Bagnaia a passé un cap, malgré la triste fin de sa course

Bien que contraint à l'abandon par une panne moteur à six tours de l'arrivée du Grand Prix d'Andalousie, Pecco Bagnaia retient ses nets progrès et la deuxième place qui était à sa portée.

Bagnaia a passé un cap, malgré la triste fin de sa course

Déjà galvanisé par sa performance lors du Grand Prix d'Espagne, Pecco Bagnaia a réalisé à l'occasion de la deuxième course de Jerez une prestation qui pourrait bien être le tournant de sa carrière en MotoGP.

Qualifié en première ligne pour la première fois, le pilote Pramac a rivalisé avec son expérimenté coéquipier, Jack Miller, qu'il a passé dans le neuvième tour, puis il a marqué les esprits en se défaisant des deux Yamaha officielles en l'espace de deux tours. Ainsi installé en deuxième position, il s'est rapidement isolé. Partir en chasse de Fabio Quartararo, déjà détaché, semblait irréaliste, cependant la deuxième place était amplement à sa portée puisqu'à six tours de l'arrivée, il comptait 2"4 d'avance sur ses poursuivants. C'était sans compter sur la mécanique, qui a fini par le trahir.

"Je ne sais pas encore ce qui est arrivé et nous devons envoyer mon moteur chez Ducati pour vraiment voir ce qui s'est produit. Pour le moment, on ne le sait pas", expliquait-il dimanche soir, plus serein que déçu malgré le crève-cœur qu'a été cet abandon. "Comme on se l'est dit au stand, on ne peut pas être en colère après un week-end comme celui-ci. Il y a bien sûr de la déception, mais notre objectif cette année n'est pas de gagner le championnat, c'est d'emmagasiner de l'expérience, car c'est vraiment ça qui nous a manqué l'année dernière. Vu le week-end qu'on a fait, les progrès rien qu'avec le week-end dernier, je suis très content de là où on en est arrivé."

Lire aussi :

"En course je me sentais très bien. Malheureusement j'ai perdu quelques places au départ, mais je voyais avec les pilotes que j'avais devant moi que j'étais plus rapide et que mon rythme était plus similaire à celui de Fabio", raconte le pilote Pramac. "Vu la situation, j'ai tout de suite essayé de passer Jack mais j'ai failli tomber, j'ai pris les choses un peu plus calmement, et quand j'ai commencé à voir qu'ils commençaient à leur tour à avoir du mal et que j'avais nettement plus de marge, petit à petit j'ai essayé de les passer. Une fois que je me suis retrouvé devant Vale, j'ai vu que sans rien faire de plus j'arrivais à m'échapper."

"Ensuite j'ai commencé à sentir que la moto tirait un peu, malheureusement au bout de trois ou quatre tours, elle a vraiment cédé. On m'a montré le drapeau orange et noir et j'ai dû m'arrêter. Malheureusement c'est comme ça, je suis très déçu mais ce qui est important c'est qu'on a été vraiment rapides ce week-end", retient-il.

Francesco Bagnaia, Pramac Racing

Penser à la performance avant de penser au contrat

Durant les qualifications, Bagnaia avait brillé en se battant pour les premières places. Cela lui avait valu une pique de la part d'Andrea Dovizioso, qui jugeait que la performance sur le tour lancé ne se retrouvait pas sur le rythme de course, oubliant au passage que son jeune collègue avait aussi été le premier pilote Ducati lors des EL4 pourtant très représentatifs en ce sens.

Lire aussi :

Pour Bagnaia, cette course est justement le signe que son travail de fond, moins porteur sur le tour lancé, paye véritablement, notamment grâce à des progrès notables sur les freinages. "Vendredi j'étais 17e, je n'ai même pas essayé de time attack comme tout le monde l'avait fait en EL1. On a travaillé énormément sur le rythme, vu que la semaine dernière il m'avait manqué à partir de la mi-course. Ce week-end ça ne devait pas se passer comme ça, on a donc vraiment bien travaillé en pneus usés en EL2 et EL4 et j'ai toujours été très rapide et régulier."

Si cette performance met du baume au cœur du jeune pilote, malgré l'absence de résultat, c'est aussi qu'il se sait observé, Ducati ayant fait savoir que ses premières courses seraient étudiées afin de déterminer ce qu'il en sera de son avenir dans le groupe, et ce alors qu'un des guidons de l'équipe officielle reste encore à attribuer. Comme il l'indiquait après sa fringante qualification, samedi, la seule stratégie qu'il suive est celle de faire de son mieux.

"Pour le moment, je me concentre sur le fait d'aller vite. Savoir que j'ai été le premier pilote Ducati tout le week-end m'a transmis une grosse motivation, mais pour le moment on pense surtout au fait de travailler comme ce week-end. Ensuite, si la possibilité arrive, évidemment je serai très content, mais pour le moment je ne veux pas trop y penser. Ce qu'il y a de bien avec ce week-end, c'est que je me suis senti un pilote MotoGP à tout niveau, parmi ceux qui sont vraiment forts", conclut-il.

Avec Guillaume Navarro

partages
commentaires
Oliveira et Binder en désaccord sur l'accrochage du départ

Article précédent

Oliveira et Binder en désaccord sur l'accrochage du départ

Article suivant

Morbidelli : "Tout à coup le moteur n'avançait plus"

Morbidelli : "Tout à coup le moteur n'avançait plus"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021