Miller veut éviter que l'on vende "les guidons au plus offrant"

Le pilote australien estime que "le bon sens devrait un peu prévaloir" dans le choix des remplaçants à qui faire appel en MotoGP.

Miller veut éviter que l'on vende "les guidons au plus offrant"

Alors que le paddock reprend forme dans les allées du MotorLand Aragón, Christophe Ponsson n'est plus de la partie. En dépit d'un accord initial dont il rapporte qu'il couvrait quatre manches, le Français s'est vu remercier après sa première pige, à Misano. Une épreuve dont il avait essayé de s'acquitter du mieux possible mais où il n'avait pu éviter le vent des critiques, finalement fatales à ses espoirs de conserver ce guidon.

Parmi les pilotes qui ont publiquement exprimé leur désapprobation à la présence du Français en piste, Jack Miller a tenu à expliquer posément son point de vue, ce jeudi, tout en arguant qu'il serait erroné de penser que ses craintes n'étaient pas partagées par l'ensemble des pilotes. "Je ne pense pas voir été le seul à dire que je n'étais pas sûr qu'il aurait dû être là. Mais, OK, il était là, il a payé pour son guidon", pointe l'Australien.

Lire aussi :

"Je crois que pour lui-même et pour le championnat, ça n'a pas vraiment l'air d'être très professionnel", souligne le pilote Pramac. "Par exemple, moi, je suis tombé [en course] et je lui ai quand même pris un tour. Il a failli se faire prendre deux tours, sur une piste qui est assez longue. Ceci dit, la grosse inquiétude n'est pas pour Misano, mais pour les pistes plus rapides qui arrivent bientôt, comme Phillip Island où le temps au tour est proche des 1'20. Il est beaucoup plus facile de se faire prendre un tour à Phillip Island qu'à Misano. Et puis, ça n'est pas seulement ça. On voit que dans les premiers essais libres, beaucoup de pilotes ont failli le toucher."

Christophe Ponsson regarde en retrait

Christophe Ponsson regarde en retrait

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Christophe Ponsson, Avintia Racing

Christophe Ponsson, Avintia Racing

Photo de: Gold and Goose / LAT Images

Si Miller critique le choix de Ponsson par le team Avintia, c'est que le Français manque d'expérience dans les catégories les plus formatrices pour le MotoGP – malgré plusieurs années en dérivées de la série et notamment une en WSBK –, et qu'il a littéralement découvert la GP16 pendant le week-end de course. Bien que lui-même ait déploré cette situation, le fait est qu'il a dû se mettre immédiatement dans le bain et, ayant réussi à se qualifier, il a disputé sa première course deux jours après ces grands débuts.

"Je suis arrivé directement du Moto3, mais j'ai fait les tests et tout ça, je n'ai pas été jeté directement dans le grand bain", rappelle Jack Miller. "Je suis pour qu'on donne une chance à tout le monde, mais je pense qu'il faut qu'ils aient au moins un peu d'expérience au niveau mondial, pas uniquement dans le championnat espagnol de Superbike. Je ne pense pas qu'il ait jamais obtenu un podium dans un championnat du monde."

L'argent prévaut sur le palmarès ?

Sans nécessairement aller vers une Super Licence, l'Australien se dit en faveur de la mise en place d'un système de sélection qui permettrait de disposer d'une short-list de pilotes considérés comme ayant le potentiel pour disputer un Grand Prix. "Je ne dis pas qu'il faut avoir piloté une MotoGP, mais il est clair que ça aiderait. Je pense qu'il faut qu'on ait une sorte de système de filtrage, parce que si certains pilotes se blessent et que l'on vend les guidons au plus offrant, cela revient à dire qu'un gars peut arriver en venant du championnat du Qatar, ou quelque chose comme ça, et en ayant beaucoup d'argent. Il est le plus gros enchérisseur et on l'a sur la grille."

"Vous prenez la piste et ensuite vous vous retrouvez dans le trafic comme ça, sans comprendre où [les autres] freinent, quelles trajectoires ils prennent. Ça n'est comparable à aucune autre compétition à laquelle vous pouvez participer. On travaille tellement dur sur la sécurité et on a quelqu'un… Je ne veux pas dire qu'il pilotait dangereusement, parce qu'il s’est décalé en course et tout, mais… Je pense qu'on a besoin de mettre en place un système de filtrage."

Lire aussi :

"Dans le championnat, il y a encore quelques gars qui sont en mesure de s'acheter un guidon, mais on peut voir comment ça fonctionne pour eux. On peut voir leurs positions… Mais pour un gars qui n'a jamais piloté [une MotoGP] – et je crois qu'il n'était même jamais venu dans ce paddock auparavant – commencer directement sur une course MotoGP, c'est un peu trop. Mais vous pouvez aussi avoir d'autres gars, comme les Japonais, qui sont pilotes d'essais et qui sont incroyablement rapides au Japon, alors il est difficile de dire ce qui devrait être autorisé et ce qui ne devrait pas l'être. Le bon sens devrait un peu prévaloir."

Et si d'aucuns rappellent qu'il n'existe pas beaucoup de remplaçants possibles quand un titulaire est blessé, Miller n'est pas d'accord : "Je ne pense pas. Je pense qu'il y a beaucoup de gars qui ont de l'expérience. Même comme on l'a vu avec Baz qui a été absent pour une demi-saison, c'est difficile de revenir parce que le niveau est tellement élevé en ce moment. Mais je crois que KTM était en difficulté parce qu'ils n'avaient pas seulement un pilote blessé, mais deux, et ça a rendu les choses compliquées. Mais, pour les pilotes Avintia, je ne crois pas tellement que ça soit revenu au potentiel du pilote, je crois que c'était plus lié à d'autres raisons, y compris l'argent."

"Il y a beaucoup d'autres pilotes qui peuvent rouler. On a Torres qui revient, qui a gagné des courses en Moto2 et fait des podiums en World Superbike. Je crois que c'est un pilote solide à ramener dans ce paddock et je suis sûr qu'il ne paye pas pour son guidon."

partages
commentaires
Mika Kallio reste pilote d'essais KTM pour 2019

Article précédent

Mika Kallio reste pilote d'essais KTM pour 2019

Article suivant

Zarco : "Je ne peux pas espérer de très bonnes choses" pour Aragón

Zarco : "Je ne peux pas espérer de très bonnes choses" pour Aragón
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021