Guintoli en première ligne pour évaluer la Suzuki de 2019

partages
commentaires
Guintoli en première ligne pour évaluer la Suzuki de 2019
Jamie Klein
Par : Jamie Klein
Co-auteur: Léna Buffa
24 oct. 2018 à 15:30

Suzuki a pu tester un prototype de la version 2019 de sa moto lors du Grand Prix du Japon, une étape extrêmement importante aux yeux de Sylvain Guintoli, pilote d'essais et de développement.

Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Podium : le troisième, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP
Sylvain Guintoli, Team Suzuki MotoGP

Suzuki abordera la saison 2019 après avoir perdu ses concessions, conséquence de l'amélioration des performances cette année du constructeur japonais, qui a obtenu à ce stade du championnat six podiums : trois avec Álex Rins et trois avec Andrea Iannone.

Ce changement signifie que Suzuki ne pourra plus modifier la nature de son moteur en cours de saison, comme cela fut le cas cette année. Le constructeur doit donc prendre garde à ne pas rééditer son erreur de 2017, saison qui avait été compromise par le mauvais choix de moteur fait pendant l'intersaison, sans possibilité à l'époque de revenir en arrière une fois le championnat débuté.

Lire aussi :

"Ça fait partie de mon travail, de comprendre tout cela", a indiqué Sylvain Guintoli lorsque Motorsport.com lui a demandé s'il s'attendait à jouer un rôle déterminant dans le choix du moteur pour 2019. "Avec le moteur de l'an dernier, il y avait de vrais points positifs, il était bon. Mais ces points positifs étaient contrebalancés par d'autres choses. Mon job et le job de l'équipe de test, c'est de comprendre et de réduire les risques."

La vitesse de pointe, principal axe d'amélioration

Álex Rins, qui s'est classé troisième du Grand Prix du Japon, ne tarit pas d'éloges sur l'aide apportée par le Français, pilote de développement investi à la fois dans les tests privés et sur plusieurs wild-cards l'aidant à avancer dans les évaluations diverses. Ce fut le cas à nouveau de sa participation à l'épreuve de Motegi, où il a testé en conditions de course plusieurs nouveautés en vue de la saison prochaine.

"Sylvain est très important dans notre équipe, car il essaie beaucoup de choses. C'est bien qu'il soit dans l'équipe de tests, car c'est un gars rapide. Il a un style de pilotage très similaire au mien. Je pense qu'il teste beaucoup de choses. Ce qu'il teste et qui fonctionne bien, on l'essaie, et si ça ne fonctionne pas on ne l'essaie pas", explique le pilote espagnol, qui fera équipe l'an prochain avec le rookie Joan Mir.

Lire aussi :

Interrogé sur ce que seront ses priorités pour la moto de 2019, Rins souligne : "Je pense que le point principal c'est le moteur, la vitesse de pointe. On doit progresser sur les cinquième et sixième vitesses, et selon ce que Sylvain dit, il semble qu'ils travaillent là-dessus. On doit essayer le moteur, on ne l'a pas encore fait, mais on l'essaiera après la course de Valence et on verra comment ça se passe. Il pilote aussi avec un châssis différent du nôtre. C'est bien, ils travaillent très dur."

"Je pense qu'un point positif de la Suzuki ce sont les virages rapides, notre moto a beaucoup de potentiel dans le domaine de la traction. On doit garder ça pour être rapide l'an prochain. Il faut aussi améliorer le moteur et un peu la traction et l'électronique", ajoute-t-il.

Sylvain Guintoli a fait savoir pendant le week-end que le nouveau moteur a "clairement plus de puissance", mais qu'il va falloir beaucoup travailler pour s'assurer que cette nouveauté n'impacte par négativement les autres domaines de la moto. Sa participation au GP du Japon avec une moto annonçant ce que sera la version 2019 de la GSX-RR n'en était que plus importante.

"C'est extrêmement important car à partir de la fin novembre c'est fini, deux mois off et quand on revient en février il faut que tout soit là. Tout doit être défini. Les essais hivernaux servent surtout à se mettre en jambe, mais le package doit déjà être là. Ce travail est vraiment important pour la base", assure le Français.

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Viñales : "Yamaha a deux routes et ne sait pas laquelle choisir"

Article précédent

Viñales : "Yamaha a deux routes et ne sait pas laquelle choisir"

Article suivant

L'Argentine, moment-clé de la saison selon l'ingénieur de Márquez

L'Argentine, moment-clé de la saison selon l'ingénieur de Márquez
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Pilotes Sylvain Guintoli , Álex Rins
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Jamie Klein
Type d'article Actualités