Miller juge qu'une main engourdie lui a coûté le podium à Jerez

La seconde moitié de la course de Jerez s'est avérée compliquée pour Jack Miller, dont la main droite s'est engourdie. Il aura tout de même marqué de gros points et se concentre à présent sur le deuxième Grand Prix sur place.

Miller juge qu'une main engourdie lui a coûté le podium à Jerez

Jack Miller s'est fait déposséder du podium à deux tours de l'arrivée du Grand Prix d'Espagne, dépassé par un Andrea Dovizioso épuisé mais incisif à la fin d'une course qui avait été éprouvante. Le pilote australien, lui, a terminé avec une main droite engourdie, expliquant que cela lui avait coûté sa place dans le top 3.

À sept tours de l'arrivée, Miller était encore deuxième. Il n'est descendu du podium provisoire que dans le 20e des 25 tours de la course, dépassé comme tant d'autres par un Marc Márquez à qui personne ne parvenait à répliquer. Deux boucles plus tard, la chute de l'Espagnol replaçait le pilote Pramac au troisième rang, avant l'attaque finale de Dovizioso.

Lire aussi :

"Mon principal souci c'est que ma main a commencé à être engourdie à environ 12 tours de l'arrivée. Je pense que ça a un rapport avec la position du guidon. Heureusement, on a une autre course ici le week-end prochain, alors on va essayer quelques trucs. Mais à partir de là j'étais une proie facile", regrette Miller, qui a peiné durant la seconde moitié de la course à accélérer aussi bien qu'il le faisait précédemment.

"Le ressenti avec mes pneus et ma moto était excellent. C'est juste dommage que j'aie perdu un peu le feeling de la poignée et que je n'arrivais pas à être doux avec l'accélérateur en fin de course. Donc je prends la quatrième position, ce sont des points importants pour le championnat et on reviendra le week-end prochain avec les idées plus claires maintenant que l'on a fait 25 tours."

Miller estime que les caractéristiques de la piste de Jerez pourraient expliquer qu'il ait eu cette mauvaise position sur le guidon et ces sensations d'une main engourdie et d'un poignet un peu trop mou. Il l'avait déjà expérimenté lors de la précédente édition de ce Grand Prix. "C'est quelque chose que j'ai déjà ressenti ici l'an dernier, ça a à voir avec cette piste car on est tout le temps décalé de la moto", explique-t-il.

"Avec les MotoGP modernes, on a tous une moitié de main qui pend du levier, à l'extérieur, quand on passe dans un virage à droite", poursuit-il. "Dès que je remettais ma main sur le guidon à l'endroit où elle devait être pour passer dans un virage à droite, je sentais que c'était un peu mou dans cette partie de ma main. [...] Dans les virages à gauche, ce n'était pas un problème, au freinage non plus. Par le passé, j'ai pensé que ça pouvait être un arm-pump, mais c'est plus la manière dont je tiens le guidon, je pense."

Finalement classé à moins d'une seconde du podium, Jack Miller veut voir le verre à moitié plein. Il se souvient que Jerez ne lui avait jamais rapporté mieux qu'une sixième place en MotoGP, sans compter qu'elle ne fait pas partie des étapes favorites de Ducati. Et la tournure qu'a prise le championnat lors de ce premier round pourrait ouvrir des opportunités dont il pourrait lui aussi profiter.

"Il fallait être assez patient aujourd'hui. C'était la clé, je pense, et j'y suis parvenu. Mes pneus étaient géniaux. C'est dommage que je n'aie pas pu tourner la poignée comme je l'aurais souhaité dans la dernière partie de la course pour vraiment essayer de rester avec Maverick [Viñales]. Il a fini juste devant moi [à deux secondes, ndlr], par contre je ne pense pas que j'aurais pu suivre Fabio, il avait un super rythme", estime le pilote Pramac.

Lire aussi :

"Cela aurait pu être mieux, mais c'était vraiment une bonne course pour moi en comparaison avec l'an dernier ici, à Jerez, particulièrement au vu des conditions et du fait que l'on n'avait pas couru depuis longtemps. Dès lors, c'est bien de finir quatrième. Le plus important pour moi était de terminer et nous y sommes parvenus."

"La moto aurait sans doute dû être sur le podium, mais c'est comme ça. Avec tant de courses consécutives en si peu de temps, mon objectif principal était de terminer quatrième, de terminer en tout cas. Rins est out ici et peut-être aussi pour la prochaine, Crutchlow n'a pas non plus pu courir et Marc est aussi blessé − cette deuxième chute était énorme."

"Le championnat est très ouvert maintenant, et j'occupe la quatrième position après la première course, alors concentrons-nous sur le fait de progresser. Comme je l'ai dit, je pense que si ma main avait été bien, j'aurais dû monter sur le podium. Le week-end prochain, mon objectif est d'y être."

Avec Guillaume Navarro  

partages
commentaires
Espargaró : Dépasser une Ducati avec la KTM ? Mission impossible

Article précédent

Espargaró : Dépasser une Ducati avec la KTM ? Mission impossible

Article suivant

Stats - Quartararo, héros de la France et de Yamaha !

Stats - Quartararo, héros de la France et de Yamaha !
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021