Mir aux avant-postes : un manque d'expérience, mais du potentiel

L'Espagnol a rendu une copie très propre à Assen ce week-end, ferraillant en course notamment avec les deux pilotes Ducati, qui ont pu juger des récents progrès du jeune rookie.

Mir aux avant-postes : un manque d'expérience, mais du potentiel

Chez Suzuki, nul doute que l'issue du GP des Pays-Bas a laissé un petit goût amer en bouche. Après un samedi parfaitement maîtrisé, avec Álex Rins sur la première ligne et Joan Mir auteur de sa meilleure qualification depuis son arrivée en MotoGP (cinquième), et surtout deux premiers tours de course qui ont vu les deux pilotes mener la danse, la fin de l'épreuve a été plus décevante pour le constructeur japonais à Assen.

Il y a d'abord eu, bien sûr, la chute de Rins, mais aussi une huitième place finale pour Mir, alors que celui-ci pouvait sans doute aspirer à bien mieux. Mais il s'agit tout de même d'une bonne confirmation après sa sixième place en Catalogne il y a deux semaines, qui avait fait suite aux divers abandons devant lui, et par conséquent d'un classement plus significatif.

Lire aussi :

Mir incapable d'expliquer sa bonne qualif

Après un début de championnat difficile, le Majorquin semble donc enfin prendre le rythme de la catégorie reine, même s'il peinait samedi à expliquer sa cinquième position sur la grille, alors que son meilleur résultat en qualifications restait jusque-là une 11e place. "Sincèrement, je ne peux pas l’expliquer, car je pense que c’est le travail que nous faisons tout au long des courses", avait-il ainsi déclaré. "C’est un tout avec les pneus, mon corps et l’apprentissage de comment gérer un pneu neuf, c’est vraiment important et difficile. Je ne sais pas quoi dire, ce n’est pas juste une chose, c’est un peu tout. Nous avons également été très forts à chaque séance, en étant à chaque fois dans le top 7, top 8, et notre rythme est assez régulier."

Sans doute l'émulation avec Rins, sur un circuit propice à souligner les qualités du châssis de la GSX-RR, a-t-elle joué un rôle non négligeable dans sa performance. Samedi, le numéro 36 ne cachait pas ainsi son surplus de confiance au vu du resserrement de l'écart le séparant de son coéquipier. "Il est rapide, mais à présent je commence à l’être aussi, donc nous nous aidons mutuellement à l’être plus. Je pense que sur ce GP nous nous sommes un peu poussés l'un l'autre, car lorsque vous voyez l’autre Suzuki à l’arrière, vous vous dites ‘OK, c’est peut-être facile à présent’, mais lorsque vous la voyez devant et qu'elle attaque en donnant tout, cela vous fait peut-être attaquer plus vous-même."

Joan Mir, Team Suzuki MotoGP

Bataille avec les Ducati officielles

Attaquer, Mir a eu l'occasion de le faire lors de la course, lui qui s'est retrouvé brièvement en tête lorsque son coéquipier est tombé, dans le troisième tour, avant de batailler contre les futurs hommes du podium, puis avec les deux pilotes officiels Ducati, ou encore Morbidelli et Crutchlow. Une course riche d'enseignements pour le jeune Espagnol, qui a fait de son mieux pour contenir sa perte de positions progressive.

"Nous avons un peu montré notre potentiel au début, et ensuite j'ai essayé d'économiser le pneu autant que possible", a-t-il déclaré au micro du site officiel du MotoGP. "Ce fut une belle bataille avec les Ducati, et je suis très content de cela. J'ai vu Fabio ralentir son rythme, et je me suis dit que j'avais peut-être une chance de récupérer un peu de terrain. J'ai attaqué, mais en faisant cela j'ai détruit mon pneu arrière, donc c'est dommage. Mais c'est comme ça. Nous finissons à la huitième place, et c'est de nouveau un bon résultat, mais je m'attendais à un peu plus après le bon week-end que nous avons fait."

Au final, Mir a dû s'avouer vaincu face aux deux pilotes Ducati, contre lesquels il a ferraillé durant 20 tours. Ceux-ci ont néanmoins été impressionnés par le niveau affiché par le jeune rookie. "J'ai fait quelques tours derrière lui et il ne pilote pas encore comme Rins, parce qu'il n'a pas assez d'expérience, mais il est clair qu'il a un gros potentiel", a ainsi déclaré Andrea Dovizioso à l'issue de la course. "Il est clair aussi que cette moto fonctionne bien ici, parce qu'il y a beaucoup de virages dans lesquels il faut tourner. En tout cas, c'était bien de se battre contre lui, sympa de le voir car c'était nouveau pour moi. Il sera très fort à l'avenir, c'est sûr."

Lire aussi :

Un avis partagé par Danilo Petrucci, qui a par ailleurs pu constater toute l'agilité de la Suzuki dans les virages rapides d'Assen, à la différence de la GP19 qui oblige ses pilotes à décomposer le virage en différentes phases pour pouvoir être véloces. "Mir, clairement, il faut qu'il apprenne beaucoup mais il est rapide", a ainsi souligné le numéro 9. "C'est un rookie et il pourrait devenir un problème quand il aura appris à rouler, parce qu'ils sont très fluides dans les virages, ils utilisent toute la piste alors que pour nous, ça n'est pas possible."

Mir pourrait bien confirmer ses progrès lors de la prochaine manche, qui aura lieu au Sachsenring, sur une piste qui devrait convenir à la Suzuki. Une échéance qui arrivera bien assez vite, dès le week-end prochain.

Avec Charlotte Guerdoux et Léna Buffa

partages
commentaires
Viñales : "Enfin, le job a été fait du vendredi au dimanche"

Article précédent

Viñales : "Enfin, le job a été fait du vendredi au dimanche"

Article suivant

Quartararo découvre la place de leader, "une sensation géniale"

Quartararo découvre la place de leader, "une sensation géniale"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021