Un Franco Morbidelli "plus sérieux" obtient son premier podium

Franco Morbidelli a mis en avant son changement d'attitude et une approche plus professionnelle qu'il suit désormais en dehors des circuits, pour expliquer son bon début de saison, récompensé par un premier podium.

Un Franco Morbidelli "plus sérieux" obtient son premier podium
Charger le lecteur audio

Solide depuis le début du week-end de Brno, Franco Morbidelli avait un objectif incontestable : décrocher son premier podium MotoGP − et plus si affinités − notamment pour effacer la lourde déception d'un résultat similaire qui aurait été à sa portée au Grand Prix d'Andalousie si son moteur ne l'avait pas lâché un peu trop tôt.

Parti de la première ligne, le pilote italien a vite pris l'avantage sur Fabio Quartararo pour se porter en tête, une première pour lui en MotoGP. Il allait alors boucler 12 tours aux commandes, avant de se faire avaler par un Brad Binder capable d'une performance étonnante de maîtrise lorsque la course est entrée dans sa phase la plus critique en matière de tenue des pneus. Morbidelli, qui avait opté pour la gomme soft à l'arrière, n'avait plus les moyens de suivre la KTM équipée du medium, cependant il avait fait le nécessaire pour s'accrocher au podium malgré la dégradation qu'il a enregistrée.

"Je suis vraiment content de ce podium. Je le voulais, j'ai cherché à l'avoir pendant tout le week-end. On avait commencé le week-end avec un super rythme dès le premier tour et j'ai clairement vu que j'avais une réelle chance de l'obtenir. C'est ce que j'ai essayé de faire en course, de prendre un bon départ et de ramener la moto au bout", explique-t-il au site officiel du MotoGP.

Lire aussi :

"Félicitations à Brad, il a fait un travail fabuleux, il a été très solide pendant la course, surtout dans la seconde partie. Dans la première partie j'ai essayé de faire mon rythme et de gérer mes pneus au mieux. Je pense avoir fait le maximum et au bout de 10-11 tours j'étais déjà en difficulté avec mes pneus, puis à cinq tours de la fin j'ai connu une nouvelle baisse et à partir de là j'ai juste essayé de ramener la moto au bout et de décrocher ce premier podium pour insuffler une dose de joie à la fois pour moi, mon équipe et mon entourage."

À l'issue des qualifications, Franco Morbidelli expliquait précisément qu'il avait pu tester la résistance des gommes sur 15 tours, mais qu'au-delà il serait entré au moment de la course dans une zone beaucoup plus incertaine. "Comme on le disait hier on serait entrés dans l'inconnu à cinq tours de l'arrivée … et maintenant c'est 'connu', j'ai une baisse ! Mais j'ai été doux sur l'accélérateur dans les 15 premiers tours alors j'ai pu ramener la moto au bout en deuxième position, ce qui est très bien pour moi et pour l'équipe. Je suis juste content !"

Moins de fêtes... et des résultats

Passé à la troisième position du championnat, à laquelle il assure ne pas accorder d'importance pour le moment, Franco Morbidelli estime que ce podium vient récompenser un changement d'attitude opéré pendant l'hiver, alors qu'il sortait d'une saison qui aurait pu être satisfaisante s'il n'avait pas subi une confrontation cruelle avec son coéquipier, Fabio Quartararo

"L'année dernière, j'ai connu une année difficile", admet-il. "Je pense que j'étais plus fort que ce que j'ai montré, alors que Fabio a été très bon, très fort. Je me suis donc dit à la fin de l'année que je ne voulais pas continuer comme ça, je ne voulais pas revivre cette situation. Je me suis donc mis à travailler plus, mieux, à être plus sérieux à la maison. J'ai essayé d'être plus professionnel."

"Je sais que j'ai l'air d'un gars sérieux, et je le suis quand je suis sur les courses, mais j'ai clairement un côté brésilien quand je suis chez moi ! Il faut que je contrôle ça parfois. Pendant le confinement, c'était facile, mais il a fallu que je contrôle ça cet hiver et je me suis dit que j'allais moins faire la fête et plus m'entraîner, et c'est ce que j'ai fait."

"J'ai vu les résultats dès les tests, où j'ai déjà été plus rapide que l'année dernière", note-t-il. "Je pense qu'à Jerez si j'étais parti d'une meilleure position j'aurais obtenu un meilleur résultat à la première course. Mais ici on est mieux parti et j'ai été rapide tout le week-end. J'espère donc avoir franchi un cap. Au bout de trois courses, oui, je peux le dire. Mais pendant un championnat, on connait toujours des hauts et des bas, alors je vais faire le maximum à chaque course."

P. Pilote Moto Temps Écart
1 South Africa Brad Binder KTM 4138.764  
2 Italy Franco Morbidelli Yamaha 4Г44.030  
3 France Johann Zarco Ducati 4145.234 6.470
partages
commentaires

Voir aussi :

Impuissant, Quartararo "ne s'attendait pas" à une telle course
Article précédent

Impuissant, Quartararo "ne s'attendait pas" à une telle course

Article suivant

Partir de la pole a aidé Zarco à aller chercher le podium

Partir de la pole a aidé Zarco à aller chercher le podium
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021