L'hiver a aidé Joan Mir à travailler sur son agressivité

Après des débuts compliqués en MotoGP, le Majorquin a pu noter l'effet réparateur que la trêve hivernale a eu sur lui, ce qui lui a permis de réaliser des progrès évidents durant les essais de pré-saison.

L'hiver a aidé Joan Mir à travailler sur son agressivité

Lors de sa première saison dans la catégorie reine, Joan Mir ne s'est pas réellement montré sous le jour que Suzuki attendait. Du point de vue des résultats, son année a été marquée par des débuts remarqués, avec une huitième place à Losail, mais aussi par l'accident qu'il a subi lors des essais post-course à Brno avec à la clé une contusion pulmonaire qui l'a obligé à être hospitalisé et à manquer deux courses (l'Autriche et la Grande-Bretagne).

Indépendamment des inquiétudes que cette chute a nécessairement engendrées, Suzuki a passé une grande partie de la saison à chercher comment faciliter l'adaptation du pilote à la GSX-RR, une moto qui n'est pas conceptuellement adaptée à ses caractéristiques. "Joan est un pilote agressif, et cette moto requiert qu'on la laisse aller, qu'on ne la force pas, que l'on se laisse couler avec elle. Il lui en coûte un peu, cela l'amène à sur-piloter et c'est là qu'il perd du temps", expliquait un ingénieur de Hamamatsu à Motorsport.com il y a quelques mois.

L'écart à la fin de la saison entre Mir (12e au championnat) et son coéquipier Álex Rins (quatrième) était de 113 points en faveur du Catalan, qui a remporté deux courses (Austin et Silverstone) et obtenu un troisième podium (une deuxième place à Jerez). Cependant, d'après ce que l'on a pu voir lors des deux séries de tests de cet hiver, tout semble indiquer que l'écart entre eux va se réduire, ce qui irait dans le sens de la stratégie de Suzuki, déterminé à conserver son line-up jusque fin 2022.

Lire aussi :

Lorsqu'il est remonté en selle au premier jour des essais à Sepang, début février, Mir est apparu changé. S'il a gardé un visage aussi concentré que d'habitude, il est apparu un peu plus souple sur la moto. Entre des jours passés à la neige et des entraînements de motocross, la trêve hivernale a eu un effet réparateur sur lui, comme il l'a lui-même expliqué à Motorsport.com.

"J'ai toujours été un pilote avec un style assez agressif. Et je pense qu'il est plus facile de se détendre un peu que de faire l'inverse si jamais il vous manque de l'agressivité. Maintenant, il y a des choses qui me viennent facilement et qui m'étaient pourtant difficiles à la fin de l'année dernière", nous a expliqué le pilote au #36.

"Mes sensations sur la moto ont beaucoup changé par rapport à celles que j'avais il y a quelques mois. Et c'est quelque chose qu'il faut étudier : il arrive souvent que se termine une saison dans laquelle on a roulé d'une certaine manière, l'hiver arrive, on passe deux mois loin des circuits, calme et la tête reposée, et puis quand on remonte sur la moto on semble aller mieux."

"Ce qui s'est passé, c'est que j'ai pu laisser reposer toutes les informations et les conseils qui m'ont été donnés par les techniciens l'année dernière, les digérer et les intégrer. Mais c'est un processus inconscient, en fait. Je ne sais pas pourquoi c'est difficile à faire pendant la saison", a ajouté Joan Mir.

Sixième des tests au Qatar, à six centièmes d'Álex Rins et à moins de trois dixièmes de Maverick Viñales, le plus rapide, Joan Mir préférait rester mesuré quant à ses aspirations au moment de quitter Losail, même s'il ne niait pas l'évidence. "On a vu que l'on est compétitifs, même si je ne veux pas m'avancer à dire que la moto est prête, car ça peut alors se retourner contre vous et vous devez ravaler ce que vous avez dit", faisait-il remarquer. Pour le moment, il lui faut patienter avant de mettre à profit ce travail mené pendant l'hiver, la date de début du championnat n'étant pas encore définie.

partages
commentaires
Prêt pour le dernier obstacle à franchir, Iannone raconte son "enfer"

Article précédent

Prêt pour le dernier obstacle à franchir, Iannone raconte son "enfer"

Article suivant

Le MotoGP organise sa reprise : en Europe et à huis clos

Le MotoGP organise sa reprise : en Europe et à huis clos
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021