Joan Mir heureux d'avoir géré intelligemment sa course

À trois manches de la fin de la saison MotoGP, Joan Mir admet avoir opté pour la prudence lorsqu'il a compris que la victoire serait trop difficile à atteindre au Grand Prix de Teruel.

Joan Mir heureux d'avoir géré intelligemment sa course

Joan Mir quitte Aragón avec un statut de leader du championnat renforcé, son avance sur son dauphin étant à présent de 14 points. Et pourtant, le pilote espagnol n'a toujours pas réussi à trouver la voie du succès en course, le Grand Prix de Teruel ne lui ayant pas lui non plus permis d'atteindre ce qu'il a annoncé comme étant son objectif principal depuis plusieurs semaines.

Mais n'allez pas croire qu'il ne pense pas malgré tout à ce championnat qui, peu à peu, semble tourner à son avantage. Car c'est bien en ayant en tête les gros points en jeu qu'il a décidé ce dimanche d'assagir sa course, lorsqu'il a compris qu'il aurait dû prendre trop de risques pour tenter de se rapprocher des leaders.

Lire aussi :

Parti de la 12e position sur la grille, Mir devait avant toute chose s'extraire du peloton pour s'approcher des places qui l'intéressaient. Cinquième à l'issue du premier tour, il a gagné une position de plus dans le sixième tour, puis a pris un avantage décisif sur Johann Zarco cinq boucles plus tard. On approchait alors de la mi-course et, s'il faisait alors son entrée dans le trio de tête avec un rythme supérieur à celui des pilotes dont il venait de se défaire, Mir comptait deux secondes et demie de retard sur les deux hommes de tête et il a vite compris qu'il n'avait pas suffisamment de marge pour les rattraper sans tenter le diable.

"Ça a été une course difficile", admet-il au micro du site officiel du MotoGP. "Ça n'est jamais facile de partir de la 12e place, mais j'ai pu prendre un bon départ et faire du super boulot au début. J'ai perdu un peu de temps avec Zarco, il était assez fort sur les freins, et c'était difficile de le passer. Et puis, la puissance de la Ducati c'est toujours quelque chose ! Une fois que je l'ai passé, j'ai pu maintenir la même vitesse que les leaders mais je n'ai pas réussi à faire mieux."

"J'ai essayé de ne pas perdre trop de temps au début de la course et de dépasser tout le monde aussi vite que possible, puis quand j'ai vu que je n'avais plus qu'eux [Rins et Morbidelli] devant moi, je me suis dit que j'allais essayer de combler cet écart. Mais, franchement, je n'avais rien de plus, ma vitesse était similaire à la leur mais pas meilleure. Je m'attendais à un peu mieux finir la course aujourd'hui, mais je n'avais rien de plus. Alors bravo à eux, ils ont fait du super boulot !"

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

"Avant le départ, j'aurais signé des deux mains pour un podium, parce que c'était assez difficile de partir de cette position. Étant donné qu'il s'agissait du deuxième week-end ici, beaucoup de pilotes étaient super rapides sur le papier, alors, franchement, la tâche était difficile aujourd'hui", observe le pilote Suzuki, qui admet avoir changé d'approche en cours de route après un début de course décomplexé.

Pourquoi aurais-je dû continuer à pousser et risquer de tomber si je savais déjà que je n'arriverais pas gagner cette course ?

Joan Mir

"Dans les premiers tours, je ne pensais pas du tout au championnat, juste à me donner à 100%. Mais, ensuite, quand j'ai vu que j'étais très en difficulté avec l'avant dans les derniers tours, je me suis dit que ça n'était peut-être pas une bonne idée d'essayer de rattraper [les deux leaders]. C'était une façon intelligente de gérer la course aujourd'hui", se félicite-t-il. "À un moment donné, j'ai pensé pouvoir les rattraper, mais j'ai ensuite vu que ça n'était pas le cas, alors pourquoi aurais-je dû continuer à pousser et risquer de tomber si je savais déjà que je n'arriverais pas gagner cette course ?"

"Quand j'ai vu que mes sensations sur la moto n'étaient pas les meilleures et que je n'arrivais pas à combler ces dixièmes de retard sur Rins et Franco, je me suis dit que je m'étais fait de grosses chaleurs et qu'il valait peut-être mieux que je reste là où j'étais. J'ai vu que le quatrième était deux ou trois secondes derrière, voire plus, alors je me suis dit que cette position n'était peut-être pas mauvaise pour aujourd'hui."

Joan Mir n'a véritablement coupé son effort que dans les trois derniers tours, jusqu'à rallier l'arrivée à 3"1 de son coéquipier, Álex Rins, et à 5"3 du vainqueur, un Franco Morbidelli supérieur aujourd'hui. "Le week-end dernier j'avais eu une meilleure performance sur le pneu arrière. Aujourd'hui sa baisse a été plus rapide pour moi. Le fait est aussi que le rythme était plus élevé, alors ça a du sens", explique-t-il. "Je n'ai donc pas pu faire la différence à la fin, comme ça avait été le cas à Barcelone par exemple. Et puis Franco a super bien géré le pneu. Je m'attendais à ce qu'il connaisse une petite baisse, mais il n'en a pas eu. Quant à Álex, j'ai vu que lui aussi était en difficulté avec ses pneus à la fin de la course."

"Dans les derniers tours, mes sensations sur la moto n'étaient pas les meilleures. C'est dommage, mais on va essayer de faire mieux à Valence", promet le pilote Suzuki, tout sourire et finalement "très content de la course d'aujourd'hui", qui lui vaut son sixième podium de la saison.

partages
commentaires
Quartararo ne comprend pas pourquoi il a "tout perdu"
Article précédent

Quartararo ne comprend pas pourquoi il a "tout perdu"

Article suivant

Brad Binder pénalisé pour son accrochage avec Jack Miller

Brad Binder pénalisé pour son accrochage avec Jack Miller
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021