KTM propose un meilleur salaire à Oliveira pour le garder chez Tech3

Miguel Oliveira devra céder sa place à Jack Miller dans l'équipe KTM officielle en 2023. S'il a déjà fait part de son refus de retourner chez Tech3 et semble proche de Gresini, le constructeur reste déterminé à le faire changer d'envie en lui proposant une revalorisation salariale.

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Factory Racing

KTM a confirmé le recrutement de Jack Miller pour les deux prochaines saisons, avec un contrat aligné sur la durée de celui de Brad Binder. Cette annonce signifie que Miguel Oliveira va quitter l'équipe officielle mais le constructeur espère encore le convaincre de rester en roulant pour son équipe satellite, Tech3, malgré le refus publiquement communiqué par le Portugais.

Oliveira semble même avoir déjà un nouveau point de chute en tête : au cours du week-end du Grand Prix d'Espagne, des photos apparues sur les réseaux sociaux ont montré le pilote, son père (également manager) et Paolo Ciabatti, directeur sportif de Ducati, en direction du garage de l'équipe Gresini, une destination qui aurait sa faveur. Pit Beirer veut encore croire à un revirement de situation.

"Selon son manager, son père, rien n'a été signé pour le moment et il veut discuter avec nous, mais nous avons vu des photos suspectes sur internet", a expliqué le responsable de la compétition de KTM lors d'une rencontre avec différents médias, dont l'édition allemande de Motorsport.com, à Vienne. Beirer est déterminé à garder un pilote qu'il juge pourtant inconstant : "Je courtise encore Miguel, c'est un quadruple vainqueur de Grands Prix et un élément important de notre projet, mais il est également très, très sensible, nous le savons. Nous essayons toujours de lui offrir une base pour faciliter son pilotage."

"Quand tous les éléments sont réunis et que Miguel est dans un bon jour, il est imbattable, il gagne tout, il prend des angles que nous n'avons jamais vus sur la moto, il freine plus tard que tout ce qu'on a déjà vu dans les données. On voit des portes que nous n'imaginions pas s'ouvrir. Mais en même temps, si tout ne s'assemble pas, nous sommes à l'autre bout du classement. Évidemment, cela nous fait également réfléchir."

Miguel Oliveira s'est imposé à Mandalika mais n'a décroché qu'un seul autre top 5 en 2022

Miguel Oliveira s'est imposé à Mandalika mais n'a décroché qu'un seul autre top 5 en 2022

Cette inconstance est justement ce qui semble avoir poussé Beirer à se tourner vers un remplaçant pour l'équipe officielle. L'ancien pilote a voulu jouer cartes sur table en informant continuellement Oliveira de la situation, au risque de perdre sa confiance : "Naturellement, mon travail est de discuter avec les meilleurs dans le paddock, ceux qui sont disponibles pour la saison à venir. C'est stressant parce que cela revient un peu à une tromperie. Si je vois un pilote discuter avec un autre patron d'équipe, je suis jaloux. S'il voit que je discute avec un autre pilote – comme Miguel en ce moment – alors en un sens, la confiance est rompue."

"Ce n'est pas agréable, parce qu'on ne veut pas remettre en question ce que l'on a réussi ensemble. Pour la paix au sein de l'équipe, on préfère garder les mêmes pilotes, comme ça tout est sous contrôle et on peut travailler ensemble pour l'avenir."

Ce n'est donc pas la voie choisie par KTM, qui a néanmoins informé Oliveira de la situation et lui a proposé de retrouver l'équipe Tech3, celle de ses débuts, la saison prochaine, avec une revalorisation salariale à la clé : "Avant le Mugello, j'ai eu une conversation avec Miguel et j'ai reconnu que nous avions ces discussions [avec Miller]. Je voulais être sincère. Miguel est un ami, à titre personnel et dans l'équipe."

"C'est pour ça que je lui ai proposé une offre chez Tech3, avec un salaire plus élevé. Je voulais vraiment éviter qu'il arrive au Mugello et dise 'Mon équipe, mes amis, ma famille ont choisi un autre pilote et m'ont jeté à la rue.' Je suis certain qu'il n'a pas vu ça positivement. Il a été déçu que nous voulions discuter avec lui dans une autre équipe. Il a plus ou moins coupé court et envoyé son père dans d'autres équipes pour des négociations."

KTM a renoncé à une option pour garder Oliveira

Conscient que son offre ne séduisait pas Oliveira, Beirer a préféré lui laisser la liberté de partir pour la concurrence. KTM aurait pourtant pu "bloquer" son pilote en activant une option de son contrat, qui laissait au constructeur la possibilité de le prolonger tout en décidant dans quelle équipe il serait aligné. L'offre faite au pilote reste valable mais risque de ne pas être acceptée par ce dernier.

"Nous lui avons dit que s'il pouvait trouver une place dans une autre équipe d'usine, nous ne nous y opposerions pas. Nous avions une option jusqu'au 31 mai, que nous aurions pu activer. Selon les termes du contrat, il aurait roulé pour nous, peu importe à quelle place, mais nous ne l'avons pas fait délibérément parce que nous avons une très bonne relation avec Miguel."

"S'il ne veut pas d'un changement d'équipe au sein de KTM et souhaite partir chez une autre marque, nous ne voulions pas activer l'option et avoir un pilote qui aurait pensé que l'on bloquait son avenir. C'est pour ça que je pense que nous lui avons fait une offre juste. Nous ne voulions pas activer l'option, nous lui avons plutôt fait une offre. Nous aimerions vraiment qu'il reste chez KTM mais je ne sais pas si nous avons encore une chance."

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Factory Racing

Miguel Oliveira

Oliveira a-t-il été blessé par cette proposition de revenir chez Tech3 ? "C'est le cas, oui", a déploré Beirer. "Je ne m'attendais pas à ça parce qu'actuellement, huit personnes de notre propre staff sont chez Tech3, il a gagné deux courses avec Hervé [Poncharal, le patron de l'équipe]. Nous ne le voyons pas du tout comme une rétrogradation, nous voulions renforcer cet aspect. Notre objectif reste d'avoir quatre places d'usine équivalentes."

Quelle que soit la décision de Miguel Oliveira, KTM et Tech3 doivent encore décider à qui les motos de l'équipe française seront confiées la saison prochaine. Remy Gardner et Raúl Fernández vivent tous deux une première campagne difficile et leur avenir est incertain. En plus d'Oliveira, d'autres options sont évoquées, comme Pol Espargaró, qui pourrait renouer tant avec KTM qu'avec Tech3.

"Il faut attendre que Mir décide s'il va rouler pour Honda. Les noms sont déjà connus mais ils ne discutent pas qu'avec moi. On est loin d'un accord mais je pense que nous pouvons offrir quelque chose de bon. C'est rafraichissant de voir qui veut nous rejoindre, on entend que l'un ou l'autre veut partir et piloter une autre moto mais il y a aussi des pilotes qui veulent nous rejoindre. C'est bien d'entendre l'autre côté."

Propos recueillis par Gerarld Dirnbeck

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Yamaha n'avait pas évalué le carénage qui a déplu à Quartararo
Article suivant Bagnaia espère la "même relation" avec le successeur de Miller

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France