Miller a encore fait le show en slicks sur piste mouillée !

À Silverstone, l'Australien nous a refait le coup de l'Argentine, en se lançant dans une série de tours en pneus slicks dans des conditions mixtes en qualifications. Un pari osé qui n'a cette fois pas abouti.

Miller a encore fait le show en slicks sur piste mouillée !
Carmelo Ezpeleta, PDGDorna Sports, et Jack Miller, Pramac Racing, quittent la réunion de la Commission de sécurité
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing
Jack Miller, Pramac Racing

Pour une fois, la prise de risque de Jack Miller n’aura pas été récompensée. Plus de quatre mois après sa sensationnelle pole position acquise sur une piste partiellement détrempée en Argentine, le tout en slicks, l’Australien a retenté le coup samedi dernier à Silverstone.

Il faut dire que le numéro 43 n’avait que bien peu de choses à perdre en Angleterre, lui qui restait sur plusieurs contre-performances lors des manches récentes. Bravache, il a donc été le seul à recourir aux pneus tendres fournis par Michelin et n’affichant pas sur leurs flancs un liseré bleu.

Lire aussi :

Miller ne demandait qu'un tour de plus

Le pilote Pramac s’est donc extrait de la voie des stands alors qu’il restait encore cinq minutes à disputer dans la Q2, et que les chronos commençaient à tomber au fur et à mesure de l’assèchement de la piste.

 

Cinq minutes... une durée suffisante pour boucler deux tours. Le premier fut bien vite vendangé par Miller, qui tira tout droit à Stowe, à la fin d’Hangar Straight, longue ligne du circuit encore détrempée. Le second fut propre, mais pas suffisamment rapide pour permettre à l’Australien d’obtenir autre chose qu’une neuvième place sur la grille. Mais au vu de la trajectoire sèche qui se dessinait progressivement sur la piste, pas de doute possible pour le vainqueur d’Assen 2016 : la pole position était jouable.

"Un tour de plus et j’aurais décroché la pole position, je vous le garantis", affirme-t-il sans ambages, tout en reconnaissant que ses premiers tours de roue n'ont pas été sans difficulté. "[C’était] effrayant. La première fois que je suis parti en piste... jusqu’à ce que je trouve la bonne trajectoire. J’ai dû entrer dans le virage complètement à l’intérieur, dans la ligne droite de retour."

"Parfois nous avons ce problème avec les nouveaux revêtements, ils ne drainent pas [l'eau] et cela se produit ici et là. C’est quelque chose de très dangereux, notamment à la fin de cette ligne droite, à 303 ou 305 km/h sur le mouillé. L’aquaplaning arrive très rapidement."

Lire aussi :

Un week-end positif malgré tout

Au final, cette prise de risque et la neuvième position acquise n'auront servi à rien étant donné l'annulation dimanche de l'épreuve. Alors, faute de résultats bruts permettant de tirer des conclusions sur les éventuelles avancées de l'Aussie sur son rythme de course, celui-ci se félicite d'avoir renoué avec une pointe de vitesse qu'il n'avait plus affichée depuis le Grand Prix de France.

"Je ne pense pas que la moto en slick était la bonne façon de procéder", reprend-il. "Cela valait le coup d’essayer, le fait d’avoir la neuvième place c’est toujours mieux que lors des dernières courses."

Le bilan global du week-end reste d'ailleurs très positif, Miller qui ne s'est en effet pas départi du groupe de tête de tous les essais libres ainsi que lors des qualifications. "On a été dans le top 6 dans toutes les séances ainsi qu’aux temps combinés, et puis quatrième lors des EL4", rappelle-t-il. "Donc oui, sur le sec, nous avions le rythme. Nous avons été forts tout le week-end, je suis très content de notre performance. Ça change vraiment, difficile à dire pourquoi. Je pense que c’est mon état d’esprit plus que tout autre chose, tout est bien en place."

Il convient donc désormais de confirmer ces bonnes dispositions lors de la prochaine manche, sur le circuit de Misano, qui avait lui aussi été la cible d'importantes intempéries l'an dernier, lorsqu'il n'avait manqué qu'un tour à celui qui est désormais son coéquipier, Danilo Petrucci, pour signer sa première victoire en MotoGP.

Lire aussi :

partages
commentaires
Smith sera pilote d'essais Aprilia ou Yamaha en 2019

Article précédent

Smith sera pilote d'essais Aprilia ou Yamaha en 2019

Article suivant

Aurín, futur ingénieur de Lorenzo : "Il y a peu de défis aussi beaux"

Aurín, futur ingénieur de Lorenzo : "Il y a peu de défis aussi beaux"
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021