C'était un 11 août : Freddie Spencer titré en 500cc et en 250cc

Il y a 37 ans jour pour jour, Freddie Spencer décrochait le titre en 500cc, deux semaines après l'avoir conquis en 250cc. Il s'agirait du dernier succès de sa carrière.

C'était un 11 août : Freddie Spencer titré en 500cc et en 250cc
Charger le lecteur audio

Freddie Spencer est resté la comète des années 1980 en Championnat du monde, brillant autant par ses succès que par la brièveté de son passage en 500cc. Les quatre saisons que l'Américain a disputées l'ont ainsi vu décrocher deux titres, le dernier il y a exactement 37 ans.

Après de courtes apparitions les deux années précédentes, Spencer a rejoint la catégorie reine à plein temps en 1982 et s'est rapidement illustré par son talent. À seulement 20 ans et 196 jours – un record de précocité uniquement battu par Marc Márquez – il a rejoint le cercle des vainqueurs et offert à Honda un succès que la marque attendait depuis 15 ans. Une deuxième victoire s'est ajoutée cette année-là et dès la saison suivante, Spencer a décroché le titre mondial après avoir remporté la moitié des 12 courses au programme. Il avait à 21 ans et 258 jours le jour de son sacre, là aussi un record que seul Márquez a battu.

Sa saison 1984 a été marquée par une blessure et malgré cinq victoires, Fast Freddie a dû se contenter de la quatrième place du championnat. L'année 1985 allait lui offrir une sublime revanche. Déterminé à se relancer, il a décidé de cumuler des engagements en 250cc et 500cc alors que la tradition de voir des pilotes multiplier les courses s'était tarie.

Freddie Spencer a décroché deux titres en 1985

Freddie Spencer a décroché deux titres en 1985

Après des balbutiements dans les trois premiers rendez-vous de l'année, avec néanmoins une victoire dans chaque catégorie, un podium de plus en 250cc et deux autres en 500cc, Spencer a remporté à quelques heures d'intervalles le GP des Nations dans les deux catégories, un exploit qui n'avait plus été réalisé depuis Tom Herron au TT de l'Île de Man neuf ans plus tôt. Spencer ne s'est pas arrêté là puisqu'il a décroché trois nouveaux doublés, au cœur d'une série de six victoires en 250cc.

La série a pris fin à Silverstone, où le pilote a dû se contenter de la quatrième place dans la catégorie intermédiaire, néanmoins suffisante pour lui assurer le titre. À partir de là, Spencer a concentré ses efforts sur le 500cc et a fait une croix sur les deux dernières courses de l'année à l'échelon inférieur.

En ce 11 août 1985, le natif de Louisiane a converti sa première occasion de décrocher sa deuxième couronne mondiale au plus haut niveau en s'imposant confortablement devant Eddie Lawson, son dernier rival, au GP de Suède disputé à Anderstop. Ce jour-là, Spencer était à l'apogée de sa carrière avec deux titres conquis à quinze jours d'intervalle.

Le départ du GP de Suède 1985

Le départ du GP de Suède 1985

Ce que le nouvel homme fort du Championnat du monde ne savait pas, c'est que le succès de ce 11 août resterait le dernier de sa carrière. Une blessure au pouce l'a en effet contraint à manquer l'ultime course de l'année et c'est justement son physique qui a mis fin à son règne tout aussi bref que spectaculaire dans le monde de la moto.

Usé par ce double programme, Spencer n'a pris que des départs sporadiques au cours des deux années suivantes et aucun en 1988, avant de tenter deux comebacks en 1989 et 1993, sans faire preuve du rythme qui l'avait porté au sommet.

Freddie Spencer a par la suite retrouvé les États-Unis, où il s'est consacré à la formation de jeunes pilotes. Il est aujourd'hui un acteur essentiel du MotoGP puisqu'il préside le collège des commissaires de course depuis 2019. Spencer est ainsi revenu sur le devant de la scène... au point de se retrouver parfois sous le feu des critiques.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Ducati salue "une course de vrai champion" pour Bagnaia
Article précédent

Ducati salue "une course de vrai champion" pour Bagnaia

Article suivant

Johann Zarco : "Je ne vais pas me démonter"

Johann Zarco : "Je ne vais pas me démonter"