MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
Prochain événement dans
38 jours
C
GP de Thaïlande
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
52 jours
C
GP des Amériques
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
66 jours
C
GP d'Argentine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
80 jours
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
94 jours
C
GP de France
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
108 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
122 jours
C
GP de Catalogne
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
129 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
143 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
150 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
164 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
192 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
199 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
213 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
227 jours
C
GP d'Aragón
01 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
248 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
262 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
270 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
276 jours
C
GP de Valence
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
290 jours

Michelin : Miller pointe un patinage en hausse au fil des week-ends

partages
commentaires
Michelin : Miller pointe un patinage en hausse au fil des week-ends
Par :
21 août 2018 à 11:54

Pour l'Australien, les pneus Michelin souffrent d'un fort patinage en cours de week-end en raison de leur interaction avec les dépôts de gomme Dunlop laissés par les passages des Moto2 et Moto3.

Jack Miller, Pramac Racing, Nieto
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing

C'est une anecdote dont Jack Miller se serait sans doute bien passé : en Autriche, l'Australien n'a pu faire mieux que la 18e place en course, soit son plus faible résultat depuis le Grand Prix de Valence 2015 − année de ses débuts en MotoGP –, où il avait fini en 21e position. Un mauvais résultat que le pilote Pramac a par la suite expliqué par une température et une pression de pneu trop importantes sur l'avant, conséquence d'un trop grand nombre de freinages appuyés.

C'est un fait, le numéro 43 éprouve de grandes difficultés à bien gérer ses pneumatiques cette saison, et surtout depuis quelques manches. Mais c'est que les gommes Michelin, qui selon l'avis général du paddock en 2018 offrent une meilleure constance et des performances élevées tout au long des courses, proposent un niveau de grip différent selon les mélanges, un élément qui peut être difficile à bien appréhender.

Lire aussi :

D'autant plus quand ce niveau d'adhérence peut être altéré par la présence de gomme sur la piste, comme Miller a pu le noter à Brno, mais aussi sur le Red Bull Ring il y a une dizaine de jours. "Avec la manière de réagir des pneus Michelin avec les dépôts de gomme Dunlop sur la piste, on dirait que sur quelques courses cette année, les pneus hard perdent plus de performance, et plus vite, car ils glissent plus", avance ainsi l'Aussie. "Les pneus soft parviennent à trouver plus de grip et il ne faut pas les faire patiner, donc on se retrouve avec plus de pneu et plus de traction, il n'y a que du positif."

Un pneu soft plus performant à tout point de vue

Ce phénomène aurait donc tendance à prendre de l'ampleur à mesure que l'on rentre dans le cœur du week-end, et que défilent les différentes séances du Moto2 et du Moto3, amenant à un gommage progressif de la piste.

Mais là où les pneus Bridgestone, utilisés dans la catégorie reine jusqu'en 2015, première saison de Miller dans la discipline donc, n'accusaient une perte d'adhérence que sur quelques tours, les Michelin semblent davantage peiner à retrouver un niveau de grip suffisant après plusieurs boucles, selon l'Australien.

"Cette année on dirait que les pneus sont plus sensibles aux gommes Dunlop", confirme-t-il ainsi. "Les Bridgestone étaient toujours très glissants dans les premiers tours, mais après quatre ou cinq boucles les pneus étaient bons et on pouvait y aller."

Lire aussi :

Un phénomène qui se pose cependant à l'entièreté du plateau, et auquel chacun tente d'apporter une réponse. Dans le cas de Miller, cela passe par une cartographie moteur moins puissante. "On ne peut pas utiliser toute la puissance que l'on a, donc il faut démarrer parfois avec une cartographie un peu plus basse sinon on tue le pneu", reprend-il. "Ce n'est pas de sa faute, c'est juste parce qu'on ne peut pas trouver de grip, même en ligne droite on ne fait que patiner. Il faut le gérer du mieux qu'on peut mais parfois on ne peut pas vraiment changer ça."

Plus que jamais, les pneus revêtent une importance capitale dans la gestion des épreuves. Un paramètre dont Miller a bien conscience, et qu'il compte bien intégrer dans ses plans le dimanche. "Il faudra qu'on revoie un peu comment on pense à tout ça, et qu'on le prenne plus en compte dans nos stratégies de course."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Zarco : Oliveira ? "Quelqu'un de cool, qui réfléchit beaucoup"

Article précédent

Zarco : Oliveira ? "Quelqu'un de cool, qui réfléchit beaucoup"

Article suivant

Officiel - Baz va remplacer Espargaró à Silverstone

Officiel - Baz va remplacer Espargaró à Silverstone
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Jack Miller
Équipes Pramac Racing
Auteur Willy Zinck