MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Mir encore 2e : "Il m'a manqué un tour pour reprendre Fabio !"

Joan Mir termine le Grand Prix de Catalogne avec un autre podium et de gros points pour le championnat, et ne peut que regretter d'avoir manqué la victoire de peu.

Mir encore 2e : "Il m'a manqué un tour pour reprendre Fabio !"

Sur le podium pour la quatrième fois en cinq courses, Joan Mir réaffirme son statut d'homme fort du moment, et pourtant la victoire continue de lui échapper. Particulièrement impressionnant en fin de course, le pilote Suzuki sait qu'une nouvelle fois il n'est pas passé loin au vu de cette supériorité qu'il a affichée lorsque ses adversaires arrivaient au bout de ce qu'ils pouvaient obtenir de leurs pneus dans les conditions très délicates de cette course.

Sans se laisser aucunement envahir par la frustration, Mir analyse une performance à laquelle il n'a manqué qu'une qualification un peu plus pimpante, car en course c'est en se heurtant durant 15 tours à Jack Miller puis en voyant le drapeau à damier s'abaisser au moment où il fondait sur Fabio Quartararo que la victoire lui a échappé. En attendant, il est désormais deuxième du championnat, à huit points du leader et peut être serein tant ce succès semble n'être qu'une question de semaines pour lui.

Lire aussi :

Encore une très belle performance de ta part ! Comment te sens-tu ?

Franchement, on a fait une très bonne course aujourd'hui. C'est dommage, parce qu'il m'a manqué un tour ! J'ai vu que le rythme de Fabio baissait beaucoup et j'étais plus rapide que lui dans les derniers tours, mais c'était trop juste. Ça n'était pas le jour, mais c'est un autre podium et je suis super content. Je suis très content aussi pour l'équipe, parce qu'ils font un travail incroyable et les deux Suzuki sont sur le podium, c'est très spécial pour nous. Il faut continuer à travailler et à suivre cette voie, la victoire est toute proche !

Tu dois être ravi de cette nouvelle deuxième place, ton troisième podium consécutif et le quatrième en cinq courses. Comment s'est passée la course ?

Je suis super content de cette course. Je pense qu'on a fait du très bon travail tout le week-end dans l'optique de la course. On savait que notre point fort principal n'était pas le tour lancé et on a donné le maximum en qualifs. Ce n'est jamais facile de partir huitième et au début de la course j'ai essayé de récupérer beaucoup de places sans me mettre dans trop de problèmes. Ensuite, je me suis trouvé derrière Jack et le groupe de tête poussait très fort. Ils étaient super forts dans la première partie de la course.

À la mi-course, j'ai commencé à me sentir mieux, à combler mon retard. Je me suis senti super bien, j'ai vu que beaucoup de pilotes étaient en difficulté avec le pneu arrière. Nous aussi, mais pas autant qu'eux. Je suis passé tout près de reprendre Fabio, mais il a fait du très bon boulot. Il a poussé sa moto et ses pneus au maximum et aujourd'hui il était clairement plus rapide que nous.

Jack est toujours très difficile à dépasser. J'ai perdu quelques secondes avec lui et ça m'a probablement coûté la victoire.

Joan Mir

Tu t'es rapidement porté en cinquième position en partant huitième, puis tu as un temps été bloqué derrière Jack Miller. Étais-tu inquiet à ce moment-là, ou bien plutôt convaincu que la course tournerait à ton avantage ?

Quand on est derrière Jack, il est toujours très difficile de le dépasser, et encore plus dans les premiers tours de la course. J'ai perdu quelques secondes avec lui et ça m'a probablement coûté la victoire, mais je n'ai rien pu faire. Il a joué sa carte, il était super rapide au début de la course et ensuite il a eu beaucoup de mal avec ses pneus. J'ai plutôt été super doux au début, j'ai beaucoup économisé mes pneus. Je n'avais que ça à l'esprit, et quand j'ai vu que tout le monde connaissait une baisse j'en avais un peu plus qu'eux. Et puis c'est aussi que je n'étais pas aussi rapide qu'eux au début.

Cette course montre peut-être à quel point il est important de bien se qualifier. Si tu étais parti de la deuxième ligne, aurais-tu pu profiter des difficultés de Fabio à la fin ?

Si j'avais été devant Miller par exemple dans les premiers tours, je n'aurais pas perdu tout le temps que j'ai perdu à le dépasser, et c'est sûr que ça aurait fait la différence pour pouvoir gagner aujourd'hui. Bref, c'est comme ça. Il faut améliorer les qualifications, c'est quelque chose que nous savons déjà et nous travaillons là-dessus.

Lire aussi :

Les conditions de la course ont été assez difficiles et personne n'avait encore fait 24 tours dans ces conditions. Comment ça s'est passé, sachant que tu ne savais pas à quoi t'attendre ?

Ce qui était difficile à comprendre, c'est que quand on suivait quelqu'un le pneu avant chauffait un peu et on pouvait alors mieux piloter dans les virages à gauche, mais quand il n'y avait plus personne devant, le pneu avant commençait à refroidir un peu et il me manquait alors un peu de sensations, surtout sur le côté gauche. Dans le virage 2, je me suis fait de sérieuses chaleurs, mais ça a été le cas pour tout le monde.

On savait déjà qu'ici les pneus connaitraient une grosse baisse. J'avais pu parcourir la distance de la course avec les mêmes pneus en EL4 et j'avais vu qu'à la fin j'étais en 1'41"1 haut et 1'42, alors je me suis dit que je pouvais être rapide. Je savais qu'on aurait tous des difficultés à la fin de la course et je m'attendais plus au moins à ce que la course se passe comme ça.

Avec Benjamin Vinel

partages
commentaires
Rossi assume son erreur : "J'aurais dû faire plus attention"

Article précédent

Rossi assume son erreur : "J'aurais dû faire plus attention"

Article suivant

Après la souffrance, le soulagement pour Álex Rins

Après la souffrance, le soulagement pour Álex Rins
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Catalogne
Catégorie Course
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Joan Mir
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020