Réactions
MotoGP GP de Catalogne

Aucun plaisir pour Márquez : "La course semble durer une éternité"

Marc Márquez a fait illusion en livrant quelques bagarres en début de course, à Barcelone, mais il s'est vite résigné à simplement ramener sa moto à l'arrivée, sentant qu'il roulait au-delà de sa limite.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Après sa 11e position au sprint, Marc Márquez a rallié l'arrivée de la course principale de Barcelone à la 13e place, à plus de 20 secondes du vainqueur. Ce résultat, qui aurait été catastrophique il y a quelques années à peine pour l'octuple Champion du monde, semble désormais être devenu la norme dans le clan Honda.

Le #93 a même semblé livrer bataille dans le cœur du peloton, en quête d'une position qui lui aurait rapporté un ou deux points de plus. Mais il ne faut pas se fier aux apparences : en dépit du calme qu'il affiche depuis le retour de la pause estivale, et de commentaires qui peuvent même sembler positifs, Márquez est très loin des sensations auxquelles il aspire.

"Non, on ne prend pas du tout de plaisir, on souffre tout le temps", assure-t-il. "On avance surtout avec la routine, des efforts et des sacrifices, mais la course semble durer une éternité. Je me fais doubler et j'essaie de répliquer, au moins pour me rassurer sur le fait que j'ai tenté. J'ai avancé par à-coups : un pilote me dépassait et alors je poussais fort pour le suivre, mais ensuite je dépassais les limites et je me calmais pour ne pas tomber. Quand les VR46 m'ont doublé et que j'ai vu qu'il y avait trop de risques, j'ai décidé de terminer la course et de ramener la moto au box."

En anglais, Márquez a décrit cette manière de vivre les courses comme "drive to survive", parvenant à prendre avec le sourire cette opération de survie à laquelle il est contraint, à des années-lumière des seules places qui, en réalité, l'intéressent.

Il a pourtant tenté un pari dimanche, celui d'utiliser le pneu arrière tendre pour les 23 tours de la course principale, mais même s'il a évalué ses chances dans les premiers tours, il est vite rentré dans le rang. "J'ai commencé, j'ai essayé de contrôler mes sensations, de gérer les pneus, et puis j'ai vu que beaucoup de pilotes m'ont passé. Alors j'ai décidé d'attaquer pendant quelques tours derrière ce deuxième groupe, dans lequel il y avait mon frère, Quartararo, Miller. Mais j'ai tout de suite vu que j'étais au-delà des limites, au-delà des limites de la moto, et j'ai commencé à trop détruire le pneu avant."

Marc Marquez a rapidement été dépassé par Fabio Quartararo, puis Augusto Fernandez, Marco Bezzecchi et Luca Marini.

Marc Márquez a rapidement été dépassé par Fabio Quartararo, puis Fabio Di Giannantonio, Augusto Fernández, Marco Bezzecchi et Luca Marini.

Au final, l'Espagnol a été le premier pilote Honda à l'arrivée, mais devancé par Fabio Quartararo, septième, dans ce qui ressemble de plus en plus à un second championnat entre les six motos japonaises. Samedi, c'est lui qui était en tête de ce petit groupe, 12e des qualifications et 11e de la course sprint.

"Pour moi, ça, ça n'est pas important", souligne-t-il cependant au sujet de cette lutte entre Yamaha et Honda. "La vision générale c'est juste que j'ai terminé à 21 secondes de celui qui était devant − c'est mon objectif pour l'avenir, et on en est très loin."

"[Samedi], j'ai plus ou moins réussi à faire une bonne course sprint et de bonnes qualifications, et cette fois c'était à Quartararo de faire une super course, lui qui est un pilote très talentueux. Mais dans notre garage, on a trop souffert. On peut sauver [un résultat] sur un tour lancé ou une course de dix tours, plus ou moins, mais sur une longue distance, si on n'a pas le rythme, on ne l'a pas et c'est tout."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Quartararo est revenu à sa base 2022 pour la course, "une bonne idée"
Article suivant Martín s'en est bien sorti face à des Aprilia "dans une autre galaxie"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France