Collision manquée de peu : Lorenzo et Petrucci se rejettent la faute

partages
commentaires
Collision manquée de peu : Lorenzo et Petrucci se rejettent la faute
Par : Léna Buffa
24 août 2018 à 16:55

Les deux hommes ont opposé leur point de vue par médias interposés après avoir failli terminer la deuxième séance d'essais libres par une collision qui aurait pu s'avérer particulièrement violente.

Cette première journée à Silverstone aurait pu bien mal se terminer pour Jorge Lorenzo et Danilo Petrucci, passés tout près d'une collision dans le virage 8 de la piste anglaise. Le pilote Pramac, qui arrivait derrière, dit avoir été gêné par le Majorquin alors que celui-ci abordait ce gauche-droite avec une trajectoire assez large et une vitesse qu'il a jugée trop basse.

"Dans mon time attack, je n'avais que deux ou trois tours", explique Petrucci. "J'étais en train d'attaquer et j'ai trouvé Jorge au beau milieu de la piste, dès la sortie des stands. J'arrivais et il n'en avait rien à faire de rien. J'ai eu peur parce que pendant un instant je me suis dit que j'allais le heurter. J'ai eu la présence d'esprit de relâcher les freins et d'élargir fortement, sinon on aurait eu un très, très gros crash."

 

Lorenzo n'a quant à lui pas compris sur le moment ce à quoi il avait échappé. En revanche, les images qu'il a visionnées après coup lui ont fait froid dans le dos et il n'a pas mâché ses mots… dans une analyse radicalement opposée à celle de Petrucci.

"Je n'ai pas réalisé parce que je regardais devant, je n'ai rien entendu, mais j'ai vu les images dans le motorhome et c'était très effrayant : il s'en est fallu d'un demi-centimètre pour qu'il ne heurte ma roue arrière, que je ne vole dans les airs et que je me relève avec une grosse blessure. J'ai eu de la chance", considère le pilote Ducati.

"Je ne sais pas pourquoi il a failli me heurter", poursuit l'Espagnol. "J'essayais juste de faire monter mes pneus en température aussi vite que possible et je n'ai probablement pas bien freiné à cet endroit. Je n'étais pas lent, mais je n'ai pas freiné très tard. Quoi qu'il en soit, il était probablement très proche de moi."

Lire aussi :

Informé des explications données par le numéro 9, Lorenzo s'est défendu d'avoir été au ralenti sur la trajectoire rapide : "J'allais à la vitesse à laquelle il faut aller, en chauffant mes pneus et en essayant de gagner progressivement en vitesse. Je ne comprends pas très bien [son explication]. Comme toujours, il y a deux versions des choses."

"Quand vous avez un pilote devant vous, vous devez, à mon avis, être responsable par rapport au pilote qui se trouve devant. Il faut laisser de la place juste au cas où il fasse une erreur, au cas où il bloque l'avant. Mais je ne crois pas qu'il ait laissé assez de place et il a failli me heurter. Imaginez si j'étais tombé et si je m'étais blessé. Je l'aide à être plus rapide [en lui donnant l'aspiration, ndlr] et il heurte presque ma moto ! Bien sûr, si vous lui demandez, il va dire que c'est de ma faute, mais vous savez ce que j'en pense", conclut Lorenzo.

Les deux hommes semblent ne pas avoir échangé autrement que par médias interposés sur ce sujet et aucune sanction n'ayant été annoncée par les commissaires, l'incident semble devoir en rester là.

Prochain article MotoGP
Zarco pense avoir "mis le doigt sur les bons réglages"

Article précédent

Zarco pense avoir "mis le doigt sur les bons réglages"

Article suivant

Après un début difficile, Márquez salut la réactivité de son équipe

Après un début difficile, Márquez salut la réactivité de son équipe
Charger les commentaires