KTM ne veut pas désigner de leader pour 2025

Pit Beirer sait qu'il va pouvoir compter sur quatre top pilotes en 2025 et il promet que chacun débute la saison avec le même matériel et le même soutien de la part de KTM. À eux ensuite de se départager en piste !

Brad Binder, Red Bull KTM Factory Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Premier constructeur à avoir constitué son line-up complet en vue de la saison prochaine, KTM va pouvoir compter sur quatre profils très solides. Avec cinq ans de MotoGP derrière lui, Brad Binder a gagné deux fois, ce à quoi s'ajoutent neuf autres podiums avec la marque autrichienne. Venu de Ducati, Enea Bastianini compte quant à lui cinq victoires à son palmarès, tandis que Maverick Viñales en totalise dix avec trois marques différentes. À ce stade, Pedro Acosta est le seul du quatuor à ne pas encore avoir gagné dans la catégorie reine, mais personne ne doute vraiment que le champion Moto3 (2021) et Moto2 (2023) aura franchi le pas avant de passer dans l'équipe d'usine la saison prochaine.

Ces quatre pilotes figurent aujourd'hui entre la quatrième et la septième place du championnat, donnant l'image d'un groupe plutôt homogène, sans leader s'imposant véritablement avant qu'ils soient tous confrontés dans des conditions comparables. Dès lors, Pit Beirer refuse d'attribuer la casquette de "capitaine" à l'un ou l'autre en vue de la saison prochaine : c'est en piste qu'ils vont devoir se départager.

"Nous avons parlé aux quatre pilotes quant à la manière dont nous allons travailler à l'avenir. Nous allons fournir quatre motos identiques", explique le directeur de KTM Motorsports. "Cela démarre à l'étape précédente : nous essayons d'associer chaque pilote avec les personnes qu'ils aimeraient avoir autour d'eux, puis de leur fournir vraiment des motos identiques pour commencer la saison."

"Nous ne voulons pas annoncer de capitaine d'équipe pour le moment. Nous leur avons dit que les performances le dicteront. Tout le monde bénéficiera de notre soutien total", promet l'Allemand, qui résume le scénario de la manière la plus simple qui soit : "Il n'est pas dans nos plans de n'apporter de pièces que pour un pilote. Par contre, il peut arriver qu'il y ait quelque chose de nouveau, qui représente un mieux, et que l'on ne puisse le produire que pour un pilote, alors celui qui est le mieux placé au classement l'aura."

Maverick Viñales et Pedro Acosta seront dans deux équipes différentes, mais débuteront la saison avec le même matériel.

Maverick Viñales et Pedro Acosta seront dans deux équipes différentes, mais débuteront la saison avec le même matériel.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

"Le capitaine de l'équipe sera le premier de notre groupe au classement, ensuite il y aura le numéro deux, puis le numéro trois. Ça n'est pas [l'organisation] classique avec un garage pour l'équipe officielle et l'autre garage pour l'équipe satellite, l'équipe d'usine qui aurait les choses en premier et l'équipe satellite ensuite. Obtenir ce matériel va dépendre des pilotes."

Acosta a convaincu Bastianini et Viñales de venir

Cette année, déjà, le team Tech3 se trouve sur un pied d'égalité avec l'équipe d'usine KTM d'un point de vue technique, indépendamment d'une livrée GasGas qui tend à marquer une différence visuelle entre les deux formations et qui s'effacera la saison prochaine. C'est, selon Pit Beirer, l'une des clés de la réussite dont jouit Pedro Acosta, pourtant débutant. Le jeune Espagnol arrive tant à briller sur la moto de l'équipe française qu'il a, aux yeux du grand patron de Mattighofen, fait avancer favorablement la réflexion des nouvelles recrues.

"Je crois que nous avons eu l'opportunité de faire la preuve de ce concept via Pedro et je crois que cela a aussi aidé ces pilotes à venir", souligne-t-il en évoquant le double recrutement de Bastianini et de Viñales. "Je n'ai pas dit à Enea qu'il serait notre nouveau capitaine d'équipe mais je ne l'ai pas dit non plus à Maverick : nous voulons que tous deux soient performants et, ensuite, c'est de la course, donc le plus fort survivra et sera le capitaine."

"Pedro nous a beaucoup aidés à montrer le potentiel de notre opération Tech3, un programme d'usine qui donne la possibilité de se montrer pleinement performant. Je suis sûr que, sans Pedro, nous n'aurions pas pu convaincre les deux autres pilotes d'aller dans cette direction."

"C'est une autre étape dans le programme pour faire encore plus avancer le package. Derrière cela, nous avons pris la décision qu'ils soient tous en orange, car notre objectif reste de travailler sur ce projet pour avoir quatre pilotes d'usine au lieu de dire qu'il y a ce garage-ci et celui-la. Notre but ultime est que les pilotes se fichent un peu de savoir laquelle des quatre places ils vont occuper. Si la moto est bonne, si le chef mécanicien est bon ainsi que l'entourage, alors le package est celui-là. Avec Hervé [Poncharal], nous avons un partenaire fantastique, en qui nous avons une confiance totale. Il est l'un des nôtres, donc pour nous il n'y a pas son équipe [d'un côté] et la nôtre [de l'autre]."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ducati : "La solution n'est pas entre nos mains" pour Pramac
Article suivant Raúl Fernández n'envisage pas de retourner en Moto2

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France