Zarco : "Ce que j'ai fait à Misano par rapport à Pecco ne suffit pas"

Déçu de ses résultats lors des courses italiennes, Johann Zarco espère se montrer plus performant à Barcelone et, qui sait, peut-être reprendre l'avantage sur Pecco Bagnaia dans leur duel pour la place à pourvoir dans l'équipe officielle Ducati.

Zarco : "Ce que j'ai fait à Misano par rapport à Pecco ne suffit pas"

L'intense saison MotoGP se poursuit cette semaine avec le Grand Prix de Catalogne, sur lequel Johann Zarco se présente frais comme un gardon, sans se soucier ni du manque de repos ni de la lourde dans laquelle il a été blessé le mois dernier. Après une étape à la maison pour deux nuits réparatrices, le Français est prêt à enchaîner avec ce nouveau week-end. Il compte sur Barcelone pour redresser la barre en espérant cette fois capitaliser en course sur le travail abattu en essais.

"Je m'attends vraiment à de meilleurs résultats, car je pense que les deux semaines à Misano ont été bonnes mais que ça n'a pas payé en course et c'est un peu dommage. J'espère donc franchir un pas en avant ici", annonce le pilote Avintia, resté sur sa faim à Misano où il s'est classé 15e et 11e.

"C'est un endroit où j'ai souvent pu être plutôt performant et je pense aussi que le fait d'avoir moins de virages serrés conviendra mieux à mon style. J'espère donc réaliser de gros progrès ici, à Barcelone", souligne-t-il, lui qui fait partie des rares pilotes à avoir roulé sur place depuis le Grand Prix de l'an dernier, grâce à des entraînements réalisés au guidon d'une Panigale au moment du déconfinement. "Par rapport à l'équipe VR46, j'ai un peu plus l'avantage du terrain, comme eux pouvaient l'avoir à Misano", note-t-il.

Lire aussi :

Et ce pourrait être un avantage non négligeable, car cette manche sera la dernière servant d'évaluation à Ducati, qui doit décider dans la foulée de ce Grand Prix la constitution de ses équipes pour la saison prochaine, Johann Zarco et Pecco Bagnaia étant tous deux en lice pour rejoindre le team officiel, aux côtés de Jack Miller. Le Français estime-t-il avoir encore une chance ? "Si je gagne, oui !" sourit-il, conscient que Bagnaia a frappé les esprits lors de son retour à la compétition à Misano, où une victoire lui a échappé de peu.

"Quoi qu'il en soit, dans l'un ou l'autre des cas [le team officiel ou Pramac, ndlr], j'aurai une moto factory l'année prochaine. C'est la couleur qui change, et certaines autres choses. On va voir ce qu'on peut faire ici. Ducati a dit vouloir attendre ces trois courses, et clairement ce que j'ai fait à Misano par rapport à Pecco ne suffit pas. Il a bien fait le job pour obtenir le guidon factory. On verra, je n'y pense pas trop", affirme-t-il, précisant qu'il connaîtra lui aussi son sort après Barcelone.

Pour le moment, Johann Zarco retient le positif, à savoir une promotion déjà promise dans le groupe Ducati la saison prochaine, mais aussi les évolutions obtenues cette année et qui lui ont permis d'avancer plus qu'il ne l'aurait pensé. "Tito [Rabat] et moi, on a commencé avec la même moto. Ensuite, Ducati a pu m'aider avec certaines choses et maintenant j'ai pu tester des choses vraiment différentes à Misano", explique-t-il. "Dans l'esprit de Gigi [Dall'Igna], quand il sent que le pilote mérite de bonnes choses, il essaye de l'aider pendant la saison en lui en donnant un peu plus. Maintenant je n'ai donc pas exactement la même moto [que Tito]. J'ai eu encore plus d'évolutions que ce qui était prévu pendant la saison."

Quant au physique, il ne semble poser aucun souci au pilote français, qui affiche sa sérénité et veut là aussi retenir l'aspect positif du rythme effréné actuel. "Ça va bien. C'est un rythme intéressant et vu ce que j'avais à récupérer en termes de temps perdu, de sensations, ce calendrier est bien tombé pour moi", juge-t-il. Quant à sa fracture du mois dernier, elle ne lui a laissé qu'une petite gêne au poignet. "Ça progresse bien. Il va falloir voir l'évolution, mais pour le petit ligament qui reste gênant et qui risquerait de l'être très longtemps, on va faire une petit infiltration la semaine prochaine pour pouvoir mieux enchaîner ensuite les trois semaines qui vont suivre, Le Mans et les deux Aragón, mais je ne sens pas de gros point faible de ce côté-là", assure-t-il, bel et bien prêt.

partages
commentaires
Près de 5000 spectateurs pour le GP de France au Mans

Article précédent

Près de 5000 spectateurs pour le GP de France au Mans

Article suivant

Crutchlow prêt à reprendre la piste malgré une énième blessure

Crutchlow prêt à reprendre la piste malgré une énième blessure
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021