Le GP de France s’apprête à fêter ses 50 ans sur le circuit du Mans

L’édition 2019 du Grand Prix de France a été présentée à Paris, l’occasion de revenir sur l’anniversaire du circuit Bugatti qui l’accueille depuis 1969 et sur les événements et nouveautés mis en place à cette occasion.

Le GP de France s’apprête à fêter ses 50 ans sur le circuit du Mans
Présentation du Grand Prix de France, Paris
Randy de Puniet
Présentation du Grand Prix de France, Paris
Johann Zarco
Johann Zarco
Miguel Oliveira
Miguel Oliveira
Fabio Quartararo
Miguel Oliveira, Johann Zarco
Mike di Meglio
Mike di Meglio, Kenny Foray
Kenny Foray
Présentation du Grand Prix de France, Paris
Johann Zarco
Claude Michy
Présentation du Grand Prix de France, Paris

Le Grand Prix de France MotoGP a tenu sa conférence annuelle de présentation ce mardi, à Paris, en présence de ses principaux acteurs, à commencer par les pilotes français. Johann Zarco et Fabio Quartararo étaient ainsi présents, en compagnie de Miguel Oliveira pour l’équipe française Tech3, et des trois tricolores de MotoE, Randy de Puniet, Mike di Meglio et Kenny Foray.

Voir aussi :

L’édition 2019 aura une saveur particulière puisqu’elle représentera les 50 ans du Grand Prix de France au Mans. C’est en effet le 18 mai 1969 que s’est tenue la première manche française sur le circuit manceau, et celle-ci avait été remportée par Giacomo Agostini en 500cc.

Pour l’occasion, le plus grand Champion de l’Histoire sera présent à l’événement, et les spectateurs pourront admirer la machine avec laquelle il s’était imposé dans une exposition inédite. Celle-ci regroupera les motos des autres vainqueurs de cette année-là (comme la 250cc de Santiago Herrero) ainsi que des machines mythiques ayant marqué leur époque.

Un Grand Prix (presque) complet

Cette édition sera, de plus, intégralement française puisqu’elle sera officiellement sponsorisée par Shark Helmets, qui fêtera pour l’occasion ses 30 ans. Cela sera la première fois qu’une marque tricolore sponsorisera le Grand Prix de France, tout un symbole. Celui-ci affiche déjà complet dans les tribunes et annonce donc une importante fréquentation. "On mesure l’élan depuis le mois de septembre, lorsque la billetterie a été ouverte, puisqu’au 15 novembre il n’y avait plus de places en tribunes", a expliqué Claude Michy, l’organisateur du Grand Prix de France depuis 26 ans, à Motorsport.com.

"On a essayé de trouver un très beau spot qu’on a mis en place fin janvier et qui est presque complet, donc on essaye toujours de donner les meilleures conditions d’accueil." Une nouvelle tribune a en effet été créée à l’entrée des "S bleus". Pour rappel, le Grand Prix de France 2018 a terminé sur la première marche du podium en terme d’affluence le dimanche avec 105 203 spectateurs (206 617 sur l’ensemble des trois jours). "On est dans une influence très importante et il ne faut pas se faire d’illusion, cela va être compliqué de rester à ce niveau-là, mais il faut continuer à travailler et à améliorer tout un tas de détails, à être innovant et à accompagner au mieux le spectacle sportif", a-t-il ajouté.

Tout pour les spectateurs

L’objectif du promoteur est "de satisfaire au mieux le public" et pour cela, une nouveauté sera introduite cette année, celle d’un QR code qui donnera accès aux spectateurs à des vidéos exclusives. Ce code se trouvera à différents endroits du circuit comme dans le programme officiel ou les buvettes, et il suffira de le scanner ou de le photographier avec son smartphone pour s’immerger dans des zones habituellement inaccessibles au public.

"Ce sont des vidéos qui permettront aux spectateurs de voir ce qu’ils ne voient pas : la Clinique mobile, la Direction de course, la visite par Johann ou Fabio de leur box, l’installation du paddock…" a expliqué Michy. "Nous aurons six ou sept vidéos accessibles seulement par les spectateurs. On peut penser que cela leur apportera un petit plus par rapport à tout ce qui est organisé."

En effet, bien d’autres avantages attendront le public, comme chaque année : distribution gratuite de baladeurs et du programme officiel à l’entrée, autoroutes gratuites, parking moto gardé (13'500 machines garées en son sein l’an dernier), 14 écrans géants tout au long du circuit, une visite de la voie des stands le jeudi, une rencontre avec les pilotes MotoGP sur la scène de la zone AMV le vendredi et le samedi ainsi que des concerts, un show mécanique…

Deux courses auront également lieu en plus du Championnat MotoGP, le samedi : le CEV (Championnat du monde junior) et l’International Bridgestone Handy Race. Suite à la grande première mondiale qui s’était tenue sur le circuit Bugatti en 2017, celle-ci avait été reconduite en 2018, et devant l’engouement suscité auprès du public, elle revient pour la troisième année consécutive. Vingt-cinq pilotes de sept nationalités différentes prendront donc place sur la grille. Une troisième course, celle de MotoE, devait aussi avoir lieu mais, suite à l'incident ayant provoqué la destruction de la majorité du matériel à Jerez, elle devrait finalement être annulée, comme l’a annoncé Claude Michy.

Lire aussi :

Enfin, le Grand Prix de France sera couvert par Canal+ qui assurera près de 20 heures de diffusion tout au long du week-end (soit environ cinq de plus que pour les autres Grands Prix), avec notamment la diffusion en direct de la conférence de presse le jeudi, et la diffusion inédite sur C8 de la course MotoGP le dimanche, comme l’a annoncé Didier Lahaye, le directeur adjoint des Sports de la chaîne.

partages
commentaires
Vers une annulation de la manche française en MotoE
Article précédent

Vers une annulation de la manche française en MotoE

Article suivant

Quartararo : "Deux heures avant le départ, j'ai commencé à stresser"

Quartararo : "Deux heures avant le départ, j'ai commencé à stresser"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021