Miller : "Mon objectif : un guidon dans une équipe d'usine"

Le pilote Pramac fait sensation en ce début de saison, mais va devoir entretenir cette bonne dynamique tout au long de la campagne 2019 s'il souhaite voir son vœu exaucé.

Miller : "Mon objectif : un guidon dans une équipe d'usine"
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Podium : le deuxième Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, le vainqueur Alex Rins, Team Suzuki MotoGP, le troisième Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Jack Miller, Pramac Racing, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Jack Miller, Pramac Racing
Podium : Jack Miller, Pramac Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP, Jack Miller, Pramac Racing
Podium : Jack Miller, Pramac Racing

La saison n'en est bien sûr encore qu'à ses balbutiements, mais la course de fond que se livrent les différents pilotes Ducati (comprenez Danilo Petrucci, qui ne dispose que d'un contrat d'un an avec l'équipe officielle, et les deux pensionnaires de chez Pramac) fait déjà rage.

L'objectif : le guidon de la seconde Desmosedici officielle à compter de l'an prochain. Si Pecco Bagnaia semble pour le moment encore un peu tendre pour prétendre à une telle "récompense" en fin d'année, son coéquipier Jack Miller a quant à lui d'ores et déjà marqué des points lors des trois premières manches de la campagne 2019.

Lire aussi :

La GP19, catalyseur de performance pour Miller

L'Australien a véritablement passé un cap cette année sur la GP19, avec un premier podium en MotoGP décroché à Austin, son deuxième dans la catégorie reine après sa victoire sous le déluge d'Assen en 2016. Un top 3 qui fait suite à une belle quatrième place déjà obtenue en Argentine, alors que sans un incongru problème de selle un pareil résultat aurait également été envisageable lors de la manche inaugurale au Qatar.

En préambule du Grand Prix des Amériques, le numéro 43 ne cachait pas que le fait de disposer de la dernière version de la machine usinée à Borgo Panigale était une aide inestimable dans l'expression de son plein potentiel en piste. "[Avec la GP19] je sais que quand je déboule dans la ligne droite, je ne vais pas perdre plusieurs mètres et que je ne vais pas devoir freiner comme un idiot et massacrer le pneu avant ensuite, donc ça aide", avait-il ainsi déclaré. "Je pense que nous avons un très bon rythme. Je sens que j'ai mûri en tant que pilote, lors des essais libres et tous les trucs dans le genre sur lesquels nous travaillons beaucoup, ainsi que les essais pour les simulations de course. Nous devons juste garder cet état d'esprit et continuer de travailler."

Lire aussi :

La puissance du moteur Ducati est bien sûr un avantage pour l'Australien, mais c'est bien dans tous les domaines que des gains sont perceptibles pour celui qui est passé d'une GP17 à une GP19 sans connaître d'étape intermédiaire entre les deux. "Le moteur est beaucoup mieux", poursuit-il ainsi. "Pour le reste ce sont plein de choses différentes. C'est mieux au niveau des pneus, la moto est plus jeune de deux ans, tout fonctionne très bien mais la plus grande avancée, c'est définitivement le moteur." 

Petrucci peine à s'illustrer

Alors que Miller fait les gros titres en ce début de saison, Petrucci se montre pendant ce temps beaucoup plus discret. Abonné à la sixième place depuis le début de l'année, celui-ci n'affiche en effet qu'un seul point d'avance sur son rival de l'équipe Pramac, alors qu'il est pourtant censé disposer des toutes dernières évolutions en avant-première sur sa machine.

Si les hauts responsables de Ducati ne sont pas encore prononcés sur l'identité du futur second pilote de l'équipe officielle, la tendance est pour l'instant en faveur de Miller, qui a admis faire de ce second guidon son objectif cette saison.

"Bien sûr, mon objectif est d'obtenir un guidon dans une équipe d'usine, et j'adorerais que ce soit avec Ducati", a-t-il affirmé. "Je pense que nous faisons du bon travail cette année jusqu'ici, en qualifications ou en course, vu qu'on finit devant eux. C'est un bon début de saison, mais il faut voir car ces dernières années j'ai toujours démarré fort avant de commencer à baisser pavillon à partir du Mugello. Alors espérons que cette année nous allons pouvoir entretenir cette bonne dynamique." 

Lire aussi :

Il est vrai que l'an passé, l'Australien avait déjà réalisé une entame de championnat tonitruante, marquée par une pole position en Argentine et une quatrième place en France, avant de connaître un coup de moins bien à partir du GP d'Italie. À voir donc s'il est parvenu à gagner en régularité cette année.

partages
commentaires
Iannone : Avec Aprilia "on sait ce qu’on fait"
Article précédent

Iannone : Avec Aprilia "on sait ce qu’on fait"

Article suivant

Márquez "visualisait déjà ces 25 points" avant sa chute

Márquez "visualisait déjà ces 25 points" avant sa chute
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021