Morbidelli : "Tout à coup le moteur n'avançait plus"

Trahi par la mécanique alors qu'il était en passe d'obtenir son meilleur résultat en MotoGP, Franco Morbidelli retient des courses de Jerez ses progrès au guidon de la Yamaha.

Morbidelli : "Tout à coup le moteur n'avançait plus"

Un quadruplé était à portée de main pour Yamaha lors du Grand Prix d'Andalousie, et possiblement un premier podium MotoGP pour Franco Morbidelli, qui se trouvait devant Maverick Viñales lorsque sa moto l'a abandonné, à huit tours de l'arrivée. Cette nouvelle alerte moteur pour le constructeur d'Iwata a poussé les pilotes à unanimement demander que la question soit prise avec le plus grand sérieux désormais, alors que la situation devient déjà critique après ces deux premières courses du championnat.

Lire aussi :

Dans un discours qui fait écho à celui de ses collègues, Morbidelli a souhaité rappeler que la fiabilité devait être la charge des ingénieurs et que, pour sa part, il avait fourni le maximum qui était attendu de lui en tant que pilote. "Je ne m'inquiète que de ce que je peux contrôler et, là, c'est quelque chose que je ne peux pas contrôler", souligne-t-il. "Ça n'est pas mon job, mon job c'est d'enfourcher la moto et de faire mon maximum, d'être professionnel en piste et en dehors. J'essaye de faire ça au mieux. Concernant la moto il y a des ingénieurs, des mécaniciens, des techniciens qui y travaillent, alors je ne peux pas m'en inquiéter. Je ne peux m'inquiéter que de mon pilotage et de la manière dont on règle la moto."

"Ça s'est passé tout à coup. La moto s'est juste arrêtée et on ne sait pas pourquoi", explique le pilote Petronas au sujet de son abandon, indiquant que, contrairement à Valentino Rossi une semaine plus tôt, il n'a pas vu apparaître de voyant rouge. "J'ai juste senti que le moteur n'avançait plus et j'ai coupé la moto parce que je ne savais pas ce qui allait se passer. Ça n'était pas une vraie casse, juste quelque chose qui n'allait pas, je n'ai pas exactement compris ce qui n'allait pas, mais dans le doute j'ai coupé le moteur."

À titre personnel, Morbidelli quitte Jerez satisfait, conforté dans l'idée qu'il avait progressé pendant l'intersaison. À l'instar d'un Pecco Bagnaia qui a vu la deuxième place lui échapper sur casse mécanique alors qu'il était proche du but, son collègue de la VR46 Academy ne veut pas se laisser envahir par la déception et préfère voir le verre à moitié plein.

"Je suis très content de mon niveau de pilotage. J'ai vu que j'avais progressé en tests, au Qatar et à Sepang, mais je n'étais pas sûr d'emmener ce niveau aussi en course. Avec ces deux courses, je dois dire que j'ai élevé mon niveau. Je suis beaucoup plus rapide que l'année dernière, plus régulier en course", se félicite-t-il. "J'ai reconfirmé ce que j'avais senti en test, maintenant il faut juste qu'on continue comme ça, qu'on continue à travailler et à progresser parce qu'on est en bonne voie."

"Je me sentais vraiment à l'aise pendant cette course. Je recollais assez confortablement. J'ai fait une petite erreur derrière Vale et j'ai perdu sept dixièmes, mais j'ai pu me rattraper assez facilement. J'étais prêt pour le rush final", assure Morbidelli. "Il faut qu'on retienne le positif de ce week-end, qui était la vitesse que j'avais en course et ma régularité. J'ai été agressif en course, je me sentais vraiment bien, très à l'aise avec la moto et à l'aise pour maintenir mon rythme. Ma position de départ n'était pas celle que l'on voulait, ça n'est pas encore au point mais on progresse, c'était mieux que le week-end dernier."

"Je suis plutôt content, parce que j'ai été vraiment rapide sur la course précédente, et à nouveau celle-ci car je me suis senti super, j'allais vers le podium et vers la première place même si elle était encore loin, je faisais vraiment de bons temps à un stade avancé de la course. Je garde ça et je veux l'emmener à Brno, en Autriche et jusqu'à la fin du championnat… et de ma carrière !"

partages
commentaires
Bagnaia a passé un cap, malgré la triste fin de sa course

Article précédent

Bagnaia a passé un cap, malgré la triste fin de sa course

Article suivant

Michelin a recommandé de roder les pneus avant la course

Michelin a recommandé de roder les pneus avant la course
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021