Lorenzo pense qu'il aurait pu bloquer le retour de Rossi chez Yamaha

Avec le recul, Jorge Lorenzo estime qu'il aurait pu empêcher le retour de Valentino Rossi chez Yamaha, en 2013, étant devenu leader de l'équipe lorsque le #46 est parti chez Ducati.

Lorenzo pense qu'il aurait pu bloquer le retour de Rossi chez Yamaha

À l'occasion du départ à la retraite de Valentino Rossi, la chaîne DAZN a dédié un documentaire à certains de ses plus grands adversaires, l'occasion de lever le voile sur la manière dont la star italienne pouvait être perçue par ceux qui cherchaient à lui opposer résistance en piste lorsqu'il était au faîte de sa gloire.

L'un des points de vue les plus intéressants est certainement celui de Jorge Lorenzo, qui fut l'ennemi de l'intérieur de Rossi durant leurs sept années en commun chez Yamaha. Le binôme a été formé en 2008, lorsque le Majorquin a rejoint la catégorie reine, et personne n'aura oublié l'accueil qui lui a été réservé, avec la mise en place d'un mur séparant les deux parties du box.

"Quand je suis arrivé chez Yamaha en 2008, il a mis ce mur entre nos deux équipes pour éviter l'échange d'informations", se souvient Jorge Lorenzo, rappelant également que le management de l'équipe penchait ostensiblement en faveur de Valentino Rossi, déjà sacré cinq fois dans la catégorie reine à l'époque et véritable star, dans le box comme en dehors.

Le Majorquin explique avoir alors réalisé qu'en dépit de la frontière séparant les deux moitiés du stand, ses débuts étaient observés de près. "Mon entraîneur est allé à Tavullia pour parler avec le sien et dire ce que je faisais, afin qu'il améliore sa condition physique. Ça ne me plaisait pas tellement parce que je voulais garder pour moi les secrets qui me permettaient de progresser et d'aller plus vite, car je voulais battre Valentino. Et avec des photos sur les réseaux sociaux, j'ai compris que Valentino avait commencé à rouler avec des motos que j'utilisais à Germo di Lesmo. J'ai donc compris que c'est Meregalli ou quelqu'un d'autre chez Yamaha qui lui avait dit comment je m'entraînais avec mon père."

L'Espagnol sourit aujourd'hui de cette étrange dynamique qui s'était mise en place durant la première partie de son association avec Rossi. Mais le départ de l'Italien, en 2011, n'allait pas en marquer le point final : deux ans plus tard, il était de retour, ayant depuis admis que si la porte de Yamaha ne s'était pas rouverte, sa carrière se serait probablement arrêtée là. Or, au sujet de cette époque, Lorenzo estime qu'il aurait pu fortement peser sur le destin de son rival.

"Quand vous enchaînez six ou sept courses en obtenant de mauvais résultats, votre valeur chute rapidement. Parce qu'il a choisi d'aller chez Ducati et qu'il a connu deux mauvaises saisons, la valeur de Valentino a changé radicalement par rapport à ce qu'elle était deux ans auparavant quand il gagnait avec Yamaha. Et moi, par contre, je pouvais demander plus ou moins tout ce que je voulais. Alors si j'avais pensé dire que je ne voulais pas que Valentino revienne chez Yamaha, je suis pratiquement certain que Yamaha l'aurait accepté", estime-t-il.

"Je ne l'ai pas fait parce que je n'y ai pas pensé, je n'ai pas imaginé que Yamaha voudrait prendre Valentino. Si j'y avais pensé, je l'aurais sûrement fait parce que c'est quelque chose de naturel. On dit que Valentino lui-même, quelques années auparavant, avait empêché l'arrivée de Stoner chez Yamaha. Je ne sais pas si c'est vrai…"

"J'ai essayé", confirme Casey Stoner dans le même documentaire, en évoquant son attrait pour Yamaha. "Je suis passé à ça de signer un contrat avec Yamaha deux ans de suite. Peut-être que vous pouvez le deviner aussi bien que moi, mais quelqu'un chez Yamaha m'a empêché d'y aller. J'étais déçu parce que je voulais vraiment devenir le coéquipier de Valentino. Je voulais apprendre à ses côtés."

Lire aussi :

Lorenzo va disputer une course au Ranch

Malgré une rivalité intense entre eux lorsqu'ils s'opposaient en piste, Rossi a désormais apaisé ses relations avec Stoner comme avec Lorenzo, particulièrement depuis l'annonce de son départ à la retraite. Preuve en est, l'Espagnol sera même au Ranch de Tavullia dans quelques jours pour participer aux 100 km des champions, un événement devenu traditionnel de l'entrée dans l'hiver et réunissant les amis du pilote italien.

"J'y vais parce que c'est une invitation que j'ai beaucoup appréciée", explique Jorge Lorenzo dans une interview accordée à GPOne. "J'avais déjà [envie] de rouler sur cette piste, qui a l'air fantastique. Finalement, pour de nombreuses raisons, nos duels en piste et aussi d'autres raisons, je n'avais jamais réussi à aller sur cette piste, qui a l'air magnifique. Je suis un grand amateur de dirt track, alors le fait qu'il m'apprécie quand on se voit et le fait d'avoir reçu cette invitation de sa part me font très plaisir. Je ne pouvais pas dire non."

L'Espagnol a reporté ses vacances pour pouvoir répondre à l'invitation. N'ayant passé qu'une journée en piste depuis la fin de son rôle de pilote essayeur pour Yamaha, il s'attend à ne pas être au niveau, mais l'essentiel est ailleurs. "Mon niveau actuel en tant que pilote, surtout sur une piste que je ne connais pas comme le Ranch, sera très bas. Je m'attends donc à être beaucoup plus lent que les autres pilotes. Mais ça n'est pas le but, l'objectif est de profiter de deux ou trois jours en dirt-track là-bas et d'être avec tout le monde pour ce jour spécial, qui sera certainement la dernière course importante de Valentino sur deux roues."

partages
commentaires

Voir aussi :

Tech3 a vu partir ses pilotes entre résignation et tristesse
Article précédent

Tech3 a vu partir ses pilotes entre résignation et tristesse

Article suivant

Ajo estime que Fernández a parlé "sous le coup de l'émotion"

Ajo estime que Fernández a parlé "sous le coup de l'émotion"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021