vitesse au moins − car je suis certain que les sensations ne seront pas bonnes − sera celle du warm-up et qu'avec ce type de vitesse on pourra au moins se battre pour les dix premières positions.

Ton coéquipier, Valentino Rossi, a obtenu la plus faible qualification de sa carrière. Tu n'as pas d'échange avec lui ?

Non, on ne s'est jamais parlé ni vu. J'ai vu Uccio [Salucci] plus tôt et j'ai vu que Vale a eu du mal en qualifs, ce qui est tout aussi étrange que mes hauts et bas. Lui aussi a connu un sacré "haut et bas". On ne s'est pas parlé parce qu'on est tellement impliqués dans notre travail, on essaye tellement de chercher une solution qu'on ne se voit pratiquement jamais. Soit je suis dans les bureaux en train de me changer, soit je suis au stand en train d'essayer de comprendre ce qui peut bien se passer, alors on ne se voit jamais.

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Voir aussi :

Viñales veut se montrer incisif dès les premiers tours

Article précédent

Viñales veut se montrer incisif dès les premiers tours

Article suivant

Warm-up - Doublé français après les derniers préparatifs

Warm-up - Doublé français après les derniers préparatifs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Doha
Catégorie Q2
Lieu Losail International Circuit
Pilotes Franco Morbidelli
Équipes Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021