MotoGP GP de Grande-Bretagne

Márquez met sa chute sur le compte de la malchance

Un contact entre eux explique les chutes qui ont poussé Marc Márquez et Enea Bastianini à l'abandon à Silverstone. Un simple incident malheureux, selon le pilote Honda, dont la moto était déjà abîmée.

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Le GP de Grande-Bretagne s'est arrêté brutalement à cinq tours de l'arrivée pour Marc Márquez et Enea Bastianini, alors en lutte pour les points de la dixième place. Au moment même où les premières motos entraient dans la pitlane pour un changement autorisé par l'apparition de la pluie, tous deux mordaient la poussière, à quelques secondes d'intervalle.

Après une course sprint transparente, qu'il a même volontairement transformée en séance d'essais grandeur nature, Márquez avait repris du poil de la bête ce dimanche. Il a fait pour la première fois son entrée dans le top 10 au sixième tour, après la chute de Marco Bezzecchi à l'avant, avant de faire le yo-yo au gré de la bagarre qui se menait à ce moment-là dans un groupe assez fourni comptant également Raúl Fernández, Enea Bastianini, Fabio Quartararo et un Jorge Martín qui cherchait à remonter après avoir perdu gros au départ.

Seulement, Márquez et Bastianini n'ont pas été plus loin que le 15e tour. Un contact entre eux a signé la fin radicale de leur course, avec leurs chutes coup sur coup en l'espace de trois virages. C'est un contact entre les deux hommes qui a entraîné ce double abandon, la Honda #93 heurtant la Ducati par l'arrière.

 

Si Bastianini a fini dans les graviers trois virages après Márquez, il met sa chute sur le compte des dégâts subis par sa machine. "Marc m'a touché au virage 11 et il est tombé. Moi, j'ai essayé de freiner au virage 15 mais il s'est passé quelque chose, il m'a été impossible de stopper la moto et j'ai tiré tout droit", explique l'Italien. "Après le contact avec Marc, je pense qu'il y a eu quelque chose sur la moto. Le pneu était aussi endommagé. J'ai probablement tiré tout droit à cause de ça, et je suis tombé."

Márquez a estimé que ce contact avait été le fruit de la malchance, et ce alors qu'il avait fait toute la course avec un aileron arrière en moins, conséquence d'une autre touchette dans le premier tour, cette fois avec Franco Morbidelli.

"J'ai cassé un aileron dans le premier tour et, après ça, je perdais beaucoup à l'accélération et il m'était très difficile de stopper la moto. Je me suis dit qu'il fallait que je garde mon calme, rien de plus", explique le pilote Honda. "À un moment donné, il s'est mis à pleuvoir un peu. Bastianini m'a passé parce que je me suis dit que je ne voulais pas prendre de risques avec la pluie. Je l'aurais fait dans une autre situation mais aujourd'hui je n'ai pas voulu prendre de risques."

"Et puis on est arrivés aux virages 10-11. J'ai vu que c'était un peu plus mouillé et je me suis mis à glisser un peu. J'ai donc voulu me mettre sur la gauche pour éviter de tomber ou d'entrer en contact [avec lui], mais au même moment Bastianini s'est fait une chaleur et il est parti lui aussi sur la gauche. Je n'ai pas eu le temps de l'éviter. Je crois que je l'ai un peu touché."

"Je suis tombé, mais ça n'est pas le genre de chute qui me fait perdre confiance", assure Marc Márquez, qui repart néanmoins bredouille pour le troisième Grand Prix de suite et totalise à présent 15 chutes cette saison.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Espargaró retrouve la victoire après s'être senti "invincible"
Article suivant Quartararo plus frustré par son rythme que par le contact avec Marini

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France