Réactions
MotoGP GP du Portugal

Viñales : "Le samedi est notre talon d'Achille"

Maverick Viñales ne peut cacher sa frustration après un Grand Prix du Portugal selon lui gâché par sa mauvaise qualification alors qu'il avait le potentiel pour prétendre à un bon résultat.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

C'est un Maverick Viñales agacé qui a bouclé le week-end de Portimão loin de ses ambitions. Alors que son coéquipier montait à nouveau sur le podium, lui devait en effet se contenter de la dixième place, à 18 secondes du vainqueur et 12 d'Aleix Espargaró.

Pourtant sixième du warm-up, la seule séance à s'être déroulée sur le sec, le pilote espagnol est apparu plus distancé au moment d'enchaîner les 25 tours de la course. Pour lui, l'explication est évidente : c'est sa mauvaise position de départ qui l'a mis en difficulté.

Il s'élançait en l'occurrence de la 14e place, héritée d'une journée de samedi très complexe. À la veille de la course, il regrettait d'être passé à côté de la bonne stratégie dans les conditions piégeuses d'une journée commencée sous la pluie et qui a offert quelques fenêtres de piste séchante aux moments décisifs. "C'était très dur. On a choisi la mauvaise stratégie", expliquait-il samedi auprès du site officiel du MotoGP. "Je pense qu'on a tiré le maximum de la Q1. Le problème c'était en EL3. On n'a pas assez poussé, on s'est retrouvé en dehors de la Q2 et ça a été la principale erreur."

Classé dans le top 10 des autres séances, même sous la pluie, Viñales a dégringolé à la 19e place des EL3. Celle-ci étant synonyme de 11e position dans le classement combiné valant pour l'accession à la Q2, il est passé à 56 millièmes de cette qualification directe et a donc dû disputer la Q1, sans parvenir à s'en extraire.

N'ayant pu effacer le désavantage de cette qualification lointaine, d'autant qu'il a perdu quatre places dans les deux premiers tours avant de commencer à remonter, il ne masquait pas sa frustration dimanche soir. "Je suis très déçu de ce week-end car je pense qu'on avait le niveau pour être devant", réagissait-il, "or il y a encore des courses où je sens que je pourrais être devant mais où je n'y arrive pas parce que je pars derrière. Il va falloir qu'on modifie quelque chose, c'est certain. Je suis capable de monter sur le podium, mais en partant 14e c'est critique, c'est difficile."

"Notre course a été conditionnée par les essais, à commencer par les EL3", a-t-il résumé. Mais le scénario inhabituel de cette journée de samedi n'explique pas tout, car ces qualifications lointaines commencent à devenir récurrentes pour lui avec Aprilia, sachant qu'à ce stade de la saison seule sa cinquième place sur la grille argentine sort du lot. Le reste du temps, il a dû se contenter d'un emplacement entre la cinquième et la septième lignes.

"Ne pas réussir à partir plus haut m'empêche d'exploiter notre rythme, qui est rapide", regrettait-il. "Quand il faut batailler pour dépasser, cela engendre toute une série de problèmes : on perd du temps, la température des pneus augmente, je n'arrive pas à piloter proprement, et tout devient plus compliqué. Cela me met en colère, parce que dans les bonnes conditions j'arrive à être rapide, mais le samedi est notre talon d'Achille."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Stats - La France qui gagne !
Article suivant Martín ne comprend pas sa chute : "Je n'ai rien fait de différent"

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France