Bagnaia pense avoir chuté à cause "de quelque chose de sale en piste"

Francesco Bagnaia pense que sa chute depuis la tête du Grand Prix de Toscane est à mettre sur le compte d'une protection de visière ou de "quelque chose de sale sur la piste".

Extrêmement rapide tout au long du week-end, le pilote Pramac faisait clairement partie des favoris de la course sur la base de ce qui avait été vu de son potentiel vendredi et samedi. L'Italien s'est emparé des commandes de la course dans le sixième passage au détriment d'un Maverick Viñales auteur d'une petite erreur dans un virage pris large, avant de se ménager immédiatement une marge d'une seconde d'avance, qu'il a fait monter encore de quelques dixièmes par la suite et gérait parfaitement pendant les vingt boucles suivantes.

L'avantage du pilote Pramac semblait difficile à contester dans les ultimes tours de course, même si Viñales a indiqué après course avoir ménagé autant que possible ses températures de pneus dans la partie intermédiaire du Grand Prix, dans l'idée de pouvoir tenter de pousser dans les dernières boucles. Néanmoins, l'Espagnol a aussi indiqué avec le recul que même si la jonction avec Ducati avait pu se faire, la dépasser en fin de course aurait été une autre paire de manches.

Quoi qu'il en soit, Pecco Bagnaia a épargné de tels maux de tête stratégiques à Viñales, qui s'est soudain retrouvé leader avec près de quatre secondes d'avance sur son plus proche poursuivant au 21e passage : Bagnaia venait de chuter dans le virage 6, au même endroit que là où il avait déjà fini au sol plus tôt dans le week-end. Le pilote Pramac est persuadé que c'est un élément extérieur à son propre pilotage qui a eu raison de ses espoirs de première victoire en MotoGP.

"La première chose [à laquelle j'ai pensé] lorsque j'ai chuté a été que je voulais vraiment que ma moto revienne au box rapidement pour voir ce qui s'était produit, car c'était une chute trop bizarre", réagit-il. "J'étais totalement sous contrôle de mon écart avec Maverick. Je contrôlais le rythme et il est certain que je poussais beaucoup, mais je le faisais vraiment intelligemment pour contrôler l'écart."

Lire aussi :

"Le crash a été incroyable, car en regardant les données, la vitesse est la même [qu'aux autres passages], l'angle d'inclinaison aussi, l'accélération aussi, la trajectoire aussi… Il semble donc que j'ai touché quelque chose comme un tear-off ou quelque chose de sale en piste. C'est la seule chose à laquelle je peux penser car si ça n'est pas quelque chose comme ça, je suis un peu effrayé pour les autres courses : cela signifierait que l'on peut chuter comme ça, sans avertissement au tour précédent."

C'est justement un tear-off appartenant à Fabio Quartararo qui a été à l'origine de l'abandon de Jack Miller, l'équipier de Bagnaia, plus tôt en course. L'Australien a collecté une épaisseur de protection de visière du casque du français dans l'entrée d'air de sa Ducati, compromettant le rendement de son filtre à air.

Bagnaia a cumulé grosses déceptions consécutives ce week-end à Misano. L'Italien avait signé le meilleur temps de la séance de qualifications samedi, avant de voir son chrono annulé pour avoir dépassé les limites de la piste. Rétrogradé au cinquième rang de la grille sur la base de son autre meilleur temps, l'Italien a ensuite touché du doigt le rêve d'une première victoire en MotoGP, alors même qu'il boite encore fortement de sa jambe convalescente l'ayant laissé à l'écart de trois courses cette année.

Lire aussi :

Le pilote Pramac accepte bien mieux la perte de la pole position que sa victoire car il a conscience d'avoir commis une erreur samedi. "C'est très douloureux car pour la première fois, j'ai été fort sur toutes les séances. Hier, j'ai perdu la pole parce que j'ai touché le vert [de la zone d'échappatoire]. C'est normal, car lorsque l'on touche le vert, on perd le chrono. Mais aujourd'hui, je ne suis pas content car perdre la course de cette manière est très décevant."

Pecco Bagnaia est passé à deux doigts de devenir le cinquième pilote à signer le premier succès de sa carrière au cours de cette saison 2020 décidément extraordinaire et rejoindre Fabio Quartararo, Brad Binder, Miguel Oliveira et Franco Morbidelli dans la catégorie des nouveaux jeunes vainqueurs. La dernière victoire de l'Italien sur un circuit moto remonte à la saison 2018, en Moto2, au guidon de sa Kalex. Au Japon, celui qui allait devenir quelques semaines plus tard le Champion de la catégorie avait alors savouré son huitième succès de la saison.

Lire aussi :

partages
commentaires
Viñales : "Je ne sais pas si j'aurais pu rattraper Bagnaia"

Article précédent

Viñales : "Je ne sais pas si j'aurais pu rattraper Bagnaia"

Article suivant

Pénalisé et agacé, Quartararo manque le podium à Misano

Pénalisé et agacé, Quartararo manque le podium à Misano
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021